Loïc Barrière
écrivain, journaliste. Dernier roman : "Rizières sous la lune", éditions Vents d'Ailleurs
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2020

A l’heure du Covid-19, la nouvelle vie du krama cambodgien

Impliqué dans la vie culturelle au Cambodge, Rotha Moeng s’est lancé en France dans la fabrication artisanale de masques en krama, l’écharpe khmère traditionnelle. Une écharpe millénaire dont les usages sont multiples, parfois même étonnants.

Loïc Barrière
écrivain, journaliste. Dernier roman : "Rizières sous la lune", éditions Vents d'Ailleurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’image du keffieh palestinien, du kilt écossais, de la culotte bavaroise, du kimono japonais ou du sari indien, le krama, foulard à carreaux blancs, bleus ou rouges, est le vêtement qu’on associe d’un seul regard au Cambodge. Cette bande de tissu en coton que portent les paysans khmers depuis des siècles devient désormais, en ces temps de coronavirus, la matière première de nouveaux masques grands publics, indispensables pour se protéger et protéger les autres.

 A l’origine de cette activité, Rotha Moeng*, habitant de Domont, dans le Val d’Oise. Vivant une partie de l’année au Cambodge, il est de retour dans l’Hexagone deux jours après le début du confinement. Très vite, il a l’idée, pour dépanner famille et amis, de coudre des masques avec ses deux machines à coudre Brother et Singer. Par chance, il est rentré en France avec un stock de kramas. S’inspirant fidèlement des patrons diffusés sur Internet, il peaufine sa technique puis se rend à la poste pour envoyer une centaine de masques à son entourage.

Rotha Moeng a grandi sous le régime implacable des Khmers rouges puis dans les camps de réfugiés en Thaïlande avant de rejoindre la France dans les années 80. Il a exercé différents métiers, d’agent de sécurité à chauffeur de taxi. Il est actuellement patron d’une agence de voyage, à l’arrêt depuis que le virus a mis un frein au tourisme. En parallèle, l’ancien élève du cours Florent travaille avec Régis Warnier lors du tournage au Cambodge du Temps des Aveux, film inspiré du Portail, le poignant récit de François Bizot décrivant son incarcération par les Khmers rouges et la chute de Phnom Penh en avril 1975. Il accompagne aussi la tournée en France de la troupe cambodgienne venue interpréter en khmer L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk d’Hélène Cixous (le roi défunt était incarné par une femme, San Marady, dans l’enceinte même du Théâtre du Soleil). On retrouve également Rotha Moeng au Festival de Cannes où il organise le séjour des acteurs de Diamond Island, le beau film de Davy Chou. Propriétaire d’une galerie d’art à Battambang, il oeuvre à faire découvrir en France ou aux Etats-Unis, où vit une partie de sa famille, les nouveaux talents de l’art cambodgien.

La couture, déjà, pour les réfugiés cambodgiens dans les années 80

Rotha Moeng n’a pas découvert la couture lors du confinement. Dans les années 80, il lui arrivait d’aider sa mère qui, comme de nombreuses réfugiées du Laos, du Cambodge et du Vietnam, travaillait comme couturière à domicile pour l’industrie du textile. C’est d’ailleurs chez sa mère qu’il va emprunter une machine à coudre professionnelle, une Mitsubishi. La machine, qui servait il y a quarante ans à coudre des pantalons et des chemises, reprend du service. Reclus avec sa femme, ses trois enfants et ses deux neveux rentrés des Etats-Unis le premier jour du confinement, Rotha Moeng transforme sa maison en atelier de couture. Tous les confinés de la rue Branly, petits et grands, participent à cette activité nouvelle. Les enfants retournent les masques, coupent les fils. Très vite, les amis et la famille lui envoient leurs photos portant leur masque en krama. Il veut aider aussi sa ville. Sur les conseils de sa voisine, il contacte, via facebook, le maire de Domont, Frédéric Bourdin. Rotha Moeng lui propose des dons de masques à sa ville. Le maire se déplace à son domicile et réceptionne un premier lot de masques qui seront distribués notamment aux infirmières. Frédéric Bourdin reviendra plus tard chercher d’autres masques, occasion de faire la connaissance du reste de la famille. 

Des masques écologiques

Alors que le déconfinement se met en place, le prix des masques chirurgicaux grimpe en flèche. La nécessité de protections alternatives et lavables se fait sentir, d’autant que les masques industriels ne sont pas recyclables et risquent de devenir de nouvelles sources de pollution. Encouragé par ses amis, Rotha Moeng décide alors de vendre ses masques (de 5 à 8 euros), des masques qu’il veut élégants et utiles à la fois. Il lance sa marque, Krama Mask, sur Facebook, pour répondre à la demande. Fabriqués de manière artisanale, avec des tissus en coton à 100 %, lavables à 60 degrés, ces masques répondent à la norme AFNOR (avec trois couches de coton tissé en maillage dense). Alors que son agence de voyage est à l’arrêt, cette activité lui permet de rebondir. C’est aussi une autre manière de valoriser le Cambodge. S’adapter, repartir à zéro, le fil conducteur de ces familles cambodgiennes qui ont connu la guerre, les camps de réfugiés et l’exil et ont dû reconstruire leur vie plusieurs fois. 

C’est donc une nouvelle vie pour le krama, qui pour les Khmers est bien plus qu’une simple écharpe. Dans les rizières, il sert au paysan à éponger sa transpiration. Noué sur la tête, il protège du soleil; enroulé autour du cou, il permet de lutter contre le froid et le vent. Il peut servir de ceinture, de pagne, de cordelette; on s’en sert pour transporter des objets. Il est parfois employé comme bandeau autour de la tête pour faire disparaître un mal de crâne. On raconte même qu’en voyage, on peut l'utiliser pour faire cuire du riz. Le krama peut devenir, à l’occasion, une arme offensive ou défensive : avec deux pierres, il se transforme en nunchaku. Un véritable «couteau suisse » affirme Rotha Moeng. Que le krama devienne un masque de protection semble finalement couler de source.  

    Loïc Barrière

   @Kramamask sur facebook ou 07 83 46 84 58

   *Rotha Moeng m’a inspiré le roman “Le choeur des enfants khmers”, Seuil, 2008, dans lequel je raconte la vie d’une famille de réfugiés cambodgiens en France.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran