Des lacrymos dans la forêt, Macron débarque à la Réunion

Ah Facebook et ses "lives", quel bonheur en ces temps de presse muselée. Du réel, du brut. Cette video, par exemple, filmant le nassage de manifestants en retrait d'un rond-point lors du passage de Manu et de son convoi, peu après son atterrissage. Un brin surréaliste ce déploiement excessif de la gendarmerie alors qu'il n'y a visiblement plus grand monde sur les lieux.


Il était attendu le Manu, dés midi, par des dizaines de manifestants. Après ce qui s'est passé ici il y a bientôt un an, on comprend qu'il se méfie.

 © Gilets Jaunes La Réunion © Gilets Jaunes La Réunion
"Fini Mayotte et  son accueil en fanfare avec les fans de la Macronie, les banderoles de la REM pour montrer, soi-disant, l'admiration du peuple pour son président... du grand délire" nous commente celui qui filme et qui préfère rester anonyme, bien qu'il me permette d'utiliser sa vidéo et ses mots pour cet article.

Les grands moyens donc, pour que Manu et ses ministres ne voient pas l'ombre de ces "gueux de gilets jaunes" sur son passage, et que ceux-ci, refoulés à 150 m, ne puissent pas lui jeter deux ou trois petits cailloux. Il semblerait d'ailleurs qu'il y en ai eu quelques uns de jetés. Mais pas sur lui, je vous rassure, c'était avant que le convoi passe, au loin, dans le rond-point. Eh oui, les gens sont comme ça ici, un tempérament bien trempé, chaud bouillant malgré 3H à attendre dans le mauvais temps. Il ne faudrait pas trop les titiller et les prendre pour des rigolos.

sans-titre-4
Une centaine de gendarmes avec quinze véhicules, dont quatre ont un look cammouflage bien militaire, barrent totalement la route afin que "sa Seigneurie Macron, le Roi Jupiter n'ait pas à se confronter à ce peuple à qui il ne répond pas, qu'il ignore et qu'il méprise.."
Pour son séjour de trois jours dans l'ile sont mobilisés 1500 policiers, gendarmes et autres membres des forces spéciales. 
"Encore des millions d'euros de nos impôts dépensés. Macron est le roi de la COM, il ne sait faire que ça"

Le plus surréaliste est qu'il n'y a quasiment plus personnes sur les lieux a part quelques journalistes et une poignée de manifestants bravant la pluie.
"C'est ça la démocratie de Macron : empêcher les gens de manifester. Les deux cent personnes qui étaient là sont partis depuis longtemps." On aperçoit les motards au fond, le convoi arrive. "Ils sont venus fanfaronner pendant trois jours." Au passage on apprends qu'une femme en fauteuil roulant a eté gazée, mais ça, on commence à avoir l'habitude en métropole !

sans-titre-7
Maintenant que "Monseigneur" est passé, les gendarmes se replient. Mais attention, pas n'importe comment, en formation serrée, au pas de course, tirant au FlashBall pour assurer les arrières et balançant à tout va leur lacrymos, un véritable brouillard, jusque dans la forêt environnante (heureusement qu'il pleut !) Notre vidéaste en reçoit une prés de lui et sursaute, une autre arrive sous une voiture. "Ah ben si elle crame, on dira que c'est la faute des gilets jaunes bien sûr" 

Tout ça pour quelques manifestants et journalistes, sait-on jamais, des fois qu'ils se jettent armés jusqu'aux dents à l'assaut des forces de l'ordre.

sans-titre-9

"Bienvenue en Macronie, bienvenue à la Réunion Mr Macron"

Après ce tour de chauffe et cet accueil des plus fraternels, RV est donné demain, à Saint Denis, au Jardin de l'Etat à 9h pour une grande manif.

Nous verrons bien alors de quel bois se chauffent nos compatriotes de l'océan indien.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.