Louis-Georges Tin
Président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) et professeur de lettres à l'Université d'Orléans
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 avr. 2016

Mme Azoulay est-elle l'ennemie de la diversité culturelle ?

Par Louis-Georges Tin (président du CRAN) et Guillaume Delenclos (président de L'Or des Îles)

Louis-Georges Tin
Président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) et professeur de lettres à l'Université d'Orléans
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 21 mars dernier, Madame Audrey Azoulay, la nouvelle ministre de la culture et de la communication, et Monsieur Patrick Bloche, le président de la commission des affaires culturelles, ont  tenu à apporter une contribution originale à la journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale.

En effet, ils ont fait retirer du projet de loi Création, Patrimoine et Architecture, les  trois amendements (N°355, 357 et 358) qui auraient permis grandement de lutter contre les discriminations que subissent les musiques ultramarines et régionales.

Ces amendements étaient issus des Etats généraux de l'Outre-mer, qui avaient été organisés après les émeutes des Antilles de 2009. Ils avaient été soutenus par la ministre de l'Outre-mer, par de nombreux artistes (de Jocelyne Beroard de Kassav à Philipe Laville en passant par Francis Lalanne, Jean-Michel Martial ou Tony Chasseur), et ils avaient été déposés par plusieurs députés dont Razzy Hammadi, Olivier  Faure, Victorin Lurel, Mme Orphé, M. Premat, Mme Chapdelaine, Mme Povéda, Mme Le Houerou, M. Demarthe et Mme Guittet.

Ces amendements avaient pour but d'instaurer un quota dans le quota. En effet, les chaînes de radio et les télévisions ont l'obligation de diffuser au moins 40 % de musique francophones, et il s'agissait de proposer que 10 % de ce quota (soit 4 % au total) soient consacrés aux langues d’expression régionale ou des collectivités territoriales situées en outre-mer. Toute cette campagne avait été organisée par deux organisations, le CRAN et l'Or des Îles.

Pendant l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale, le ministère de la culture et la commission des affaires culturelles, présidée par M. Bloche, se sont opposés à ces amendements en expliquant que la loi prévoyait déjà que la culture française soit représentée, et que cela incluait naturellement les cultures régionales et d'Outre-mer, qui sont partie intégrante de la nation. En d'autres termes, on confondait objectivement l'égalité formelle et l'égalité réelle, au moment même où le président et le Premier ministre venaient de créer le ministère chargé de l'égalité réelle.

Par ailleurs, par un paradoxe qui mérite d'être goûté, la loi prévoit un quota pour protéger la musique française, qui risque d'être écrasée par le poids de la musique anglo-saxonne, mais on refuse un quota pour défendre les musiques régionales et d'Outre-mer, qui risquent d'être elles-mêmes écrasées dans le contexte français. En d'autres termes, l'Etat français qui s'oppose en général à toute politique de quota pour les minorités, en a prévu un pour la musique dominante dans le pays, tandis que la musique des groupes discriminés, elle, n'en bénéficie pas.

C'est pourtant cette diversité culturelle qui fait la France. La diversité de ses paysages, de ses terroirs, de ses coutumes, de ses cuisines, de ses musiques aussi. Introduire un quota pour les musiques régionales et d'Outre-mer, c'est renforcer la filière de la musique française et des artistes français. D’après un sondage IFOP, 65 % des personnes âgées de vingt-cinq à trente-quatre ans se plaignent d’entendre toujours les mêmes titres à la radio. Ce sondage reflète bien une insatisfaction quant au manque de diversité musicale en France. Il faut défendre la diversité culturelle, car la culture dans l'uniformité, ce n'est plus la culture.

Malheureusement, ce n'est guère la politique actuelle du ministère de la culture. Le texte proposé par le gouvernement est tellement complexe que les professionnels trouveront certainement le moyen de l’utiliser à leur profit, pour continuer à servir leurs musiques formatées. Par ailleurs, le collège de la diversité qui a été récemment constitué par le ministère ne comprend aucune association représentant les personnes et les cultures issues de la diversité, ce qui paraît assez grotesque. Madiba Mandela le disait toujours, « ce que vous faites pour nous, sans nous, est toujours contre nous ».

Afin de mettre en lumière l’abîme de discrimination dont sont victimes les musiques et les cultures régionales et d'Outre-mer, sans doute faudrait-il que les pouvoirs publics constituent une commission d'enquête parlementaire pour remédier par des mesures énergiques et tangibles à cette ségrégation qui ne dit pas son nom.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG qui se consacre à documenter les crimes de la période soviétique. Et met ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy