Kerviel / Société générale : Ce que nous exigeons

Les dernières révélations apportées hier soir par Mediapart et 20 Minutes démontrent que l’affaire Kerviel / Société générale est bien un scandale d’État. Avec Jérôme Kerviel, son avocat David Koubbi et tous les soutiens, nous ne cessons de le dénoncer.

 

"Dans sa quête de vérité, Nathalie Le Roy, ancienne enquêtrice à la brigade financière, a poursuivi ses investigations en dépit de l’avis de sa hiérarchie qui a tenté de la décrédibiliser (1). Elle aurait recueilli des informations, brutales dans leur nature, auprès d’une magistrate du parquet de Paris qui renforcent les informations déjà lourdes d’enseignement que la Commandante de Police donnait au mois d’avril 2015 au doyen des juges d’instruction du pôle financier de Paris. Selon ce témoignage, la magistrate valide les déclarations de Nathalie Le Roy selon lesquelles la Société générale a entravé la bonne marche de l’enquête et confirme l’intervention du parquet dans la construction d’un dossier à charge en faveur de la banque. Nous avons affaire à un scandale d’État.

Dans les colonnes du journal L’Humanité, alors que le Parquet s’obstinait à vouloir maintenir Jérome Kerviel en détention au mois d’août 2014, j’écrivais : « nous croyons que le Parquet est sous l'influence de conjurés qui s’abritent sous la raison d’État pour cacher leurs propres turpitudes » (2). Ces conjurés, la magistrate qui s’est confiée à Nathalie Le Roy les a vu agir et elle décrit précisément la manière dont ils ont fabriqué la culpabilité du jeune trader. Cette magistrate devient un témoin capital pour dire qu’il y a bien, au cœur du système Police-Justice, dans l’appareil d’État et à la banque, des personnes qui n’ont aucun intérêt à ce que la lumière soit faite sur l’affaire Société générale. Mais ces conjurés ont chacun un nom, et certains d’entre eux ont prêté serment pour servir la Justice. Le déshonneur dont ils ont accablé Jérome Kerviel va s’abattre sur eux.

Nous exigeons :

  • Que la Commandante de Police Nathalie Le Roy bénéficie du statut de lanceur d’alerte, pour la protéger et être reconnue dans sa dignité.
  • Que Chantal de Leiris, la magistrate du Parquet qui s’est confiée à Nathalie Le Roy soit rapidement protégée, afin qu’elle entre en toute sécurité dans le camp de l’honneur.
  • Que les magistrats et les policiers soupçonnés d’avoir entravé la bonne marche de la Justice soient rapidement éloignés du dossier, à moins qu’ils ne décident à l’instar d’autres repentis de collaborer à la recherche de la vérité.
  • Que le ministère public, par nature indivisible, examine rapidement sa faute réitérée et tire les conséquences judiciaires qui s’imposent, dès les audiences à venir.
  • Que les magistrats instructeurs et les magistrats du siège qui ont à traiter de tout ou partie du dossier sachent que le temps de la conjuration est fini et travaillent avec sérénité avec les moyens de preuve dont ils ont besoin et qui ont été refusés jusqu’à présent, notamment pour examiner la réalité et la composition de la perte annoncée par la Société générale en 2008.
  • Que les avocats de la partie adverses cessent d’insulter Jérôme Kerviel et par là même la Justice et l’opinion publique. Cette dernière a compris depuis longtemps ce qu’ils tentent de dissimuler.
  • Que le ministère des Finances ne se cache plus derrière le secret fiscal pour s’empêcher d’examiner les raisons qui ont conduit à consentir précipitamment un avoir fiscal à la Société générale sur la base d’une perte non confirmée.
  • Que les moyens soient donnés aux parlementaires qui souhaitent constituer les commissions d’enquête chargées de faire la lumière sur l’ensemble des dysfonctionnements de cette affaire.
  • Que les conséquences soient rapidement tirées par le Président de la République et son gouvernement pour garantir l’indépendance réelle des magistrats du Parquet, annoncée par toutes les majorités, mais jamais acquise.

Ce que nous exigeons surtout, c’est que tous ceux qui représentent la Justice dans cette affaire comprennent que cette dernière est au service du peuple français et non d’une intelligentsia préservée par l’entre soi et la prébende. Nous l’exigeons au nom des milliers de personnes qui inlassablement soutiennent Jérôme Kerviel depuis 2008.

Quant à la banque, pouvons-nous exiger qu’elle applique à son comportement vis-à-vis de la justice la transparence qu’elle promet à ses clients ? Si tel n’est pas le cas, il s’agirait d’une duplicité institutionnelle et commerciale inquiétante dont elle devra assumer les conséquences maintenant que tout est clair sur le scandale qu’elle a déclenché et entretenu.

Richard Amalvy

Président du Comité de soutien de Jérôme Kerviel

 (1) La nouvelle bombe de l’Affaire Kerviel, Mathieu Delahousse, L’Obs, 29 octobre 2015.

(2) Qui tient le Parquet sous influence ?, Richard Amalvy, L’Humanité, 1er août 2014.

 P.S. : Appel à témoins

Nous invitons par ailleurs toutes et celles et ceux qui détiendraient des informations sur les affaires qui intéressent la Société générale ; ou sur des affaires similaires qui ont été traitées par les policiers de la Brigade financière et les magistrats du Parquet qui ont agi dans l’affaire Kerviel / Société générale ; ou sur des affaires similaires qui ont été défendus par les avocats de la banque, à se rapprocher du Comité de soutien de Jérôme Kerviel, pour partager et confronter nos informations (soutienofficielkerviel@gmail.com).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.