Los Bandorllos
retraité
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 nov. 2017

Attendre de toucher le fond, en prendre conscience et rebondir ?

Perdre sans la manière c'est insulter l'avenir

Los Bandorllos
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Inutile de revenir sur la bouillie de rugby entre deux équipes loin de leur rang, le meilleur joueur français a longtemps été Pollard (André avec un H, comme les perches qu'il a si mal visées) et finalement l'équipe qui a gagné et celle qui avait le plus de gaz et d'individualité.

Pour que les Bleuxv puissent rebondir et se construire un avenir à la hauteur du rugby de France encore faut-il apprécier à sa juste mesure la débâcle et l'état de faiblesse de cette équipe.

En juin, les Bleuxv étaient battus car en fin de saison et fatigués, pour cette tournée d'automne difficile de renouveler l'excuse, et en même temps on voit mal un communiqué de la fédé disant que toutes les grands-mères des joueurs du groupe retenus sont mortes la même semaine...

Au contraire cette fois on nous a vendu  l'excellence de la préparation du XV de France (on ne doit pas s'étonner des crampes de Picamoles : le propre du joueur évoluant par intermittence est de ne pas mesurer sa résistance sur le temps long), qui avec l'apparition de petits génies (Dupont, Belleau) devait permettre à cette équipe de passer un cap.

Au final on a rien vu, les débuts de l'ère Novès étaient marqués par des défaites encourageantes (admettons), mais désormais cela saute aux yeux, même des idolâtres, nombreux dans un milieu où le prêt à penser tient lieu de pensée réflexive, qu'au bout de deux ans aucun progrès ne soit visible, pire la régression est à l'oeuvre.

Changer Novès n'y changerait rien, c'est trop facile de changer les hommes pour que les structures et habitudes perdurent. S'il faut virer quelqu'un du staff, Bru semble tout désigné, d'abord parce qu'il a échoué avec Saint-André, ensuite parce que le jeu d'avant est médiocre et enfin parce qu'il nous prend pour des jambons de lapin de 6 semaines quand  il dit sur Rugbyrama  "Je suis optimiste pour le rugby français". Il est même content de l’intensité (ce qu'il appelle intensité c'est la durée des temps de jeu, or, je peux faire des passes et des petits tas pendant 3 jours, ça ne me dit rien de l'intensité si en face j'ai des fantômes... Bru est typique de ceux qui se cachent derrière des équations pour masquer la médiocrité de leur vision).  Bon en même temps il fait d'une victoire contre le Japon un objectif élevé. Voilà où on est rendu : espérer une victoire contre le Japon à la faveur des tests d'automne.

Chacun comprend dans ces conditions que la pente va être longue et raide dans les années à venir, tant ceux qui sont aux commandes ne voient pas (ou feignent de ne pas voir)  le mur vers lequel ils foncent en sifflotant le même petite musique du contentement béat de leur propre insuffisance. Or, pour rebondir il faut prendre pliement conscience que l'on a atteint le fond.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire