Loïc Cwiek
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2022

Loïc Cwiek
Abonné·e de Mediapart

Échecs : le championnat du monde de la honte

Le championnat du monde d’échecs par équipes va voir s’affronter 12 équipes - dont la France - à la cadence de 45 minutes + 10 secondes par coup, du 20 au 25 novembre 2022. Ce championnat a été confié par la FIDE (Fédération Internationale des Echecs) à la Fédération israélienne et va se dérouler dans l'hôtel Dan, à « Jérusalem ».

Loïc Cwiek
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si aux échecs un joueur essaie de prévoir un maximum de coups à l’avance, la FIDE brille ici par son retard : en février dernier, Amnesty International a publié un rapport d’enquête de 280 pages (1) qui qualifie d’apartheid (2), de système cruel de domination et de crime contre l’humanité les pratiques d’Israël envers le peuple palestinien. Ce rapport fait suite à celui d’Human Rights Watch (3) en avril 2021 et celui de l’ONG israélienne B’Tselem (4) en janvier 2021 et qui arrivaient aux mêmes conclusions. En mars 2022, un rapporteur spécial des Nations Unies qualifie lui aussi le régime israélien d’apartheid (5). D’autres ONG et défenseurs des droits humains alertent depuis bien plus longtemps sur la nature de ce système.

Ce ne sera certes pas la première fois que la FIDE confie l’organisation d’un tournoi à un régime autoritaire ou qui bafoue les droits de l’Homme, mais cette qualification d’ « apartheid » fait d’Israël une spécificité.
De plus, à l’instar du régime d’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1970 et 1980, un appel au boycott, aux désinvestissements et aux sanctions contre Israël tant que le pays ne respecte pas le droit international (6) a été lancé par la plus grande coalition d’organisations palestiniennes, la campagne BDS, en 2005. Cet appel au boycott englobe le sport qui représente une vitrine pour un pays en quête de normalisation de son image, communément nommé sportwashing. La FIDE a d’ailleurs été interpellée par cette campagne qui lui demandait de relocaliser ce championnat (7). Rappelons que la FIDE a exclu l’Afrique du Sud des Olympiades en 1974. Et rappelons aussi que la Russie, pays historique des échecs, est exclue des compétitions de la FIDE -dont ce championnat du monde-, suite à la guerre déclenchée par la Russie contre l’Ukraine.

La FIDE a rendu hommage à Nelson Mandela, incarnation de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, à sa mort en 2013 (8 ), elle a soutenu un tournoi en sa mémoire (9) ou elle le cite dans une brochure intitulée « Le jeu d’échecs, un outil pour l’éducation et la santé » (10). Le même Mandela qui déclarait en 1997 « Nous savons que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens ». Les hommages c'est bien, mais l'Histoire se joue au présent.

Enfin, comble du cynisme, ce championnat du monde ne se déroulera en fait pas vraiment en Israël, mais à Jérusalem-Est, dans la partie occupée de la ville depuis 1967. Le Conseil de sécurité des Nations Unies considère l’annexion par Israël de cette partie de Jérusalem comme une violation du droit international (Résolution 478 du 20 août 1980). Le tournoi se tiendra à quelques encablures de l’emblématique quartier palestinien de Sheikh Jarrah, un des symboles de la dépossession des Palestiniens de leur terre.

Alors comment une institution qui prétend « s’engage[r] à respecter tous les droits de l’homme internationalement reconnus et s’efforce[r] de promouvoir la protection de ces droits. » (Article 4.3 de la Charte de la FIDE) peut-elle organiser un tournoi dans ces conditions, à moins de ne rien connaître de cette situation ? N’est-elle pas au courant de l’existence d’une Palestine occupée qui participe aux Olympiades depuis 1984 ?

Comment ne pas jeter le discrédit sur notre sport dont ses acteurs, à tous les niveaux, en font la promotion comme étant notamment un excellent outil pour l’apprentissage des règles et du respect de l’autre ?

Avec les fédérations, les joueurs et les officiels participant au tournoi, la FIDE aide au lent effacement de la Palestine en tant que nation et des Palestiniens en tant que peuple. (11)

En espérant au moins que les différentes interpellations dont la FIDE a fait l’objet serviront à mettre la lumière sur la nature du régime israélien et sur la portée politique et symbolique de l’organisation d’un championnat qui bafoue toute éthique sportive, et qu’une leçon en sera tirée.


Loïc Cwiek
Joueur, arbitre et dirigeant de club d’échecs.

(1) Amnesty International : https://www.amnesty.org/fr/documents/mde15/5141/2022/fr/

(2) Apartheid : Régime institutionnalisé d'oppression et de discrimination raciale systématique, système de règle étrangère établi dans l'intention de maintenir la domination d'un groupe ethnique-national-racial sur un autre, et système de discrimination institutionnalisée en vue d'une domination permanente construit sur la pratique régulière d'actes inhumains

(3) HRW : https://www.hrw.org/fr/news/2021/04/27/des-politiques-israeliennes-abusives-constituent-des-crimes-dapartheid-et-de

(4) B’Tselem : https://www.btselem.org/publications/fulltext/202101_this_is_apartheid

(5) Rapporteur de l’ONU : https://www.ungeneva.org/fr/news-media/meeting-summary/2022/03/conseil-des-droits-de-lhomme-m-michael-lynk-qualifie-dapartheid

(6) Plus précisément jusqu’à ce qu’Israël reconnaisse le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et se conforme entièrement aux préceptes du droit international, en :

- Mettant fin à son occupation et à sa colonisation de toutes les terres arabes et en démantelant le Mur

- Reconnaissant les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël à une complète égalité ; et

- Respectant, protégeant et favorisant les droits des réfugiés palestiniens à recouvrer leurs maisons et leurs biens comme le stipule la résolution 194 de l’ONU

(7) Lettre de BDS : https://www.bdsfrance.org/fide/

(8 ) https://twitter.com/FIDE_chess/status/410042247280095233?s=20&t=tLlz-cfLoKH--LIsu0ECxA

(9) https://twitter.com/FIDE_chess/status/1424036837149089794?s=20&t=tLlz-cfLoKH--LIsu0ECxA

(10) https://edu.fide.com/wp-content/uploads/2021/02/OGF3fr2-180322.pdf

(11) Phrase empruntée à cet article paru sur la London Review of Books : https://www.lrb.co.uk/blog/2022/november/in-occupied-territory

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm