louis rougnon glasson
Opération Ortograf. Justification scientifique des chauffages par cogénération pour diminuer les pertes entropiques. Démaskyavélisme
Abonné·e de Mediapart

264 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 févr. 2016

Réforme de l'orthographe avec Najat Vallaud-Belkacem et Annie Genevard : la preuve que les décideurs ne savent pas où ils vont

Ceci est la première partie sur les cinq de la "Lettre ouverte : questions à Annie Genevard concernant ses vues sur la politique éducative"

louis rougnon glasson
Opération Ortograf. Justification scientifique des chauffages par cogénération pour diminuer les pertes entropiques. Démaskyavélisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une lettre ouverte adressée à Annie Genevard, députée du Doubs, professeur de lettres classiques, et démissionnaire médiatisée du Conseil National des Programmes a déjà été diffusée par courriel à plus de mille destinataires différents. Elle est intitulée :

« Lettre ouverte : questions à Annie Genevard concernant ses vues sur la politique éducative »

Elle va être reproduite ici à travers cinq billets dont celui-ci est le premier,

le suivant sera intitulé :

« Le point de vue Ortograf-FR sur la réforme de Najat Vallaud-Belkacem »

le troisième :

« Principales caractéristiques de la forteresse Orthographe, constatées dans le cadre de l'opération Ortograf »

le quatrième :

« Autre remarque : La réforme de Najat Vallaud-Belkacem inspire aux médias de nouveaux exploits en matière de chape de plomb »

le cinquième :

« les questions proprement dites. Elles sont toutes de la forme : « Selon vous, les médias ont-ils raison de... », ce qui amènera pour chaque réponse un double embarras : à celui de l'absence de vue sur la politique éducative s'ajoutera celui de la complicité, ou non, avec la chape de plomb des médias

« Le débat désabusé et confus qui est d'actualité autour de la réforme de l'orthographe n'est que la partie émergée d'un iceberg que nos médias s'acharnent à ignorer, et dont les principales composantes sont la mort lente de la langue française et l'interminable descente aux enfers de l'école française

Les divers tracts signés Ortograf-FR qui vous ont été communiqués depuis plusieurs années sont restés sans réponse, et le dernier, intitulé : « Education Nationale et prochaines élections : la peste prépare sa revanche contre le choléra » a reçu une fin de non recevoir

En tant que députée du Doubs, professeur de lettres classiques, et démissionnaire médiatisée du Conseil National des Programmes depuis l'été 2015, vous avez donc certainement des convictions et des réponses pour ces problèmes qui ne peuvent désormais plus être niés

Vous avez dit avec raison, concernant Najat Vallaud-Belkacem : « une politique ne se fait pas avec des coups médiatiques ». Vous conviendrez également qu'une politique éducative ne se fait pas avec une chape de plomb. Et donc, en raison de votre cursus, vous ne manquerez pas de donner aux électeurs de votre circonscription votre point de vue sur ce que doit être la gestion de la langue française, notamment en répondant aux questions posées ci-après, dans la partie D

Ces réponses, si elles arrivent, ne manqueront pas d'être rapportées fidèlement dans les blogs de Mediapart, où le présent message sera déjà en place

Dans le cas contraire, et compte tenu de l'importance de l'outil linguistique et de la politique éducative pour l'avenir d'une société, on ne pourra que rappeler le principe déjà appliqué à Valérie Pécresse en 2010 : "un homme politique qui élude le problème de la réforme de l'orthographe ne peut être qu'un charlatan et un voyou"

Du côté du mouvement Ortograf-FR, en raison de l'opération recommencée en 2005, diverses personnes m'ont demandé de donner mon point de vue sur cette réforme. C'est justifié de le faire ici pour informer en même temps  les lecteurs de la présente lettre, et je le fais avec plaisir : il suffit pour cela de donner un rapide aperçu d'une surabondance de documents qui se trouvent de plus en plus facilement sur internet mais qui ne semblent pas être parvenus à votre connaissance, alors même que je vous ai fait parvenir directement certains d'entre eux

Si ces documents sont surabondants, c'est à cause de la censure et du mur de silence et d'indifférence auquel j'ai eu à faire depuis le début de l'opération Ortograf-FR en 2005, et qui malheureusement fait partie de votre stratégie, comme j'ai déjà eu largement l'occasion de le constater.

Trompettes de Jéricho contre forteresse Orthographe : rira bien qui rira le dernier »

Ortograf-FR doc g058-g02 février 2016  

Lettre ouverte : questions à Annie Genevard, députée et professeure

de lettres classiques, concernant ses vues sur la politique éducative

partie 1/5

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi