Drôle d'année 2018, 2 / 5 : découverte des sciences antisociales de 1980

Vers 1980, mise en place des sciences politiques antisociales, par modernisation radicale de la désinformatsia

Au moment même où Vladimir Volkoff révélait l'existence de ce qu'on peut appeler « les Sciences Secrètes du Soviet Suprême », leurs concepteurs étaient en train de leur apporter une modernisation radicale, en réponse aux signes de faiblesse des dictatures communistes des pays de l'Est, qui allaient aboutir symboliquement à la chute du Mur de Berlin en 1989

La supériorité des sciences mafieuses ainsi obtenues fait qu'elles sont utilisées actuellement sur toute la planète, avec pour conséquences : augmentation des inégalités, Troisième Conflit Mondial, chantage à l'emploi (rendu possible par les records de productivité), chômage des jeunes, fragilisation des classes moyennes, éternel retour de la Faute à Pâd'Chance, saccage de l'environnement, etc.

Les ruses qui donnent cette supériorité politique aux sciences antisociales de 1980 sont essentiellement celles qui portent les numéros R020 à R022, et R030 à R032 dans le catalogue des ruses du sarkommunisme :

R020 : matraquage médiatique. Il permet de faire gober ce qu'on veut, y compris les fabulations les plus invraisemblables

R021 : la stratégie du silence. Elle permet d'étouffer ce qu'on veut, même les évidences et les secrets de Polichinelle

R022 = R020 + R021  : l'utilisation combinée du matraquage médiatique et de la stratégie du silence décuple leurs effets : elle permet de faire gober ce qu'on veut, et d'étouffer en même temps ce qu'on veut, même les évidences et les secrets de Polichinelle

R030 : Diviser pour régner : diviser le peuple pour régner sur lui

R031 : l'union fait la force : s'unir entre puissants pour régner sur les peuples,

R032 = R030 + R031 : l'union secrète entre princes de droite et de gauche pendant que leurs troupes s'entredéchirent fait le génie du sarkommunisme

Ortograf-FR Louis rougnon Glasson doc g493-i11 novembre 2018

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.