L'interminable sabotage du débat sur l'Education

L'interminable sabotage du débat sur l'EducationOn fait ici un premier inventaire des violations des règles du débat et de la liberté d'expression, constatées depuis le début de l'opération Ortograf en 2005. A - 3 juillet 2013. Le forum Education de France2 est en train de se saborder.Les interrogations sur les comportements étranges des intervenants s'ajoutent à celles concernant la complicité des modérateurs.

L'interminable sabotage du débat sur l'Education

On fait ici un premier inventaire des violations des règles du débat et de la liberté d'expression, constatées depuis le début de l'opération Ortograf en 2005.

 

A - 3 juillet 2013. Le forum Education de France2 est en train de se saborder.

Les interrogations sur les comportements étranges des intervenants s'ajoutent à celles concernant la complicité des modérateurs.

En d'autres circonstances, ceux-ci censurent de façon ubuesque, mais, cette fois, ils ne sont pas dérangés par le travail à la chaine de quelques nouveaux arrivés, capables de faire remonter en première page, en une trentaine de minutes, une vingtaine de fils de discussion qui n'intéressent plus personne depuis longtemps.

Le 28 juin 2013, en 35 minutes, ladite angeline M fait remonter 27 posts en 35 minutes en page d'accueil. D'autres fois, elle est relayée dans cette activité stakhanoviste par ses parentes:  Ange Lina, Anngeline, Angeline M, Angelina M, avec un a final,  et AngeIina M, avec un I majuscule en guise de l : 18 fils remontés en page d'accueil autour de minuit de la nuit du 3 au 4 juin 2013)

Les pseudos des intervenants se ressemblent donc entre eux comme des gouttes d'eau. Cette ressemblance ne peut pas être l'effet du hasard, mais ça ne dérange pas les modérateurs.

Deux hypothèses sont possibles : soit cette ressemblance est le fait d'un solo qui se fait passer pour un orchestre, soit elle est un signe de reconnaissance de toute une clique qui interviendrait sur la scène, après avoir préalablement endossé le même uniforme. Ce point mériterait d'être éclairci . L'anonymat des intervenants est un rideau de fumée qui permet les coups les plus pendables ou, si l'on préfère, la pêche en eaux troubles.

 

B - Forum « bonne volonté, a besoin d'être stimulé »

Le forum lui-même est devenu introuvable sur Google à partir des mots-clés qui pourtant fonctionnaient bien il y a quelque temps.

D'autre part, depuis quelques semaines, quantité d'articles que j'y avais postés depuis huit ans sont devenus introuvables avec le moteur de recherche.  C'est pourquoi je mets alors dans mon blog Mediapart un document assorti de liens, intitulé :

« Série d'articles voués aux oubliettes du forum Education de France2 »,

en précisant : « ces articles existent toujours sur le forum Education de France2, mais ils n'apparaissent plus au référencement »

Les résultats ne se font pas attendre. Le lendemain matin, le forum qui était en train de se mettre en panne est donné à nouveau sans problème par le moteur de recherche, les articles que j'avais référencés dans le blog Mediapart sont à nouveau rendus par Google,  avec leurs adresses url du forum Education de France2 ainsi requinqué.

Google nous donne même l'adresse de l'article intitulé : « Le baccalauréat, baudruche nationale » pour le forum en question. Ceci  alors que, il y a un bon mois,  j'avais noté,  dans l'article « Un organigramme d'orientation scolaire fait pour asservir les français »,

 Voir

1°) « Le baccalauréat, baudruche nationale » disparu momentanément d'internet

 

C – Voltaire, réveille-toi ! Ils sont devenus fous !

En glanant dans les archives du forum, je tombe encore sur un article intitulé :

« Adresses de documents présentant les écritures ortograf-fr au format pdf »

 

Cet article posté le 24 avril 2007 donne des liens vers les premiers documents présentant l'alphabet phonétique français, mais il est facile de vérifier que pas un seul de ces liens ne fonctionne. Ils ont tous été désactivés par introduction d'un espace dans l'adresse url.

 

Le fait que la désactivation des liens soit intentionnelle est trahi par

 - par suite d'une erreur, le paragraphe 3 apparaît deux fois, il est très peu probable qu'une adresse identique ait pu être chargée avec des erreurs différentes d'une fois à l'autre

- la position invraisemblable de l'intervalle rendant le lien inactif dans le 3°) a) et dans 6°)

- le fait que TOUS les liens soient désactivés, comme si pas un seul d'entre eux n'avait été testé au moment où l'article a été posté

- le fait que les liens corrigés, fournis à la date du 28 10 2012, ont disparu

- la politique bizarre des gestionnaires du forum se trouve confirmée par le remplacement du pseudo Ortograf2010 par « Profil supprimé » sur simple demande non justifiée de Mario Périard, lorsque son mouvement Ortograf.NET capitulait officiellement, fin 2012

- une volonté de désinformation qui se retrouve par ailleurs chez des contributeurs complices de Wikipédia. Voir par exemple:

" Bataille des orthographes alternatives: la désinformation de Wikipédia est un piège pour les enseignants"

 - le fait que des intervenants de ce forum soient intervenus de concert avec des patrouilleurs de Wikipédia, pour faire censurer le blog Ortograf Nouvelobs, censure qui a duré de janvier à juin 2010.  Voir : l'article intitulé :

« Censuré? voici pourquoi ! » 5 pages, juin 2011

Une technique analogue de désactivation des liens a d'ailleurs été pratiquée de façon moins systématique sur un article-clé du blog Ortograf Nouvelobs intitulé : « Sept batailles contre l'exploitation intellectuelle »

Les informations du présent article sont par ailleurs corroborées par un article datant de mars 2011 et intitulé :

« Panique des pédagos sur le forum Education de France2 et sur Wikipédia »

 

D - En conclusion

Le problème de départ de l'opération Ortograf en 2005, c'était de faire émerger l'idée que, moyennant une actualisation la plus judicieuse possible de notre alphabet, la réforme considérée comme impossible devenait en réalité très facile et qu'elle n'apportait alors que des avantages à toutes les étapes de sa mise en application

Il se trouve que les difficultés rencontrées ne sont pas du tout dans la détermination des modalités de la réforme, mais dans le fait que le grand principe voltairien de la liberté d'expression est méthodiquement violé par une bande de voyous qui sabotent l'indispensable débat sur l'éducation

Ce doit être au moins un très grand plaisir de noter que, si la situation actuelle est pitoyable, elle n'est du moins pas pire que ce qu'on a pu observer depuis le début de l'opération Ortograf en 2005.

En septembre 2007, les constats étaient déjà devenus assez agaçants pour amener sur Ortograf Nouvelobs plusieurs articles sur la censure folle du forum Education de France2 et aussi sur les faux intervenants servant à saboter le débat

Voir notamment :

"UBU censeur aura bien mérité ses galons" (septembre 2007)

 

"Circonstances atténuantes pour les intellectuels voyous:

Petits voyous de la censure, comme je vous comprends!"

Septembre 2007. L'article fait apparaître le lien entre culture (de l'orthographe) et mentalité (de voyous)

 

En juin 2010, le blog Ortograf Nouvelobs réapparaissait sans prévenir après cinq mois de censure, ce qui allait de pair avec un coup de massue au niveau du référencement. Six mois plus tard il était devenu un précieux atout pour pouvoir y poster l'article concernant cette fois le forum Education de France2, intitulé :

« La censure folle est revenue sur le forum Education de France2 »

 

Ne pas oublier que la situation désastreuse actuelle n'a pu être rendue possible que par une parfaite complicité entre affairistes, pédagos, et médias, comme c'est déjà montré dans divers articles de mon blog Mediapart. C'est la droite française qui fait les beaux jours du dernier bastion communiste en Europe

 

Ortograf-fr, F-25500-Montlebon tél: +(33)(0)3 81 67 43 64 louis.rougnon-glasson(à)laposte.net sites: 1°) alfograf 2°) ortograf nouvelobs 3°) ortograf chez free 4°)  blog mediapart louis rougnon glasson

doc f509-d07 juillet 2013

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.