Nuit Debout et Violence, l'urgence du divorce

48 mars 16.

Jeudi et vendredi soirs, les rassemblements "Nuit Debout" sur Paname ont été suivis de violences incontrôlées. Casses de vitrines, de voitures, larves de barricades sur la voie publique, jets de projectiles sur les CRS… C'est à de véritables scènes de guérilla urbaine que nous ont conviés certains individus cagoulés...

Dans ce contexte, la Préfecture de Police a beau jeu d'associer ces violences aux rassemblements citoyens…

Cependant, aucun journaliste ou très peu sont sur place au moment des faits. Les deux chaînes d'info continu ne dépêchent aucun reporter et aucune image ne filtre... Les seuls relais sont transmis par des périscopeurs, des types comme vous et moi qui prennent de gros risques pour assurer l'interface mais qui censurent pas mal aussi…

Alors, pourquoi cette absence de couverture médiatique ?

Et pourquoi les forces de l'ordre tardent tant à intervenir ? Vendredi soir, il a fallu une bonne heure avant que les CRS passent de l'orchestre aux hostilités…

La stratégie du gouvernement est limpide ! Il s’agit de faire le constat d’un maximum de dégâts et d'en attribuer la responsabilité à "Nuit Debout" dont le succès commence à éclipser la com du gouvernement et le vaudeville politique national…

Il est donc urgent pour la survie du mouvement que les nuitdeboutistes se dissocient des casseurs et condamnent fermement ces violences.

Idem pour la tenue des rassemblements, Nuit Debout dispose d’un pôle "Accueil et Sérénité" qui est un "service de sécurité" encadrant les assemblées. Mais si le mouvement veut se développer, il va falloir là aussi qu’il trouve le moyen d’éviter d’être dépassé par certains individus qui, sous l’emprise de la cam ou de l’alcool, plombent les AGs, harcèlent les femmes et partent en vrille aux premières lueurs de la lune… Or, à ciel ouvert, difficile de filtrer…

Et puis, s'il y a des flics parmi les casseurs comme cela a été maintes fois suggéré, il va falloir que ceux qui en sont témoins aient le courage d’apporter les preuves de ce qu’ils avancent afin qu’on puisse préciser les enjeux…

Le mouvement Nuit Debout se veut ouvert à tous et inclusif mais il risque de trouver ses limites dans ce principe même, son attentisme et le désenchantement devant des individus aux comportements toxiques qui entendent imposer au nombre leurs frustrations personnelles...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.