L'Œuvrière
Assaociation des installateurs et installatrices dœuvres d'art
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2020

L'Œuvrière
Assaociation des installateurs et installatrices dœuvres d'art
Abonné·e de Mediapart

Le vernis s'écaille

L’œuvrière, association des installateur.rices d’œuvres d’art est constituée depuis deux ans. Elle a pour objectif de faire reconnaître ces métiers par les instances publiques afin de trouver une solution légale et appropriée à l’emploi des technicien.nes de l’exposition.

L'Œuvrière
Assaociation des installateurs et installatrices dœuvres d'art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les fondations se multiplient : Vuitton, Pinault, La Fayette, Carmignac… Les musées ouvrent des succursales un peu partout en France et dans le monde, comme le Centre Pompidou à Metz, à Shanghai, à Malaga, à Bruxelles ou le Louvre à Lens et à Abu Dhabi. C’est un des secteurs les plus rentables en termes de défiscalisation. Aujourd’hui l’art est acheté, exposé, exploité pour faire de l’argent. Il est devenu un placement financier. Les œuvres exposées atteignent des valeurs toujours plus importantes.

Dans le même temps, les travailleurs et travailleuses de l’art se précarisent et s’appauvrissent

Nous sommes installateurs et installatrices d’œuvres d’art, ouvrier·es de la culture française, au même titre que les régisseur·euses, socleur·euses, éclairagistes, poseur·euses de signalétique, agent·es d’accueil, médiateur·rices, constructeur·rices, peintres, chargé·es de production, commissaires, critiques, artistes, tous ces métiers sans lesquels il n’y aurait pas d’exposition.

Une lutte à construire et notre métier à défendre

Les conditions d’embauche dans ce domaine en pleine croissance se détériorent et la protection sociale avec. La faute en incombe, comme dans bon nombre d’autres professions, au statut de micro-entrepreneur. Nous sommes les sous-traitant·es des entreprises intermédiaires auxquelles les institutions culturelles confient les montages de leurs expositions.

Nous vivons comme les livreur·euses à vélo, les chauffeurs Uber et autres travailleurs et travailleuses isolé·es des plateformes. La mutation de notre métier n’a pas été accompagnée.

Le métier d’installateurs et installatrices d’œuvres d’art n’est reconnu par aucun organisme public (même si des formations voient le jour). Les spécificités qui le caractérisent ne sont pas prises en compte. Il n’existe ni grille salariale ni convention collective dédiées aux métiers de l’exposition et les installateurs et installatrices d’œuvres d’art relèvent toujours de celle, caduque, des espaces de loisirs, d’attractions et culturels.

Nous voudrions en finir avec les négociations salariales qui se font individuellement avec l’employeur et la multiplicité des statuts d’embauche (Maison des Artistes, intermittence, CDDU, micro-entrepreneur…) qui rend très confus les droits et les devoirs de chacun.e. Nous aimerions enfin travailler en toute légalité, avec la protection sociale dont nous devrions bénéficier, et être reconnu·es pour ce que nous faisons.

Un statut adapté à concevoir ensemble

Le statut de micro-entrepreneur a fait croire à bon nombre d’entre nous que nous serions d’authentiques indépendant·es, mais il n’en est rien. Nous n’avons le choix ni de notre rémunération ni de nos horaires. Un lien de subordination existe entre nous et l’employeur·euse/client·e : nous sommes des salarié·es déguisé·es.

Rappelons que les salarié·es en CDD ont été trop souvent contraint·es par leurs employeur.euses à prendre le statut de micro-entrepreneur afin de pouvoir continuer à travailler, pratique illégale mais rarement sanctionnée. Il est devenu si facile « d’embaucher » des micro-entrepreneur·euses que nous pouvons compter sur les doigts d’une main les employeur·euses respectant la loi et proposant encore des CDD.

Sous couvert de souplesse, le statut de micro-entrepreneur est une véritable catastrophe sociale, une précarisation sans commune mesure pour les personnes qui n’ont d’autre choix que de s’y soumettre.

Le statut de micro-entrepreneur ne donne aujourd’hui accès à aucune garantie sociale dont le salariat bénéficie : allocations chômage, prise en charge des accidents du travail, arrêts maladie, congés-payés, retraites, formations, aides aux transports, tickets-restaurant…

L’œuvrière pour se faire entendre

Face à la situation, aux dangers de la micro-entreprise et de la réforme inconséquente des retraites, nous avons décidé avec d’autres professionnel·les des métiers de l’exposition et du monde de l’art de nous unir. Nous défilons sous la bannière d’« Art en grève » avec les travailleurs et travailleuses de la santé, de la justice, du transport, de l’éducation, ainsi qu’avec les pompier·es, les danseur·euses de l’Opéra, les retraité·es, les chercheur·euses… Nous protestons contre les conditions de plus en plus précaires dans lesquelles nous sommes amené·es à travailler et défendons le futur de nos professions si mal reconnues.

Avec la réforme des retraites, le gouvernement acte la précarisation de la société. Nous sommes à l’ère du petit job rémunéré à la facture et à la retraite au petit point.

Il s’agit désormais de faire reconnaître nos droits et d’endiguer notre paupérisation.

L’Œuvrière, association des installateur.rices d’œuvres d’art

installateurs.oeuvres.art at gmail.com

https://installateurs-oeuvres-art.blogspot.com/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho