De Pinochet à Macron

Extrait du livre de Laurent Mauduit : Prédations sur l néolibéralisme totalement débridé, depuis son origine chez ... Pinochet

Petit extrait du livre  Prédations de Laurent Mauduit:

L'histoire est tristement célèbre. C'est au Chili que des privatisations sont pour la première fois massivement conduites. Avant elles, il y a bien eu ici ou là des opérations de cession au privé, mais elles sont toujours restées timides et de portée modeste. […]

Avec le Chili, tout bascule. Au lendemain de son coup d'État, le général Pinochet (1915-2006) organise une répression violente. Assassinats de masse, tortures, arrestations : la dictature noie dans le sang toutes formes de résistances. Mais, sur le plan économique, elle surprend le monde entier en affichant un libéralisme effréné. Il existe en effet dans le pays un courant d'économistes formés à 1'Université pontificale catholique du Chili, laquelle entretient depuis le milieu des années 1950 un partenariat avec l'université de Chicago, là où professe le pape du néolibéralisme Milton Friedman (1912-2006), ainsi que l'un de ses proches, Arnold Harberger. La plupart de ces économistes, parmi lesquels José Pinera ou Hernán Büchi, sont passés par cette école ; même s'ils n'ont pas tous fini leur cursus universitaire à Chicago, ils sont affublés du même sobriquet, les « Chicago Boys », et vont, pour nombre d'entre eux, occuper des fonctions ministérielles sous la dictature.

À l'époque, cet ultralibéralisme économique qui se conjugue à un illibéralisme enragé sur le plan politique laisse beaucoup d'observateurs perplexes. Nul paradoxe, pourtant. Comme l'a établi Naomi Klein dans son essai sur La Stratégie du choc, l'ultralibéralisme est prêt à tout, jusqu'à la violence, pour assurer sa domination. On connaît la formule percutante de l'essayiste : le Chili est le premier terrain d'expérimentation de ce « capitalisme du désastre ».

Macron disciple de Pinochet !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.