louisa-benzaid
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2016

Primaire de la droite...

Et en quoi consiste le pacte secret avec Bayrou ?

louisa-benzaid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© © MAXPPP

L’identité heureuse c’est Alain Juppé sur la dalle d’Argenteuil venu en homme de dialogue, à la rencontre des malmenés de l’époque Sarkozy.                                 De plus en plus à l’aise dans la redoutable épreuve du serrage de mains, il n’a aucun mal à se montrer exemplaire dans l’attitude et le savoir-être. Ses conseillers en sont fiers, Juppé a de l’allure, c’est leur champion.

 Mais Nicolas Sarkozy a du savoir-faire et ses adversaires ne le voient pas venir. Alors qu’on le croit acculé par rapport à un bilan désastreux, Sarkozy en fin stratège, flaire le bon coup, pour toucher au cœur les militants : Il va débusquer Bayrou et en faire le boulet accroché aux bottes de Juppé !

 Les proches de Juppé se gaussent, ils font mine de ne pas comprendre et les médias eux-mêmes considèrent la question ‘’Bayrou’’ comme un épiphénomène des plus amusants. La riposte des Juppétistes est donc simpliste, minimiser le cas Bayrou et faire passer Nicolas Sarkozy pour un Don Quichotte aux abois, qui s’épuise sur des détails insignifiants.

 Mais Nicolas Sarkozy insiste car il sait qu’il a raison.                                                                                                                                                                       Non seulement ce qu’il dénonce est réel mais il tient avec le cas Bayrou,     l’occasion inespérée de reprendre la main : Donner à tout le monde une leçon de stratégie politique en démontrant la naïveté d’Alain Juppé et ses conséquences insoupçonnées.                                                                                                                            En effet, François Bayrou ne reconnait pas cette primaire puisqu’il n’a pas pris l’engagement de se rallier au gagnant. Par son soutien habile et tronqué à Juppé, François Bayrou a trouvé le moyen de court-circuiter la primaire en la rendant caduque.

Jugez plutôt : Bayrou annonce clairement qu’il se présentera à la présidentielle si Alain Juppé n’est pas désigné.                                                                                 Comment ne pas comprendre l’ultimatum à peine voilé et inacceptable, jeté par Bayrou aux visages des militants :  votez Juppé ou je me présente contre votre candidat et la droite perdra comme en 2012. 

Certes, Juppé n’est pas complice des intentions douteuses du président du Modem.  Pris par son désir de rassembler, Alain Juppé s’est félicité du soutien affiché de François Bayrou mais il n’a pas mesuré, la portée dangereuse de l’intrusion de ce dernier, dans cette primaire.                                                                                     Le maire de Pau pourrait bien réussir là un coup de Maître, lui qui n’était pourtant destiné qu’à jouer un rôle minime, de simple figurant à la prochaine présidentielle tant il est seul à la tête d’une coquille vide appelée Modem.Par cette grossière erreur stratégique, Alain Juppé et son équipe ont remis en selle un Bayrou en perdition. Désormais François Bayrou renait de ses cendres, se redonne une légitimité et se dresse en opposant aux Républicains, mettant en péril la victoire d’un parti normalement majoritaire.                              

En acceptant sans conditions le soutien de François Bayrou, Juppé a fait entrer le loup dans la bergerie « Les républicains ».                                                     La menace est réelle pour la cohésion de la droite et ses chances de victoireà l’élection présidentielle de 2017.

 Pour sortir par le haut de ce traquenard, une seule solution, Alain Juppé doit impérativement imposer à Bayrou, des conditions au dialogue :

-  François Bayrou doit renoncer à se présenter en 2017.                                                                                                                                                                             -  Il doit également s’engager à soutenir le vainqueur de la primaire.                                                                                                                                                      Ces deux conditions posées sur la table, dédouaneraient d’un côté Alain Juppé et le libèreraient de cette manipulation qui parasite sa campagne.                               Et d’un autre côté, elles obligeront François Bayrou à s’engager loyalement, sans quoi il se retrouverait seul, comme à la case départ.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX