mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart sam. 6 févr. 2016 6/2/2016 Dernière édition

Cybers inquisiteurs : Le coran interdit-il vraiment la représentation imagée ?

 

4901320710258a6c-2c235.jpg

L’attentat n’a toujours pas d’ailleurs été revendiqué par contre des hackers turcs dont l’un des membres, affirme, dans un entretien au Journal du Dimanche, "défendre son pays" tout en menaçant un autre journal Libération.

L’attaque de la page d’accueil de l’hebdo avec un message affiché en turc tenant des propos du genre « Avec vos caricatures haineuses, vous attaquez le grand prophète de l’Islam, sous couvert de la liberté d’expression. Que la malédiction de Dieu s’abatte sur vous. Nous serons votre malédiction dans le monde virtuel !". Signé des Akincilar, ce nom fait référence à Akincilar une ville de Turquie, qui signifie également " commando " en turc...Plus tard, sous le pseudo Black Apple Ekber annonce le succès de l’opération sur un forum. « Il fallait donner la réponse qu’elle méritait à cette revue qui prononce de telles imbécillités. »

Capture d'écran de la page d'accueil du site Web de l'hebdomadaire "Charlie Hebdo" piratée par Akincilar.

Ces cybers inquisiteurs remettent ainsi au goût du jour, un outil de la sainte inquisition qui justement avait pour mission de mettre au pas quiconque ne vivait pas dans le trip d’une certaine vision du religieux disons-le sans ambage totalitaire. Ce groupe a à son actifs un certain nombre d’attaque près de 6000 selon le site Algérie Plus.

L’Histoire de la caricature montre que cette dernière sert à dénoncer à accentuer les traits de certaines actions considérées comme iniques, ce type de presse a toujours été dans la transgression, la caricature est une forme d’humour qui a été toujours combattu par ceux qui ont la haine rivée aux corps en usant de tous les moyens.

On peut lire sur rue 89 le dessin de presse, une histoire de la transgression : « Oscillant donc entre l'éditorial, critique sur l'actualité, relevant de l'information, et la caricature, visant l'humour et le ridicule, le dessin de presse suit une ligne délicate. La presse satirique, dont relève cet exercice de style graphique, a pour finalité de provoquer une prise de conscience d'un phénomène, de mettre en lumière une situation pour susciter des questions et accoucher d'une pensée critique ».

Maintenant parlons du Koran, très peu d’articles ont été écrit pour savoir mais de quoi parlent donc ses cybers inquisiteurs en réalité et que dit donc le coran sur la représentation des figures humaines.

Dans l’islam il est interdit de représenter le dieu monothéiste, donc pour eux Allah ne peut être mis en image. Or selon les croyants musulmans, seul le coran est la parole du dieu en question. Je n’ai pas trouvé un seul verset parlant de l’interdiction de présentation de l’image des végétaux, des minéraux où des hommes ou femmes !!!

On peut y lire simplement l’idée qu’il y a un dieu et qu’il est tout…

Au passage je ferais juste remarquer que ce verset peut être compris au 1er degré selon sa conception du mot dieu…On peut le lire de plusieurs manières dont l’une consiste à croire qu’il y a un dieu puissant auquel l’homme est soumis lecture classique d’une interprétation que je nomme une idée du religieux au rabais, pour conditionner les hommes à croire qu’ils ne sont rien et que l’autorité est tout, ou bien on peut comprendre, que l’Homme ayant l’étincelle divine, il aurait alors pour but d’en attester, à travers l’Art entre autre de cette divinité dont lui aussi est porteur.

« Il est le Dieu unique, le producteur, le Créateur, le Formateur. »(Coran, LIX, 24)

Mahomet n’est qu’un homme et non l’incarnation du dieu en question comme l’est Jésus, pour les croyants chrétiens. Dans la bible par contre on trouve dans le second commandement du Décalogue l’interdiction de la représentation de toutes choses.

« Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l' Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l' iniquité des pères sur les enfants jusqu' à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu' en mille générations à ceux qui m' aiment et qui gardent mes commandements ».

4281320710735866-7ba35.jpge siècle.

Pour Silvia Naef les hadiths témoignent de quatre préoccupations l'interdiction des images, et ces préceptes semblent acceptés à peu près à la fois par les chiites et les sunnites : 1) Dans le cadre d'une crainte du retour à l'idolâtrie, les images sont considérées impures, incompatibles avec la prière.

« Les anges n’entreront pas dans une maison où il y a un chien, ni dans celle où il y a des images » (Bukhârî, LXXVII, 87)

731132071059cd69-f66ea.jpg

Sur le site the Washington post on peut lire que « c’est au 20eme que des fatwas naquirent pour interdire toutes les représentations de Mahomet. Or l’histoire de l'art atteste de l’existence de peintures anciennes du prophète - finement brossé, faite soigneusement et pieusement par les musulmans et pour eux - bien connus par la plupart des conservateurs de l'art islamique.

Il y a de nombreux exemples dans les établissements publics à Istanbul, Vienne, Edimbourg, Londres, Dublin, Los Angeles et New York. Quatre sont ici à Washington à la Smithsonian Institution sur le Mall. Trois sont à la Freer Gallery of Art. Le quatrième est à côté du musée Freer sœur, la Arthur M. Sackler Gallery ».

Toutefois si les musulmans devaient vraiment se mettre à appliquer une idée d’un dieu où l’humain est un soumis et non un porteur de la lumière qu’est cette étincelle divine alors ils devraient vivre sans internet, sans télévision, sans aucune technologie ni science ni médecine faisant appel à l’imagerie. En un mot le monde idéal rêvé par les talibans qui détruisirent l’un des patrimoines de l’humanité les deux statues géantes représentant des bouddhas élevées entre le IIIe et le Ve siècle dans l’ancien sanctuaire de Bâmiyân, en Afghanistan. La question qui se pose à eux voulez-vous vraiment vivre dans ce monde où règne l’obscurité ??? Voulez-vous vraiment ne pas user du don de création qui est en vous ?

L’artiste est une cible pour les intégristes, pourtant une société une culture se mesure à ses rêves, et ses derniers sont rêves par des créateurs et ce sont les artistes.

L’onde esthétique, l’admiration dont nous pouvons faire preuve atteste de la puissance existant dans les êtres, et les artistes plus que les autres sont capables de l’a communiqué au reste du monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

"Bête et Méchant"

 

C'était Hara Kiri, pas Charlie Hebdo.