Batailles de l'orthographe : le pari idiot des pédagos

La nomenklatura du Mammouth a utilisé toutes les ruses imaginables pour faire croire que la vraie réforme de l'orthographe est impossible. Mais la rediffusion spontanée des vérités interdites grâce à internet sonne désormais le glas de ce mensonge antisocial et de ce pari idiot

Aperçu:

A – 1ère remarque préliminaire : l'enseignement de l'orthographe : un viol officiel et à grande échelle de la laïcité

B – 2ème remarque préliminaire : la grosse blague de la réforme soi-disant « impossible »

C – Complicité des médias et ruses de guerres des marchands de béquilles de l'échec scolaire

D – La bataille des orthographes alternatives (2008-2012) et la censure de Wikipédia

E – Un pot-aux-roses en a fait découvrir un autre

F – Un blocage analogue constaté dans un tout autre domaine révèle un véritable problème de société

G – Le combat contre la régression sociale passe par la connaissance de Machiavel

H – Machiavel exploite à son profit la concurrence naturelle entre les individusI – Un tronc commun hypertrophié, grâce auquel les voyous se refont une virginité

J – Quand le problème sociétal universel aboutit à un cercle vicieux

K - Comment l'orthographe française consolide le cercle vicieux du machiavélisme

L – L'autre astuce de Machiavel

M – Remarque : le pédago-marxisme : à la fois un tabou et un secret de Polichinelle

N - Les pédago-marxistes aveuglés par le vieux fantasme de l'agresseur, sont incapables d'une approche objective du projet Ortograf-FR

Conclusions: On est ainsi dans une situation où les pédagos, pour avoir trop bien verrouillé le système, sont encore capables de retarder la chute de la forteresse Orthographe, mais où ils ont perdu l'ouverture d'esprit et l'intelligence qui leur permettrait de réaliser que cette chute est inéluctable

Noter que leur blocage va désormais être de moins en moins efficace. Voir par exemple: "Publicités préphonétiques et prononciation soignée du français"

 Fin de l'aperçu

 

 

A – 1ère remarque préliminaire : l'enseignement de l'orthographe : un viol officiel et à grande échelle de la laïcité

Dans la scolarité de chaque élève, c'est l'équivalent de trois années scolaires qui est gâché à cause des difficultés inutiles liées à notre orthographe.

Jamais aucune secte au monde n'a pu mobiliser une population aussi nombreuse, pendant un temps aussi long, sur un objectif aussi stupide!

Et au final vingt pour cent d'analphabètes !

On n'a jamais rien trouvé de plus efficace pour fabriquer des parias, tout en prétendant faire de la promotion sociale.

(cf : le mini-tract : « Orthographe et violation de la laïcité: la subversion s'impose! »

 

B – 2ème remarque préliminaire : la grosse blague de la réforme soi-disant « impossible »

L'article intitulé : « Passage à l'ortograf : un scénario clair comme de l'eau de roche », dans les blogs Mediapart, montre comment la vraie réforme de l'orthographe est en réalité très facile et comment elle peut n'apporter que des avantages à toutes les étapes de sa mise en application, pourvu qu'elle soit précédée de l'actualisation la plus judicieuse possible de notre alphabet.

Le « scénario clair comme de l'eau de roche » évoqué dans cet article est identique à ce qui était esquissé dès le début de l'opération Ortograf (ortograf-FR) il y a huit ans. De l'abondante discussion qui a suivi, il ressort que la quasi totalité des intervenants découvraient pour la première fois ce que peut être une réforme de l'orthographe fondée sur l'actualisation préalable  la plus judicieuse possible de notre alphabet.

D'où une première conclusion :

La très facile réforme de l'orthographe serait terminée depuis longtemps si le système n'avait pas été verrouillé par une bande de voyous, virtuoses de la désinformation

On va voir dans ce qui suit les mécanismes par lesquels les décideurs du Mammouth, chantres de la laïcité, en sont venus à renier tous leurs idéaux et à se faire les gardiens du temple de la secte de l'orthographe.

Dès qu'on lève un peu le voile du tabou, les évidences suivantes sautent aux yeux .

- les effets antisociaux de l'orthographe,

- la très grande facilité de la réformer,

- et le fait qu'une orthographe qui consiste à écrire ce qui ne se prononce pas soit indéfendable

On pouvait donc s'attendre à ce que ces évidences amènent les pédagos à briser leur idole ou, au minimum, ne fassent pas le pari de défendre une pseudo-science contraire au plus élémentaire bon sens. Ceci, d'autant plus que, au niveau de l'argumentation, la sacralisation de l'orthographe est complètement anéantie par le polycop Ortograf 2010.

D'où la question pour laquelle on va ici chercher la réponse : comment les pédagos en sont-ils venus à s'obstiner dans ce pari idiot où ils sont sûrs d'être finalement perdants ?

 

C – Complicité des médias et ruses de guerres des marchands de béquilles de l'échec scolaire

a) les causes et les leçons de l'échec de 1985-86

En démarrant l'opération Ortograf il y a huit ans, l'hypothèse d'un aboutissement rapide n'était pas exclue

Une première tentative, réalisée en 1985-86 et comportant dès le départ une ébauche du projet Ortograf-FR actuel, avait montré que les médias sont capables de provoquer en très peu de temps un basculement d'opinion favorable.

Une association intitulée Ortograf-ADEC avait ainsi pu être créée le week end du 1er mai 1986. Mais cette association avait été sabotée dès avant sa naissance par son vice-président François Sébastianoff, agrégé de grammaire.

Cet échec avait bien mis en évidence les deux écueils qu'il suffit d'éviter pour être sûr d'avancer. Ce sont

- le fait de s'en tenir à l'alphabet actuel sans aucun changement pour définir la nouvelle norme orthographique, ce qui aboutit fatalement à un code présentant encore des incohérences, et en outre réduit complètement la marge de manoeuvre de l'opération

- le recours à un militantisme loufoque brandissant un projet irresponsable, dont l'effet d'épouvantail est garanti d'avance

Vingt ans plus tard, avec le redémarrage du projet de réforme et la multiplication des documents explicatifs rédigés sur cette base, on aurait pu s'attendre à ce que nos très médiatisés Vaillants Combattants Contre l'Echec Scolaire planchent sérieusement sur la question.

Dans ce sens, le tract « Utilisez l'écriture Alfograf avec vos enfants » montre comment, les nouvelles lettres du système alphabet-U-AFF peuvent être utilisées avantageusement pour l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, immédiatement et en s'en tenant au cadre de l'orthographe actuelle,

b – Première violation de la déontologie de l'information contre l'opération Ortograf

Il se trouve que cette hypothèse de l'actualisation préalable de l'alphabet est farouchement censurée par Wikipédia, alors que au contraire, un bref aperçu en est donné par l'encyclopédie Larousse en ligne. Faire « alphabet-U Larousse » ou « alphabet gréco-latin universel » dans Google

c – L'opération de diversion Ortograf.NET anéantie par la bataille des orthographes alternatives (2008-2012)

Le sabotage de l'association Ortograf-ADEC, en 1985-86, par un professionnel de l'orthographe, apparemment partisan pur et dur d'une réforme radicale, avait aussi apporté un avertissement de la plus grande utilité : les discours les plus ouverts sont souvent ceux qui cachent les calculs les plus pervers.

C'est grâce à cet avertissement si les deux mouvements Ortograf, apparus en 2005, comme par hasard en même temps, puis distingués par les désignations Ortograf.NET et Ortograf-FR, n'ont pas fusionné.

 Devant l'incrédulité générale, la première idée qui venait à l'esprit incitait à s'unir sur le principe de la revendication d'une réforme profonde, d'autant plus que Ortograf.NET avait le vent en poupe du côté des pédagos, comme on peut le voir encore aujourd'hui 6 mars 2013 en faisant « orthographes alternatives » sur Wikipédia.

Cette non-fusion a fait l'économie d'une rupture parce que le mouvement Ortograf.NET prenait soin d'être voué à l'échec pour les raisons qu'on a vues plus haut et qui avaient servi à saborder Ortograf-ADEC. Mais il est arrivé un temps où cette non-rupture ne suffisait plus. La fripouillerie du militantisme contre-productif de Ortograf.NET avait assez duré

 D – La bataille des orthographes alternatives (2008-2012) et la censure de Wikipédia

Fin 2008, trois ans après le démarrage simultané des deux mouvements Ortograf, il était évident que le militantisme loufoque de Ortograf.NET était intentionnellement contre-productif et que le discrédit recherché par ce mouvement visait surtout à discréditer l'autre mouvement Ortograf, en jouant sur la confusion.

L'attaque du mouvement Ortograf.NET par Ortograf-FR a alors démarré la bataille des orthographes alternatives, qui vient semble-t-il de se terminer fin 2012, mais dont Wikipédia continue de cacher à ses lecteurs à la fois l'existence et le fait qu'elle a été fatale à l'opération de diversion Ortograf.NET de Mario Périard

 

E – Un pot-aux-roses en a fait découvrir un autre

Une loi du silence concerne ce qui a déjà été mentionné:

- la violation de la laïcité au bénéfice de la religion orthographe

- la facilité et les modalités correspondantes avec laquelle l'orthographe pouvait être réformée

- l'existence de la « bataille des orthographes alternatives » et la comparaison des deux projets concurrents.

Compte tenu de cette curieuse loi du silence, inacceptable au pays de Voltaire, le pot-aux-roses du culte voué à l'orthographe la plus bête de la planète en avait fait découvrir un deuxième : celui d'une société capable de détruire « son école, sa jeunesse, sa langue, et son avenir dans le monde » (J. Maire)

Dans les confidences qui m'ont été données par des mauvaises langues de France et de Navarre, j'en noterai deux qui confirment cette capacité d'auto-destruction de la société et qui s'ajoutent à la panoplie abondante et croustillante du polycop Ortograf 2010. Ce sont :

1°) Le double jeu des pédagos au niveau des exigences orthographiques

La première confidence vise un inspecteur de l'enseignement primaire qui poussait un peu fort ses instituteurs au laxisme concernant la pratique de l'orthographe, alors qu'il cravachait ses propres enfants avec le Bled et le Bescherelle, pour leur garantir pour plus tard une place respectée dans la nomenklatura de la société.

2°) de bien curieuses façons de classer de façon autoritaire un malaise de première importance

La deuxième confidence gênante se rapporte à une réponse faite par un inspecteur général de français devant des professeurs de français. L'autorité en question coupait court, de façon catégorique et sans explication, à une interrogation sur le problème de l'orthographe,.

Dans un contexte d'éternelles fanfaronnades de lutte contre l'échec scolaire et la non-maitrise de l'orthographe, un tel blocage autour de la forteresse Orthographe est bizarre autant qu'étrange.

 

Une confirmation peut ici en être donnée par une expérience personnelle peu banale.

Vers 1986-1987, dans le contexte de la création de l'association Ortograf-ADEC, on m'a un jour littéralement ouvert un tiroir pour en sortir un inspecteur général de français

Les deux monologues d'une heure chacun qu'il m'a accordés avaient de quoi impressionner en raison d'une érudition large et remarquablement ouverte. Selon ce discours, la lecture en version originale de Rabelais et de ses contemporains présentait du charme en raison d'une orthographe quasi phonétique. Une citation des paroles de la Vierge à Lourdes est même venue là sans que je comprenne vraiment pourquoi.

Mais les deux points à retenir de ces entretiens et qui avaient été soigneusement noyés dans un flot de paroles, étaient naturellement ceux qui servaient au verrouillage de la forteresse :

1°) j'avais toute latitude de m'inscrire, si je le souhaitais, à quelque club de doux dingues occupant leurs loisirs à écrire phonétiquement le français au moyen de l'alphabet phonétique international

2°) si j'utilisais mon titre de professeur agrégé pour militer pour la réforme de l'orthographe, je ne tarderais pas à avoir des ennuis.

Un tel absolutisme royal à la française mérite aujourd'hui d'être complété, pour ne citer qu'un exemple, par l'article intitulé : « C'est une gestion complètement godiche de la langue française qui est la cause de son déclin »

 

F – Un blocage analogue constaté dans un tout autre domaine révèle un véritable problème de société

Au moment de cette entrevue avec un inspecteur général, la mention « agrégé de physique » était déjà apparue dans la presse à cause d'une action militante touchant à la politique énergétique.

Plus précisément l'action en question montrait la nécessité d'en finir avec une véritable contre-pédagogie de la grandeur physique appelée entropie, avec l'aveuglement sur l'importance des « pertes entropiques » dans tous les chauffages traditionnels.

En conclusion, il était, et il est encore plus que jamais nécessaire de réduire ces pertes en développant les chauffages par cogénération. Voir sur les blogs Mediapart l'article récent intitulé: "Les chaudières à gaz avec ou sans condensation: toutes en retard d'une génération"

Il se trouve que, sur ce sujet, on retrouve chez les scientifiques un blocage identique à celui qui nous est infligé par les marchands d'orthographe.

Ce double blocage dans deux domaines culturels totalement différents pose au total le problème d'une société où la communication est manipulée et biaisée par des voyous disciples de Machiavel

On a ici assez d'indices pour montrer comment les marchands d'orthographe se sont pris au piège du mépris machiavélique de l'intérêt général. Et encore, on en laisse de côté beaucoup d'autres qui pourraient les illustrer utilement.

Mais un bref aperçu d'ensemble de la fameuse doctrine de Machiavel qui inspire les voyous candidats à la domination du monde ne sera pas inutile, d'autant plus que cet aperçu est tronqué, par exemple, par les intellectuels contributeurs de Médiapart.

 

G – Le combat contre la régression sociale passe par la connaissance de Machiavel

Les ouvrages de l'écrivain italien Machiavel élaborent un véritable professionnalisme d'une manipulation dénuée de tout scrupule, proposé aux personnages ambitieux, dans un souverain mépris de leurs peuples.

Le nom propre Machiavel désigne ainsi symboliquement tout microcosme qui fonctionne avec de tels calculs. Dans le contexte actuel, il désigne notamment les classes dirigeantes qui sont en train de jeter le monde dans le chaos et la régression sociale, grâce à une combinaison du pouvoir économique, du pouvoir médiatique, et du pouvoir politique.

Nos intellectuels, par exemple Wikipédia, dans « Machiavel et machiavélisme » notent deux éléments essentiels dans la pensée de Machiavel,  : 1°) le cynisme, le refus de tout scrupule 2°) le sens de l'Etat.  Comme par hasard, ils oublient totalement le troisième : Machiavel se moque éperdument du peuple, comme l'indique le titre de son livre le plus connu : « Le Prince ». Le fait que ce mépris du peuple ne soit pas évoqué par nos intellectuels pose une grave interrogation.

L'inspiration donnée par Machiavel combine ainsi

- la corruption,

- le cavaliérisme des gestionnaires, et surtout

- ce problématique mépris du peuple, qui est primordial, qui nous intéresse tout particulièrement ici, mais qui est passé sous silence par nos intellectuels.

Sur de tels fondements, l'inspiration donnée par Machiavel aboutit logiquement à la confiscation du pouvoir par un microcosme et par l'entretien de l'ignorance et de la naïveté populaires au niveau de la formation comme au niveau de l'information, ce qui peut se traduire symboliquement par :

Le journal de 20 heures et les programmes scolaires

Sont les deux mamelles de la soupe populaire

 

Pour les dégâts de notre orthographe comme pour la pauvreté qui a nécessité la mise en place des Restos du Coeur, la connaissance de Machiavel par le grand public est indispensable pour s'attaquer efficacement aux causes des problèmes, pour pouvoir les régler sur le fond.

Sans cet éclairage, sans la subversion qu'il implique, les réponses immédiates et nécessaires au problèmes de l'instant reviennent à cautionner et à pérenniser les absurdités d'un fonctionnement social orchestré par des voyous

 

H – Machiavel exploite à son profit la concurrence naturelle entre les individus

Le cas cité plus haut d'un inspecteur du primaire s'appliquant à donner une bonne maitrise de l'orthographe à ses propres enfants, et en même temps une non-maitrise de l'orthographe aux enfants lambda, montre chez ce pédagogue la combinaison de repères inavoués, qui sont en quelque sorte le secret de Polichinelle de notre Education Nationale :

- les individus sont concurrents entre eux,

- les différences dans la maitrise de l'orthographe permettent de reproduire les cloisonnements sociaux et les inégalités sociales

- mais, pour camoufler le fait qu'elle entretient les inégalités, l'Education Nationale s'applique par ailleurs à claironner haut et fort que son idéal est au contraire celui de l'égalité des chances

Voir : 1°) « Orthographe = racisme », (dans le polycop Ortograf 2010 2°) « une orthographe alternative ségrégationiste sans le savoir » sur le forum Education de France2.

 

I – Un tronc commun hypertrophié, grâce auquel les voyous se refont une virginité

Dans une politique éducative, le tronc commun hypertrophié qui fait actuellement le malheur de la jeunesse française et des enseignants français, est aux antipodes de l'enseignement à la carte, qui fait l'excellence finlandaise, et dont nos menteurs nous font croire qu'il n'est pas applicable à la France, qu'il est « incompatible avec la culture française ».

Voir le tract intitulé : « Les excellentes raisons de l'excellence finlandaise » dans le polycop Ortograf 2010

Ce tronc commun hypertrophié est avant tout une négation idéologique du droit à des choix individuels dans le très vaste champ des savoirs, il oblige jusqu'à l'âge de 16 ans, sinon 18, les élèves à subir des enseignements qu'ils ne désirent pas et à faire l'impasse sur des savoirs pour lesquels ils peuvent avoir des curiosités parfaitement légitimes, et des atouts ultérieurs pour trouver des créneaux dans la société.

Du point de vue sociologique, cette mise en place progressive du tronc commun depuis les années 1960 arrangeait à la fois les princes de Machiavel de la bourgeoisie d'affaires et ceux de la mafia pédago-marxiste qui se partageaient le pouvoir selon l'entente convenue au moment de la Libération. 

Elle leur donnait toute l'autorité qui peut être naturellement conférée à une affirmation volontariste de réaliser le grand idéal de l'égalité des chances.

D'autre part, dans la nécessité d'apporter quelque attention au problème royalement ignoré du débouché sur la vie active, la tendance générale est de terminer les études par une monospécialisation.

Pour l'élève lambda, l'organigramme d'orientation scolaire ainsi défini apporte exactement les deux bagages dont les voyous de Machiavel puissent rêver pour écraser leurs sujets :

1°) en raison des bagages identiques reçus, il s'établit entre les diplômés une concurrence qui les livre pieds et poings liés au bon vouloir des employeurs

2°) la monospécialisation réalise encore un asservissement supplémentaire parce que chaque diplômé est alors prisonnier du créneau étroit où il s'est engagé. Il est privé des plurivalences qui peuvent être dynamisantes par elles-mêmes, et des marges de manoeuvres qui seraient données par une plurispécialisation

 

Les voyous des deux camps qui ont mis en place le tronc commun hypertrophié ne pouvaient pas être dupes. Ils ont pratiqué un sabotage méthodique du débat sur l'éducation, un  verrouillage de l'information grâce à quoi le rouleau compresseur de la pensée pédagogique unique a pu poursuivre ses ravages jusqu'à aujourd'hui.

La subversion permise par internet devrait désormais changer la donne.

Voir par exemple :

1°) « Eclairages interdits sur mai 68 »  6 pages

2°) « Le bac à 12 ans et le Professeur Singe »

3°) « Le baccalauréat, baudruche nationale »

 

J – Quand le problème sociétal universel aboutit à un cercle vicieux

Les défenseurs de l'orthographe fonctionnent donc ainsi secrètement suivant l'idée que les individus sont concurrents entre eux et que, grâce à l'orthographe, ils peuvent espérer un place avantageuse dans la société

Cette concurrence entre les individus est un des deux aspects du problème sociétal universel qui s'énonce ainsi :

« Dans tout groupe social, les individus sont à la fois solidaires et concurrents.

S'ils se perçoivent essentiellement comme solidaires, ils considèrent que la réussite de chacun représente chaque fois un atout favorable à la réussite de tous

Si, au contraire, ils se perçoivent essentiellement comme concurrents, ils multiplient les peaux de bananes pour faire trébucher leurs émules et en tirer ainsi quelque avantage relatif »

Dans ce deuxième cas, les individus qui trébuchent n'arrivent guère à retrouver ceux qui les ont fait trébucher. Il s'en prennent alors à « on », autrement dit à la société. L'incivisme instinctif qui en résulte les amène multiplier à leur tour les peaux de bananes.

Le résultat global de ce cercle vicieux, c'est une société de méfiance, une société figée

Voir notamment : « Comment la dictée de Pivot a fabriqué nos voyous », 4 pages

 

K - Comment l'orthographe française consolide le cercle vicieux du machiavélisme

Dans cette concurrence qui est inhérente au problème sociétal universel, Machiavel est comme un poisson dans l'eau. Pour prendre l'avantage sur ses concitoyens, une de ses astuces consiste justement à exploiter le fait que ceux-ci sont concurrents entre eux, d'où sa fameuse devise « diviser pour régner ».

Pour réaliser cette division par laquelle il assure son pouvoir sur la société, les marchands d'orthographe sont un des plus solides relais dont il dispose. Voir à ce sujet : « Marchands d'orthographe, fabricants de haine »,

Cette utilisation de l'orthographe par Machiavel n'est pas nouvelle. Sur toute son histoire, l'orthographe française est à la fois une conséquence et une cause du machiavélisme

La première finalité de la pseudo-science était raciste, ce qualificatif devant être entendu au sens plus large de « ségrégationiste ». (On utilise ici une « synecdoque particularisante », dixit Wikipédia) En optant pour les complications ridicules de notre orthographe, il s'agissait de « distinguer les gens de lettres d'avec les ignorants et les simples femmes » (Mézeray, 1640)

En plus de cette première fonction antisociale qui convenait parfaitement à ses calculs secrets, Machiavel en a bien vite trouvé une deuxième à l'orthographe la plus bête du monde. Elle sert désormais à faire diversion, c'est à dire à tenir un public aussi large que possible à l'écart des savoir fonctionnels, qui, eux et eux seuls, sont synonymes de pouvoir.

Cette finalité obscurantiste met à profit la loi physique : « plus les ânes sont chargés, mieux ils vont ».

- Plus largement, c'est ainsi le problème du contenu des programmes scolaires qui est ainsi posé.

- On verra plus loin comment la fausse fatalité de l'orthographe va de pair avec la fausse fatalité d'un enseignement à la carte qui serait incompatible avec la « culture » française, alors qu'il est à la base de la réussite finlandaise.

- L'effet de diversion d'un enseignement à partir duquel on peut se retrouver « mort de faim » pour avoir « fait du grec et du latin » a déjà été évoqué avec humour dans la dédicace du livre « le bachelier » de Jules Vallès, sorti en 1880

Cet effet de diversion était une des motivations de Valérie Pécresse lorsqu'elle lançait triomphalement un enseignement de l'orthographe dans les universités, fin 2010. A rapporter avec le fait que le jeune Jean Sarkozy avait déjà commencé une ascension sociale remarquable, en dépit d'une réussite scolaire qui était loin d'être transcendante pendant que la ministre mettait la science des ânes au menu des étudiants du même âge. Voir le tract intitulé : « les 7 casseroles de Valérie Pécresse »

Noter que les pédagos ont encore amplifié cette fonction antisociale de l'orthographe,

1°) en recourant à des pratiques pédagogiques irresponsables, telles que l'alfonic ou la version caricaturale de la méthode globale,

2°) en utilisant le prétexte moral de l'égalité des chances pour aligner la progression des élèves les plus doués sur celle des élèves à la limite de l'échec scolaire.

Dans le même sens voir aussi: "Les deux heures de "soutien"scolaire: un calcul de voyous"

Dans un deuxième temps, cette pénalisation de l'élève lambda est officiellement utilisée comme prétexte pour développer un enseignement privé de complément ou de substitution, genre Acadomia, suivant le principe : « Y a mieux, mais c'est plus cher »

On est donc dans le cas où, pour se débarrasser de son chien, un voyou lui a donné la rage. Une fois que celui-ci a la rage, son maître est dans la nécessité de s'en débarrasser.

Voir :

a) « Un mouvement Ortograf.NET ségrégationiste sans le savoir »

b) « Comment la dictée de Pivot a fabriqué nos voyous » déjà cité

c) " Fabriquer des crétins pour dynamiser la France !"

d) « Les 7 casseroles de Valérie Pécresse », 2 pages

e) « Les deux heures de « soutien » scolaire : un calcul de voyous » à compléter par : « Grève du 12 février 2013. Quand un mensonge des médias cache une coucherie des syndicats », dans les blogs Mediapart

Le sabotage du débat sur l'éducation est la conséquence de la maitrise que les voyous de Machiavel ne manquent pas de s'assurer au niveau de l'information. Il explique l'aveuglement plus ou moins consentant des pédagos par rapport aux dégâts de notre religion nationale orthographique

 

Mais il se trouve que ceux-ci avaient une deuxième cause d'aveuglement due elle aussi à Machiavel.

L'héritage révolutionnaire les a habitués à pratiquer un jeu où ils multiplient des attaques contre des ennemis plus ou moins imaginaires, qui sont un prétexte pour faire serrer les rangs et empêcher tout état d'âme et tout débat dans la forteresse.

 

L – L'autre astuce de Machiavel

On a vu comment une première astuce de Machiavel a réussi à créer un véritable culte autour d'une orthographe antisociale et qui ne servait en réalité que ses intérêts : diviser pour régner, entretenir l'ignorance et la naïveté de ses sujets.

 

Une remarque préliminaire n'est pas inutile avant de présenter la deuxième rouerie de Machiavle qui nous inflige cette orthographe qui n'est même pas digne du moyen âge

La neutralité politicienne a été, dès le début, une règle d'or de l'opération Ortograf. Voir sur Ortograf Nouvelobs l'article qui répond à la question « Vous roulez pour qui ? ».

Si les attaques de l'opération Ortograf ont ici ou là des allures politiciennes, c'est toujours en raison des obstacles ou des résistances rencontrées.

Le bilan actuel montre d'ailleurs des attaques en quantités égales concernant :

1°) les pédago-marxistes dont il va être question ici, et

2°) leur fameux « adversaire capitaliste »

Une deuxième astuce de Machiavel est justement est dans l'entente secrète entre l'appareil pédago-marxiste et son fameux « adversaire capitaliste, les seigneurs des deux camps partageant ensemble les délices du pouvoir sur le dos de leurs trop naïves troupes respectives.

La gaffe la plus remarquable qui a révélé cette entente, c'est la lecture de la lettre de Guy Môcquet dans les écoles,  qui a été ordonnée par Nicolas Sarkozy dès son accession à la présidence en 2007. Voir : « Sarkozy et la lecture de Guy Môcquet : baiser simple ou baiser de Judas ? »

 

M – Remarque : le pédago-marxisme : à la fois un tabou et un secret de Polichinelle

Le terme « pédago-marxiste » provoque la colère, voire la peur des publics les plus divers. Apportons à ce sujets quelques précisions

 

Au début de l'opération Ortograf, à en juger par ce qui se disait sur le forum Education de France2, le pédago-marxisme était un secret de Polichinelle. Deux indices sont décrits dans

1°) « Fabriquer des crétins pour dynamiser la France », déjà cité

2°) « Mammouth et stakhanovisme : le chef d'oeuvre de l'étoile filante Prof16 »

Les origines héroïques de ce qui est désormais une mafia sont évoquées dans le fil de discussion intitulé : « l'école d'avant », lancé le 4 avril 2007 par Prof16 sur le forum Education de France2. Elle fait référence aux  « anciens » qui, pendant la période de la déportation et de la shoah, combattirent résolument le fascisme, le franquisme et le nazisme… et le payèrent parfois de leur vie  ( anarchistes, communistes, socialistes, espérantistes, syndicalistes, et autres braves gens…! )  (…) la liste est drôlement longue! » :

Aux pédago-marxistes, qui régentent la formation, il faut ajouter les journalo-marxistes qui contrôlent le robinet de l'information grand public.  L'ensemble peut désormais être appelé « mafia intello-marxiste », il est au service des princes de Machiavel de tous les horizons politiques, et chargé par eux d'entretenir sans en avoir l'air l'ignorance et la naïveté populaires

Le fait que le mot « pédago-marxisme » soit tabou a alors deux explications :

1°) permettre aux seigneurs des deux camps de cacher l'entente au sommet, autrement dit maintenir un fonctionnement féodal avec un conflit Mammouth contre le reste de la société ou gauche contre droite, alors que ceux qui tirent les marrons du feu sont les seigneurs des deux camps

2°) donner une image d'impartialité et d'objectivité, garantir une autorité, à une propagande officielle servant en réalité les intérêts que l'on sait.

 

N - Les pédago-marxistes aveuglés par le vieux fantasme de l'agresseur, sont incapables d'une approche objective du projet Ortograf-FR

Le fait que le gouvernement du Général de Gaulle ait mis en place CONJOINTEMENT, à la rentrée 1967, la réforme néfaste de Christian Fouchet responsable de l'explosion de mai 68 nous apporte la révélation majeure suivante, qui ne risque pas d'apparaitre dans nos médias, à l'exception de Mediapart et des rares autres qui sauvent l'honneur de la profession :

la nomenklatura pédago-marxiste qui, à la Libération, avait pris la direction de l'Education Nationale, faisait désormais mieux que son célèbre « adversaire capitaliste » pour tenir les citoyens français à l'écart des savoirs fonctionnels qui, eux et eux seuls, sont synonymes de pouvoir.

Devant le projet indépendant d'une réforme de l'orthographe fondée sur l'actualisation préalable la plus judicieuse de l'alphabet, les pédagos et autres Vaillants Défenseurs de l'Orthographe se sont crus malins de fonctionner suivant leurs vieux réflexes : faire front contre le célèbre « agresseur capitaliste ».

Voir : « Wikipédia empêtrée dans sa "théorie du complot »

Pendant plusieurs années, les contributeurs anonymes de la grande encyclopédie en ligne ont ainsi mentionné un « on » qui "reproche « à Louis Rougnon Glasson de développer une théorie du complot » « Dans les écrits d'Ortograf-fr, les défenseurs de l'orthographe traditionnelle, surnommés VDO (Vaillant Défenseurs de l'Orthographe) sont présentés comme des voyous et des profiteurs."

La tactique  de provocation Ortograf-FR, rendue nécessaire face au mur de silence, de suffisance et d'indifférence de la forteresse Orthographe, était ainsi présentée comme étant une fabulation mythomane d'extrême droite.

On est ainsi dans une situation où les pédagos, pour avoir trop bien verrouillé le système, sont encore capables de retarder la chute de la forteresse Orthographe, maisou ils ont perdu l'ouverture d'esprit et l'intelligence qui leur permettrait de réaliser que cette chute est inéluctable

Dans leur secret désir de forniquer à nouveau, dès la prochaine échéance électorale, avec l'adversaire capitaliste, ils multiplient les grèves fourre-tout pour mettre en difficulté le ministre socialiste, Vincent Peillon, et son gouvernement.

Voir dans les blogs médiapart : «  grève du 12 février 2012. Quand un mensonge des médias cache une coucherie des syndicats », déjà cité.

La remarque suivante pourrait leur être utile :

Pour garder son pouvoir en toute sécurité, un prince de Machiavel doit veiller à ce que la priorité donnée à ses intérêts particuliers ne soit pas trop contraire à l'intérêt général.

Noter que leur blocage va désormais être de moins en moins efficace. Voir par exemple: "Publicités préphonétiques et prononciation soignée du français"

 

Ortograf-FR sites : 1°) http://alrg.free.fr/makyavel-2013/ 2°) Alfograf 3°) Ortograf chez free

4°) blog ortograf .nouvelobs 6°) mediapart LRG : http://www.mediapart.fr/blog/193651

doc f424   d03   mars 2013

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.