Selon l'UNICEF, 800 000 000 d’enfants dans le monde sont intoxiqués au plomb

Selon un rapport de l’UNICEF et de l’organisation américaine Pure Earth, un tiers des enfants dans le monde a un taux excessif de plomb dans le sang. Ce type d’intoxication peut être mortelle.

Un tiers des enfants du monde souffrent d'intoxication, et la moitié d'entre eux vivent en Asie Un tiers des enfants du monde souffrent d'intoxication, et la moitié d'entre eux vivent en Asie
Ces 800 000 000 d’enfants intoxiqués, dont plus de la moitié vit en Asie, présentent un taux de plomb dans le sang supérieur à 5 microgrammes par litre de sang. Ce seuil est considéré comme le seuil au-delà duquel ce taux devient particulièrement dangereux.

Le plomb peut causer des lésions cérébrales et a des effets «particulièrement dévastateurs chez les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans, car il endommage leur cerveau avant que celui-ci ait pu se développer complètement», explique l’UNICEF dans son communiqué.

L’UNICEF rappelle les divers risques liés à une intoxication au plomb : troubles de la santé mentale, maladies rénales et cardiovasculaires, déficiences physiques, neurologiques ou cognitives.

Dans les pays les moins développés, la présence de plomb dans l’environnement provient fréquemment du recyclage informel, parfois illégal, des batteries au plomb de certains véhicules. Ces boîtiers sont parfois ouverts de force pour faire fondre le plomb, ce qui émet des fumées toxiques polluant les alentours.

On trouve également du plomb dans certaines peintures, cosmétiques voire même des jouets.

En France, les autorités sanitaires ont alerté sur les dangers du plomb suite à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, où 460 tonnes de plomb contenues dans la toiture et la flèche avaient fondues et s’étaient répandues sous forme de particules. Les jeunes enfants mettant souvent les mains à la bouche, ils peuvent ainsi ingérer des poussières de plomb qui se trouvent sur les trottoirs, les aires de jeux etc.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié en février 2020 ses recommandations quant à l’exposition des enfants dans les espaces extérieurs : laver les mains des plus jeunes fréquemment, notamment au moment du repas ou après un contact avec le sol ; avoir les ongles courts pour éviter l’accumulation de particules sous les ongles ; se déchausser en entrant chez soi pour éviter d’amener des poussières de l’extérieur ; nettoyer les pièces de la maison, balcon ou terrasses avec une serpillière humide, et éviter le balais qui disperse les poussières.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.