Notre députée filloniste aime les gens circonflexes = ignares et sans complexe

On fait ici une simple remarque, une parenthèse, sur l'absence de complexe des Vaillants Défenseurs de l'Orthographe, dont la députée de l'Orthographe Annie Genevard fait remarquer qu'ils volent à son secours en proclamant haut et fort : « Je suis circonflexe »

Début 2016, la ministre Najat Vallaud Belkacem fait mousser le fait que l'Education Nationale va adopter « la réforme de l'orthographe »

La députée chargée du projet de la droite pour l'école, Annie Genevard, en profite aussitôt pour faire croire à ses électeurs qu'elle combat courageusement l'adversaire gauchiste. Elle publie le 2 février 2016 un communiqué intitulé : « Que dit le rejet de la réforme de l'orthographe ? » sur le site « Les Républicains ».

Cet épisode va être rapporté prochainement dans l'article en préparation, intitulé : « L'accord secret d'Annie Genevard et François Fillon avec les assassins de l'école ». On fait ici une simple remarque, une parenthèse, sur l'absence de complexe desVaillants Défenseurs de l'Orthographe, dont la députée fait remarquer qu'ils volent à son secours en proclamant haut et fort : « Je suis circonflexe »

On peut parier à coup sûr que pas un seul d'entre eux ne connait l'origine historique de l'adoption du fameux accent circonflexe dans l'écriture officielle du français, et qu'il en est de même pour Annie Genevard. Je suis moi-même désolé de ne pas pouvoir vous donner la réponse concernant cette adoption

Pourtant, beaucoup d'informations concernant l'histoire de notre alphabet sont regroupées dans un tract d'une page intitulé : « Histoire interdite de l'alphabet français, en bref », mais on n'y trouve rien sur l'accent circonflexe

Ce mini-document sur l'histoire de notre alphabet signale notamment :

« la mutation faisant passer de l'alphabet latin originel à l'alphabet français actuel s'est produite en une vingtaine d'années, un peu avant 1550.

On a alors adopté le ç , venu d'Espagne, l'accent grave et l'accent aigu empruntés au grec. La création des lettres J et U a été proposée historiquement entre l'ordonnance de Villers-Cotterets (1539) et la publication du manifeste « Défense et illustration de la langue française », par Joachim du Bellay, en 1549. Mais l'adoption de ces lettres a été progressive. Sur des tombes beaucoup plus récentes, on trouve par exemple l'écriture « IVIN » pour « JUIN »

Cette ignorance généralisée de l'histoire de l'écriture du français est par elle-même une preuve de la fonction anticulturelle de notre religion nationale orthographique. Ses responsables sont, là encore, ceux que Carole Barjon appelle « les assassins de l'école », et dont Annie Genevard est une solide complice sans en avoir l'air

Le calcul secret de cette ignorance programmée est tout simple : si les français connaissaient l'histoire de l'écriture de leur langue, ils s'intéresseraient automatiquement aux motivations qui ont dicté et qui continuent de dicter son évolution. Ils découvriraient alors que la gestion actuelle de la langue française est, aujourd'hui plus que jamais, une application du principe : « Saboter plus pour gagner plus »

Voir à ce sujet :

« Dyslexie à cause de l'API : la preuve d'un sabotage en bande organisée est dans l'enfumage qui le cache »

 


Une autre preuve d'incompétence et/ou de corruption dans la gestion de la langue française est donnée par le mini-tract intitulé :

« IVIN, JUIN, …, … : 4 manières d'écrire le mot 'JUIN » : très drôle »

 

Voir encore :

« Saboter plus  pour gagner plus. Trois produits intellectuels faits pour être en panne:

1°)  l'orthographe française,

2°) l'API,

3°) le projet de réforme Ortograf.net »

 

Ortograf-FR (Louis Rougnon Glasson) doc g255-h02 février 2017

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.