LoloGaga
Graphiste artiste plasticien
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2019

Acte 52 Gilets Jaunes Montpellier : Déploiement impressionnant des forces de l'ordre.

Le 9 nov. à Montpellier, des centaines de gilets jaunes ont joué au chat et à la souris avec la police toute l'après-midi dans le centre ville verrouillé de toutes parts par un déploiement massif de la police. Malgré un nassage au départ durant deux heures rue de la Maguelone d'une bonne partie des manifestants, le cortège ne s'est pas découragé et a déambulé dans une ambiance festive.

LoloGaga
Graphiste artiste plasticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rassemblement Place de la Comédie en début d'après-midi. © Laurent Gaignebet
© Gilets Jaunes Montpellier

Sur les réseaux sociaux, le ton était donné depuis plusieurs semaines :

ACTE 52

APPEL NATIONAL 

MONTPELLIER CAPITALE DE LA RESISTANCE


Le rendez-vous a lieu le samedi 9 nov. sur la place de la Comédie en début d'après-midi. Quelques centaines de gilets jaunes se regroupent entre la Fontaine des Trois Grâces et l'Opéra Comédie. Le cortège se met en branle vers 14 h avec un premier face à face tendu avec les CRS dont un cordon barre totalement l'accès à la rue de la Loge et dont un autre progresse sur la place pour l'évacuer au son du générique de Star Wars.

Evacuation de la place de la Comédie © Laurent Gaignebet

Les manifestants s'engagent alors dans la rue de Maguelone au bout de laquelle on aperçoit en bas devant la gare St Roch les forces de sécurité bien en place avec leur canon à eau flambant neuf, gare qui fût le théâtre de dégradations importantes lors d'actes précédents des gilets jaunes.

Le cortège descend dans la rue de Maguelone © Laurent Gaignebet
© L.Gaignebet

Nous sommes alors une bonne partie à être nassés devant la BNP Paribas sur une longueur d'une centaine de mètres. Le piège se referme peu à peu et des gaz lacrymogènes sont utilisés alors que les manifestants invectivent les forces de l'ordre qui se positionnant au niveau des rues d'Obilion, Joffre et Clos René. Deux heures durant, nous patientons dans une ambiance tendue  tandis que les CRS investissent un snack pour procéder à des interpellations en profitant au passage pour saisir le matériel de protection des gilets jaunes. Un groupe de la BAC s'avance et contrôle l'accès d'un immeuble dans le même but.

Des lacrymogènes sont lancés pour repousser les manifestants © L.Gaignebet
© Laurent Gaignebet
Canon à eau dans la rue de Magueleone - coté place de la Comédie © L. Gaignebet
CRS investissant un snack rue de la Maguelone © L. Gaignebet
Canon à eau dans la rue de Magueleone - coté gare St Roch © L. Gaignebet
CRS en faction devant l'opéra Comédie © L. Gaignebet
Membres de la BAC investissant l'entrée d'un immeuble © L. Gaignebet

Certaines personnes réussissent à s'extraire après un contrôle d'identité. D'autres demandent à aller satisfaire leur besoin naturel et envisagent même de le faire sur place en se cachant derrière des parapluies. Mais l'étau se desserre finalement et nous remontons sur la place de la comédie. Le cortège reformé remonte alors la rue de la Loge et fait une halte devant le préfecture avant de s'engager dans la rue Maréchal Foch (au bout de laquelle se trouvent une nouvelle fois les forces de l'ordre) et de faire le tour de la Cathédrale Saint Pierre par le Bd Henry IV avant de regagner la place de la Comédie.

La nuit est tombée et nous poursuivons notre déambulation joyeuse en descendant une nouvelle fois la rue Maguelone avant de rejoindre le cours Gambetta en passant par la rue de la République.

© L. Gaignebet


Quelques feux de poubelles sont au passage allumés et la tension est vive sur le cours Gambetta obligeant la police à user une nouvelle fois de gaz lacrymogènes pour disperser le cortège. Une longue fille de fourgons de CRS investit tout un côté du cours et les manifestants se retrouvent une nouvelle fois à la case départ, place de la Comédie sur laquelle l'ambiance est loin de retomber, les gilets jaunes continuant d'invectiver les CRS présents devant l'Opéra. La manifestation finira par se disperser vers 19 h après un dernier passage à la Préfecture.

Particulièrement mobiles et déployées en très grand nombre, les forces de l'ordre ont contenu tout au long de l'après-midi la manifestation. Quelque soit la direction empruntée par le cortège, celui-ci s'est retrouvé en permanence au contact de celles-ci, barrant leur progression et les repoussant par derrière. Un dispositif qui a permis d'éviter tout débordement comme ce fut le cas à plusieurs reprise lors des actes précédents.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
À travers le monde, des armes « made in France » répriment et tuent
À la veille de la tournée dans le Golfe du président français Emmanuel Macron, du 3 au 4 décembre, les preuves s’accumulent sans émouvoir, au sommet de l’État. Des armes « made in France » participent à la répression politique dans plusieurs pays, au meurtre de civils dans les pires conflits de la planète, au mépris des valeurs et des engagements internationaux de Paris.
par Rachida El Azzouzi
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes, qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah
Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine