louis rougnon glasson
Opération Ortograf. Justification scientifique des chauffages par cogénération pour diminuer les pertes entropiques. Démaskyavélisme
Abonné·e de Mediapart

264 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 nov. 2018

2018, LRG, 4 / 5: les exploits d'un théologien athée anti-catho, pro-islam

Selon la thèse de Georges-André Morin, la culture de l'islam serait essentiellement puisée dans une mentalité chrétienne rationaliste qui a été rejetée par le courant pur et dur du christianisme, une fois qu'il est devenu religion de l'empire romain en 325. On touche là du doigt les points sensibles des utilisations des religions par les pouvoirs politiques et donc les problèmes de la laïcité

louis rougnon glasson
Opération Ortograf. Justification scientifique des chauffages par cogénération pour diminuer les pertes entropiques. Démaskyavélisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les athées sont en principe allergiques à toute théologie comme à la mise en place de la moindre crèche sur les marchés de Noël

Mais la divine providence veille sur eux, 🙂 au risque de leur donner le l'urticaire  🙂  🙂 : certains d'entre eux se sont fait violence au point de devenir des théologiens hors-normes, et de nous sortir une thèse propre à ressusciter ce que le sociologue Manuel Todd a déjà appelé le "catholicisme zombie" 🙂  🙂  🙂

Cette thèse se résume dans le titre d'un article écrit par Georges-André Morin, libre-penseur :

« L'islam : un arianisme qui a réussi ? » :

http://federations.fnlp.fr/spip.php?article1589

A - pour un aperçu aussi bref que possible :

a) au moment de la conversion de l'empereur Constantin en 313, les persécutions contre les chrétiens étaient très actives. Elles ont cessé du jour au lendemain, ce qui a fait bénéficier Constantin d'un immense prestige, notamment auprès des chrétiens, et qui a donc fortement renforcé son pouvoir politique, ce qui était le but de l'opération

En bonne logique, s'il avait été possible d'imaginer une trinité en quatre personnes, l'empereur aurait certainement été la quatrième et peut-être même la troisième, avant le Saint-Esprit

b) à l'intérieur des chrétiens, un malentendu qui avait été éclipsé par le danger commun des persécutions s'est alors révélé en plein jour. Il a abouti à opposer :

- d'un côté, ce qu'on a appelé l'Eglise nicéenne, parce que l'empereur a tranché officiellement en sa faveur au concile de Nicée en 327, au terme d'un déchirement véritablement cornélien

Ce courant, qualifié, donc, de nicéen, correspond à ce qu'on appelle maintenant le courant catholique traditionnaliste. A partir du démarrage du protestantisme il y a tout juste 500 ans, 1517, ce courant s'est renforcé - en raison de calculs politiciens - dans le cadre de ce qu'on appelle la Contre-Réforme

- de l'autre côté, ceux qu'on appelle les aryens, parce qu'ils adoptaient le point de vue de l'évêque Arius. Celui-ci émettait des doutes sur les certitudes des purs et durs et voyait essentiellement des symboles dans les faits historiques à l'origine du christianisme.

Notamment, par son message et par son vécu, le Christ était avant tout le symbole de l'entente sociale obtenue par l'abnégation des individus et le refus de la violence

c) Sans qu'on ose l'avouer, mais dans les faits, le courant arianiste s'est imposé à nouveau, à la suite du concile Vatican II (1960-1962). Il a remplacé l'esprit du catholicisme traditionaliste ou de la Contre-Réforme par l'esprit oecuménique et du dialogue inter-religions

d) Les révélations contenues dans le livre de Georges-André Morin aboutissent à la conclusion logique évidente  suivante : Mahomet a créé sa religion à partir des points de vue de l'arianisme, parce qu'il ne pouvait pas adhérer aux thèses de l'Eglise nicéenne. L'islam est alors « un arianisme qui a réussi »

Les libres-penseurs attaquent donc ainsi le christianisme au défaut de la cuirasse. Ils visent à accréditer l'idée qu'en faisant table rase de leur passé chrétien et en adoptant l'islam, les pays occidentaux gagneraient au change :

l'objectif de cette thèse, c'est donc de donner une justification logique à l'islamisation des pays occidentaux

Cette islamisation a démarré elle aussi dans les années 1980, c'est à dire en même temps que la mise en place des communautarismes, et au moment même où la modernisation radicale de la désinformatsia a donné la supériorité que l'on sait aux praticiens des sciences antisociales de 1980

Cette coïncidence dans le temps n'est pas l'effet du hasard. On a vu que

- la mentalité révolutionnaire communiste

- et la mentalité conquérante de l'islamisme radical se motivaient l'une comme l'autre par une même culture de la fougue guerrière, de la ruse de guerre, et du fanatisme dominateur 

B - Après le miracle du libre-penseur devenu théologien : celui du bouffeur de curés qui sauve le christianisme en voulant lui opposer l'islam 🙂

Le livre « L'islam : un arianisme qui a réussi ? » est fort bien documenté, au point de nous faire découvrir pour la première fois ce qui a été résumé ci-dessus. Il devient d'une cocasserie croustillante quand on éclaire les zones oubliées du dossier, c'est à dire

a) le christianisme évoqué par Georges-André Morin, ce n'est pas celui qui s'est mis en place à partir du concile Vatican II  . C'est celui du catholicisme traditionaliste ou de la Contre-Réforme,. Sur le plan religieux, il n'est donc pas sûr que l'on gagne au change dans ces nouvelles conditions

b) remarquer en plus que la thèse « L'islam : un arianisme qui a réussi ? » n'a pas été produite par des musulmans

On en déduit que l'initiative de l'islamisation des pays occidentaux n'est pas venue de musulmans, mais de ceux qui ont mis en place les sciences antisociales et les communautarismes dans les années 1980

c) la thèse de Georges-André Morin escamote complètement le problème de l'utilisation des religions pour créer des mentalités, avec notamment les points suivants::

L'utilisation du christianisme à partir de la conversion de Constantin a créé dans la société occidentale un consensus interne, qui, historiquement, a créé les conditions favorables à la naissance de la civilisation moderne.

L'exploitation criminelle de cette mentalité consensuelle par le capitalisme « qui engendre la guerre, comme la nuée l'orage » est la cause de la mentalité révolutionnaire communiste

Elle est aussi la cause des grands conflits entre nations de l'époque récente

C'est ainsi que les horreurs de la guerre de 1914-1918 donnent une excuse parfaitement valable au fait que les communistes français ont été la cinquième colonne d'Hitler à partir de septembre 1939

La cinquième colonne actuelle est au service des conquérants islamistes actuels comme celle de 1939 était au service d'Hitler. Elle cherche à se justifier par une argumentation qui trouve une supériorité à l'islam par rapport au christianisme

Dans la mesure où l'on aura le courage de la démasquer et de lui opposer la vraie laïcité, celle de Jules Ferry et de l'entente sociale, on est sûr de pouvoir la mettre en échec en dépit de la très grande supériorité ses ruses

Ortograf-FR Louis rougnon Glasson doc g495-i11 novembre 2018

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé