Les dévorants : un recueil de poésie sur la haine de la nature

Orland Dorival, dans son recueil les dévorants, dévoile la haine que l’homme a pour la nature.  Le « don des ruines » constitue le livre premier d’un tryptique Les Dévorants. Orland Dorival s’est engagé dans une exploration disséquante de cette « humanité » capable désormais d’engendrer sa propre fin. En plus des maux accumulés s’ajoute la possibilité même de l’effondrement. Ce qui hier relevait de l’hypothèse trouve aujourd’hui à s’accomplir et cela sans égard pour nos subjectivités de disciple. Les dévorants détiennent désormais le pouvoir de s’accaparer et du visible et de l’invisible.  Métamorphose de la nature en chose.

" Tout le monde sait quels terrifiants et insoutenables tableaux une peinture réaliste pourrait faire de la violence industrielle, mécanique, chimique, hormonale, génétique, à laquelle l’homme soumet depuis deux siècles la vie animale. Et ce que sont devenus la production, l’élevage, le transport, la mise à mort de ces animaux. "  Jacques Derrida, L’animal que donc je suis

"C’est l’unité de la misère qui se cache sous les oppositions spectaculaires." Guy Debord, La société du spectacle

 

4_1.jpg

 Les opposants au projet de l'aéroport Notre-dame-des-Landes

 

 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.