Lovegiver
Développeur informatique
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2016

La guerre des roses pour sauver notre liberté

La ‪#‎France‬ est un îlot de ‪#‎liberté‬ dans le monde. Les français apeurés voudraient y renoncer. Il est temps de se battre pour la conserver intacte. Au vu des basses manœuvres politiques auxquelles se livrent ces membres du Parti Socialiste français qui constituent notre gouvernement, je propose que #2016 soit l'année de la guerre des roses et d'un Printemps bien français.

Lovegiver
Développeur informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France est un îlot de liberté dans le monde. Les français apeurés voudraient y renoncer. Il est temps de se battre pour la conserver intacte.

Il y a 1 an, nous étions #Charlie

Il y a tout juste un an, la rédaction de Charlie Hebdo était décimée par des terroristes français.

Si Daesh en était le commanditaire, les individus désespérés tout autant que hargneux qui ont porté les coups étaient bel et bien français.

La question qui fâche était alors posée :

dans un pays laïque, état de droit défendant les libertés individuelles au point de les inscrire dans sa constitution ainsi que dans le préambule de celle-ci, est-il permis de rire de tout ?

La liberté de pensée et d'expression, qui sont consubstantielles aux Droits de l'Homme, la liberté de la presse, qui donne à cette dernière le droit (et la responsabilité) d'agir comme le poil à gratter de la démocratie, suffisaient non pas à justifier mais au moins à excuser les unes et les caricatures de Charlie Hebdo.

Cette affirmation n'obère pas le sentiment d'agression ou de manque de respect qui pourraient être ressentis par des musulmans de France. Nombre de musulmans se sont en effet sentis offensés par les caricatures du prophète Mahomet. Mais ils n'ont jamais été les seules victimes des dessinateurs du journal. Les chrétiens et les juifs de France ont vu également leurs religions respectives être égratignées par les humoristes de Charlie, et il est bon de rappeler ici, à tous, que nous vivons en France au 21ème siècle.

La liberté de la presse, ainsi que les croyants de toutes obédiences, doivent s'accommoder des dérapages de quelques-uns, à chacun de prendre le recul nécessaire. Christianisme, judaïsme et islam doivent faire en sorte d'être compatibles avec les principes et valeurs de la République, pas le contraire. Si cette dernière doit faire évoluer certaines dispositions relatives aux questions religieuses, celles-ci ne viseront alors pas un culte spécifique mais tous les cultes : c'est dans la nature de la laïcité.

A la suite des attentats de janvier 2015, la liberté d'expression était dans toutes les bouches, notamment celles des politiques qui eurent tôt fait de récupérer la tragédie à leur avantage tout en concoctant, par derrière, une loi - la loi dite "Renseignement" - qualifiée comme il se doit de liberticide puisqu'elle autorisait les services de sécurité à écouter tout le monde, en tous temps, et ce sans en référer à un juge comme c'était le cas jusqu'alors.

Défendre notre liberté en nous en privant ?

De même, après les attentats qui ont une nouvelle fois endeuillé la France un certain #Vendredi13, l'équipe au pouvoir, d'ores et déjà donnée comme la grande perdante des élections présidentielles de 2017, a pensé que la récupération d'idées du Front National couperait l'herbe sous les pieds de l'UMP et du Front National lui-même.

Une fois acquise la mise en œuvre de l'état d'urgence dans notre pays, que François Hollande insiste pour inscrire dans la Constitution afin d'y avoir recours ad vitam aeternam, la possibilité d'une déchéance de nationalité pour les binationaux nés français a donc fait son chemin dans les cerveaux dégénérés de nos dirigeants. Les mêmes qui trouvaient la proposition nauséabonde il y a quelques années souhaitent à présent son avènement afin de lutter efficacement contre le terrorisme et dissuader les candidats au suicide. Mais entre nous, la déchéance de nationalité ou de citoyenneté n'est-elle pas le cadet des soucis d'individus décédés les armes à la main ?

A ces mesures répugnantes le gouvernement compte à présent ajouter une nouvelle couche. Celle-ci veut étendre les pouvoirs de la police aux dépens de ceux des juges d'instruction. Pour mémoire, Nicolas Sarkozy avait déjà, en son temps, cherché à faire disparaître cette fonction.

Ainsi donc, dorénavant, les forces de police pourront arrêter et incarcérer qui elles le souhaitent sans que la Justice n'y trouve rien à redire. L'enquête, habituellement menée par un juge d'instruction indépendant, échappera aux mains de la Justice pour échoir entre celles de la police. On fait mieux en termes d'indépendance de la Justice, la police étant, faut-il le rappeler, soumise aux ordres du gouvernement là ou la Constitution consacre l'indépendance du pouvoir judiciaire.

Nous dénonçons dans ces pages la dérive policière de la France depuis de nombreux mois. Nous réitérons aujourd'hui nos avertissements et appelons tous les français à s'opposer de toute leur force et volonté contre cette tendance détestable qui consiste à punir les français pour des fautes qu'ils n'ont pas commises, grignotant à chaque occasion leurs droits fondamentaux pour assurer, soi-disant, leur sécurité.

  • Non la surveillance de masse n'est pas une garantie de sécurité pour les français.
  • Non la surveillance généralisée de toutes nos communications n'a pas permis d'éviter chaque tuerie qui a eu lieu sur notre territoire.
  • La surveillance de masse n'est qu'une mesure destinée à informer le gouvernement de l'opinion des français le concernant.

Ceux qui ont vu le film "V pour Vendetta" se souviennent certainement que le héro, "V", qui lutte pour la liberté et contre son gouvernement, dépose des roses sur les corps des ennemis abattus.

Au vu des basses manœuvres politiques auxquelles se livrent ces membres du Parti Socialiste français qui constituent notre gouvernement, je propose que 2016 soit l'année de la guerre des roses et d'un Printemps bien français.

Wake up.

Lovegiver

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana