ciolic
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

2 Éditions

Billet de blog 26 oct. 2010

Frêche 6 pieds sous terre : "ouf !" dit Martine

ciolic
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paix à son âme, et parlons cuisine politique

Ah Georges Frêche.

C'est un monument cet homme-là. N'oublions pas ses fortes paroles : "il n'y a que 5 % de gens intelligents. Moi, je parle aux cons". Tout homme politique digne de ce nom devrait méditer les paroles d'un expert. On peut lui reprocher ses foucades, son attitude autoritaire (voire plus); il n'en reste pas moins qu'il a transformé Montpellier et son agglomération.

Mais là n'est pas le sujet que je voulais aborder. Paix à son âme, requiem in pace et parlons cuisine politique, hin, hin..

S'il y a quelqu'un qui est content du coup du sort décrété par le Bon Diou, c'est le PS. Car ça leur était un véritable poison cet homme-là. Il était le PS à lui tout seul dans cette région, il y faisait la pluie et le beau temps et, surtout, il était furieux contre Martine Aubry qui l'avait exclu du parti. Il devait ruminer sa vengeance.

Je suis persuadé que pour la perspective de 2012, Sarko-4M et sa bande médiatique à ses bottes (ou est-ce l'inverse ? on ne sait plus) l'avaient déjà inclus dans le plan-com' de bataille anti-PS.

En effet, en 2007 ils ont monté Ségo en épingle et l'ont fait mousser pour damer le pion à DSK. Belle gueule, sourire Pepsodent, un côté "moi je" qui passe bien à la télé: tout a marché comme sur des roulettes, les sondages ont embrayé et ...roule ma poule ! DSK est passé à la trappe et elle n'a pas fait le poids.

Pour 2012, l'UMP est tellement dans la mouise qu'ils ne pourront s'en sortir que si c'est la foire d'empoigne au sein du PS. Comme d'habitude. Et TF1 (et consorts) a pour mission de torpiller une entente cordiale, ou plutôt un pacte de non-agression, bien fragile.

Oh comme G. Frêche se serait plu à flinguer tout ce petit monde du PS avec TF1, le Figaro, Europe1, RTL, RMC.... comme porte-voix. Surtout que d'autres s'y seraient mis, il y a tant de rancoeur dans ce "machin". Les maires de Lyon et de Paris (comment s'appellent-ils déjà ?) auraient bien savonné la planche eux aussi, et avec délectation.

Avec Frêche en guest-star dans les peep-shows de TF1 on aurait bien chauffé l'ambiance et le PS se serait dynamité tout seul, Sarko passant à la caisse à la fin du service.

Damned, pas de chance ! Tout est à refaire ! On avait tout mitonné aux petits oignons. Qui pourrait-on choisir qui le remplacerait ? Hollande ? Non il ne marcherait pas dans la combine. Les maires ( ça va me revenir) : ils n'ont pas d'envergure et le charisme d'un cassoulet en plein été. Ah oui, Valls, à la limite, mais on l'a déjà trop utilisé comme bouffon.

Grace à Frêche six pieds sous terre le PS peut y croire encore. Mais attention, d'autres pièges les attendent. Sauront-ils les repérer à temps ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame