Lora Verheecke
Chercheuse en politique commerciale européenne
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2021

Pandémie: Vinci et ADP en profitent en menaçant le Chili

Vinci et ADP menacent le Chili d’une procédure d'arbitrage, suite à la pandémie et à la réduction concomitante du trafic aérien. Ils utilisent une justice privée qui coûtera des millions aux contribuables chiliens, indépendamment du jugement.

Lora Verheecke
Chercheuse en politique commerciale européenne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle est passée inaperçue. Or, la nouvelle est de taille: Des investisseurs français (ADP et Vinci) menacent le Chili d’une procédure en arbitrage, du fait de pertes financières liées au Covid.

En effet, suite à la pandémie, l'aéroport de Santiago Arturo Merino Benítez n'est plus aussi rentable. ADP possède 45% et Vinci 40% des parts du consortium Nuevo Pudahuel qui gère cet aéroport.

Moins de passagers signifient moins de rentrées d'argent pour les deux opérateurs français. Vinci et ADP ont donc réclamé une aide financière au gouvernement chilien qui, d'après eux, leur a été refusée. Ne pouvant obtenir de l'argent public par le dialogue, ils brandissent maintenant leur plus puissante arme juridique: le règlement des différends État - investisseur (connus sous les acronymes RDIE ou ISDS en anglais). Celui-ci leur permet d'accéder à des tribunaux d'arbitrage d'investissement si juteux...

Les tribunaux d'arbitrage accordent un cadre de justice parallèle privée à des investisseurs étrangers, qui peuvent attaquer un pays lorsqu’une mesure d’un gouvernement a un effet négatif sur le potentiel de son investissement ou l’estimation des ses profits. C'est une justice à un sens où seuls les investisseurs peuvent initier une procédure. Trois arbitres, payés à l'heure, décident du montant que devra payer un État qui a osé légiférer pour le bien-être de ses citoyens, plutôt que pour les bénéfices d'actionnaires étrangers. Le biais est flagrant: si c'est grâce à un investisseur que vous allez devenir arbitre, et donc être grassement rémunéré, c'est dans votre intérêt de le satisfaire.

Ces tribunaux sont contestés car ils ont sommé de nombreux pays de payer des sommes astronomiques suite à la mise en œuvre de politiques d'intérêt général (sortie du nucléaire, protection du littoral, etc.). Les procédures sont si chères pour les États (plusieurs millions d’euros) que rien que la menace d'un arbitrage peut avoir un impact sur une loi, comme ce fut le cas en France pour la loi Hulot.

Ces tribunaux vivent grâce à des accords de libre-échange, comme le CETA (Canada-Union européenne), ou l'accord d'investissement entre la France et le Chili. C'est grâce à ce dernier qu'ADP et Vinci menacent de porter plainte contre le Chili.

La suite? Un mystère. Le présent est déjà un mystère. La menace d'arbitrage n'est pas publique. Elle va conduire à des négociations entre le gouvernement chilien et les investisseurs français tout aussi opaques. Des négociations qui pourraient déboucher sur un accord financier à l’amiable, impliquant un coût pour les contribuables chiliens... Un tel accord, en général négocié aussi en toute opacité,demeurera tout autant un mystère.

Un triste exemple qui illustre les intérêts financiers qu’ont les multinationales pour les accords de libre-échange, et en particulier les entreprises françaises pour la mise en œuvre du CETA qui n’a toujours pas reçu l’approbation du Sénat, et peut donc encore être stoppé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal
Pologne : un an après la loi anti-IVG, le bilan s’avère tragique
Conséquence du durcissement de la loi sur l’avortement, les médecins refusent l’interruption de grossesse en cas de détresse du fœtus, jusqu’à mettre en péril la vie des mères. C’est ce qui vient d’arriver, selon sa famille, à Agnieszka, décédée en début de semaine.
par Helene Bienvenu
Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra