louisa-benzaid
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2012

Il faut être scandaleux pour lutter contre les scandales * MONTEBOURG a eu raison.

Les Hommes politiques d'hier, de Robert Schuman à Jacques Delors, bâtisseurs de l'Europe, l'ont fondée sur l'acier. Le premier accord de l'Europe des nations c'est la société du charbon et de l'acier. Comment quelques décennies plus tard, un seul homme, Monsieur Mittal a pu prendre le contrôle de tout un pan de l'industrie européenne ?

louisa-benzaid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Les Hommes politiques d'hier, de Robert Schuman à Jacques Delors, bâtisseurs de l'Europe, l'ont fondée sur l'acier. Le premier accord de l'Europe des nations c'est la société du charbon et de l'acier. Comment quelques décennies plus tard, un seul homme, Monsieur Mittal a pu prendre le contrôle de tout un pan de l'industrie européenne ? Le premier Ministre Jean Marc Ayrault, soucieux de sonner la fin de la polémique a déclaré : « Il n'y a pas que Florange » expliquant qu'il devait s'occuper de tout le monde. Ceci pour nous signifier son sens des responsabilités. Mais l'acier Lorrain est emblématique de cette industrie Française laissée à l'abandon par des politiques incapables de se projeter dans l'avenir en soutenant l'innovation et en protégeant les secteurs stratégiques. Il n'est pas ici question de nationaliser une usine de mouchoirs en papiers, il s'agit de sauvegarder le savoir-faire d'un pays et plus encore

L'acier c'est le bâtiment. L'acier c'est l'automobile, Mercedes et Volkswagen exigent la qualité de Florange et en payent le prix. L'acier c'est aussi, il faut le dire, le matériel militaire et l'armement. Qu'est-ce qui pourrait empêcher Mittal de décider demain, pour des raisons diverses, de réserver cet acier ultra résistant à des clients privilégiés ou à l'Inde.                                                                                                          Fantasmes? Pendant que l'intelligentsia s'interrogeait sur les investissements du Quatar et ce que l'on a appelé poliment la diplomatie du carnet de chèque, Mittal s'offrait toute l'Europe de l'acier.

 L'hésitation du gouvernement à nationaliser le site de Florange est comparable à la peur qui avait paralysé les dirigeants d'Arcelor face à l'OPA de Mittal à l'été 2006. Cédant ainsi et à moindre coût, les usines, le savoir- faire et le tiroir caisse. Il est trop tard pour se poser la question de la compétence de nos ex-dirigeants français à préserver notre patrimoine mais en refusant la nationalisation, le premier ministre Jean-Marc Ayrault vient de revendre une 2ème fois les ascieries Lorraine à M. Mittal.

Tous les experts le disent, le site de Florange est non seulement rentable et viable mais sa qualité est supérieure par l'expérience et le savoir-faire de ses ouvriers. Alors oui, Arnaud MONTEBOURG a eu raison de mener ce bras de fer.

L'histoire en témoigne, la nationalisation est le recours ultime en temps de crise pour épargner une activité en péril. Comment comprendre que Nicolas Sarkozy n' hésite pas à sauver les banques mais que les socialistes tremblent à l'idée de sauver l'acier Lorrain?                            Barak Obama, président du pays le plus capitaliste au monde, n'a pas rougi au moment de nationaliser Général Motors, sauvant ainsi l'industrie automobile américaine d'une faillite certaine. Partout les usines sont en difficultés pour la simple et bonne raison qu'elles ne sont plus dirigées pas des industriels mais par des financiers : Tout un modèle économique au service de la finance.                                                Le candidat Hollande a gagné l'élection sur cette promesse « Maîtriser la finance ». Une phrase qui fait basculer l'élection comme le fit celle du «Gagner plus (...) ». Mais une phrase qui engage, comme une dette imprescriptible.

*Mots de Jacques Attali à propos de la carrière de Coluche

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut