LoloGaga
Graphiste artiste plasticien
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2020

Confinement forcé : Sale temps pour les pervers narcissiques et autres manipulateurs

Le confinement présente au moins un avantage : la psychologie humaine se révèle "au grand jour", si l'on peut dire, pour le meilleur et pour le pire. Le nombre impressionnant de publications sur les réseaux sociaux de personnes "égocentrées" qui se croient toute-puissantes, toute-savantes en est le meilleur révélateur. Mais là n'est pas le sujet.

LoloGaga
Graphiste artiste plasticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Baiser - 1994 - Huile sur toile - 131 X 131 cm © Laurent Gaignebet


Les manipulateurs, et plus encore les pervers narcissiques structurellement accomplis, ont un besoin vital d'autrui pour se valoriser en affichant en public leur meilleure image et en contemplant le reflet pour se persuader qu'ils sont les meilleurs, les plus beaux, les plus irréprochables.

En déversant chez l'autre leur mal-être et leurs failles narcissiques, ils en profitent au passage pour le dévaloriser et le rendre responsable de leur inaptitude à vivre dans ce monde complexe. Ils sont experts dans l'utilisation des qualités de l'autre à leur profit, qualités qu'ils s'accaparent et qu'ils volent tels des sangsues, se nourrissant de la substance du monde extérieur, monde qu'ils jugent hostile et qu'ils veulent en fin de compte détruire.

Tout cela est connu et bien documenté, certes.

Mais comment faire alors si l'on se retrouve confiné.

Il devient alors difficile, voire impossible de se se pavaner avec sa belle voiture, puissante et dernier cri, la plus chère possible bien sûr, de frimer avec ses plus beaux atours, vestimentaires ou matériels, de se la jouer supérieur en écrasant son voisin. En un mot de faire illusion.

Alors que le pervers a pour but ultime d'isoler ses proches, voilà qu'il se retrouve isolé à son tour, se retrouvant en face de lui-même, de son vide intérieur, de sa médiocrité, sans pouvoir étaler au jour ses souffrances et les expulser à l'extérieur en manipulant les gens qu'il côtoie, en particulier dans le monde professionnel.

Aie aie, aie, la dépression guette. La crise d'angoisse pointe le bout de son nez. Le pervers se prend en pleine face ce qu'il refuse de voir, ce qu'il renie depuis sa plus tendre enfance.

Bon ok, il pourra toujours exercer son pouvoir à distance, par skype ou par mail, par les réseaux sociaux ou par les conversations au téléphone puisque ce sont des experts du langage et de l'embrouille didactique.

Mais c'est tout de même beaucoup plus difficile car il est bien connu qu'un pervers narcissique perd une grande partie de son contrôle mental, de son emprise sur sa victime quand cette dernière la fuit en s'éloignant définitivement de lui.

Bref, je plains les concubins (homme ou femme sans distinction), enfants ou parents de ces personnes car ils vont tout prendre sur eux, coincés qu'ils sont avec leur bourreau.

Aie, aie, aie, la depression, les passages à l'acte destructeurs, je n'ose imaginer ce que va donner cette cohabitation imposée par un mois de confinement.

Et ce n'est que le début. Sans oublier qu'un noyau narcissique peut être une famille, une entreprise ou autre structure sociale mais aussi un pays entier avec à la tête un gouvernement et ses dirigeants.

Il n'en reste pas moins que le COVID finira par s'éteindre et que malheureusement les manipulateurs ressortiront, plus féroces encore pour nous manger tout crus.

Sauf que nous sommes là, nous qui aimons le monde et ceux qui nous entourent, pour les attendre !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai