Lovegiver
Développeur informatique
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2016

Le Printemps français bourgeonne, les réac' ont des boutons...

Après les "Printemps arabes", la Grèce, l'Espagne, le Liban, l'Inde, la France serait-elle en train de vivre son propre #Printemps ? Quand les #NuitDebout donnent des boutons aux réac'.

Lovegiver
Développeur informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Nuit debout, République couchée."

Eric Ciotti.

--------------------

Quel que soit l'avenir du mouvement #NuitsDebout, on pourra dire que celui-ci aura suscité des réactions. Ou plutôt LA réaction.

Les réac' de tout poil, les conservateurs, les moralistes, tous sortent du bois pour clamer à quel point ce mouvement est affreux, d'extrême-gauche, bobo-gauchiste, casseur, violent, illégitime, fasciste, entre-soi, sectaire, et la liste est longue des qualificatifs utilisés pour décrire - ou plutôt discréditer - ce mouvement qui troublerait l'ordre républicain et le sommeil des riverains.

Les masques tombent, pour ceux qui en portaient encore, de la droite conservatrice classique à sa cousine extrémiste, qui prône une révolution nationale qui ne serait pas celle-ci (et c'est tant mieux), en passant par la pseudo-gauche du PS, elle aussi libérale et néo-conservatrice, ou encore les médias dont la privatisation totale quasi-aboutie (au bénéfice de l'oligarchie) montre à quel point il est utile en ces temps de maîtriser l'information et ses canaux de diffusion.

A l'image de mai 68, c'est un ordre social bouclé et bloqué qui montre son vrai visage, le même ordre libéral que l'on trouve en Pologne, paré des oripeaux d'une démocratie qui dérange quand le peuple s'en empare et agit en son nom.

Après l'épisode Finkielkraut, le journal Libération se faisait le chantre de la liberté d'expression (celle de l'académicien) au nom d'un devoir de dialogue sain et serein. Mais que dit-il de ceux qui, à l'instar d'un Eric Ciotti, jettent l'anathème sur ce mouvement en opposant la France de ceux qui travaillent à celle de ceux qui "cassent" ?

Pour qu'un tel dialogue ait lieu, un dialogue respectueux, encore faudrait-il que l'effort soit partagé, mais également que ceux qui dénoncent ce mouvement se mettent dans des dispositions d'esprit adéquates. Car il n'y a pas de position égale, dans ce dialogue : le peuple s'adresse à ses dirigeants. Quand il s'exprime, ses élus doivent l'écouter. C'est le principe même de la démocratie, et il est bon de le rappeler à tous ceux qui adjoignent systématiquement le mot "ordre" à celui de "République".

Mais en sont-ils capables ? Telle est la véritable question.

Depuis plusieurs décennies, les français désaffectionnent les rendez-vous démocratiques que sont les scrutins, portant alternativement au pouvoir des partis dont la représentativité nationale est de plus en plus à démontrer. En effet, quand un président est élu avec tout juste la moitié des suffrages et un taux d'abstention de 40 à 60%, le parti dont il porte les couleurs ne représente au mieux qu'un français sur trois. Celui qui se présente alors comme le président de tous les français a, face à lui, 70% de mécontents.

Après chaque scrutin, les élus PS ou UMP, qui voient avec effroi progresser l'adversaire qu'est le Front National, déclarent invariablement qu'ils ont entendu notre message et notre désespoir et qu'ils vont, en conséquence, accélérer les réformes... Foutage de gueule ou bien ? Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

En réalité, ni le PS, ni l'UMP, ni le FN ne veulent véritablement écouter les français, alors comment un dialogue serait-il encore possible ou même simplement souhaitable ?

La France qui se trouve place de la République à Paris (et sur toutes les places de la République sur tout le territoire) a décidé de prendre les choses en main, et le dialogue a lieu entre ceux qui adhèrent à cette volonté de changement. Ce qui exclue derechef l'establishment - partis politiques, oligarques et médias - qui n'a aucun intérêt à voir ce changement advenir puisque les décisions qui se prennent actuellement sur les places de France consistent, entre autre, à définir un nouveau mode de représentativité et de gouvernance (déprofessionnalisation de la politique, non-cumul, mandat unique, etc.).

Il n'est pas possible de dialoguer avec ces gens parce qu'ils ne sont tout simplement pas en mesure de comprendre le changement actuellement en cours. A l'image d'une Michèle Alliot-Marie, qui, en 2011, proposait au pouvoir en place en Tunisie le "prêt" de quelques compagnies de CRS rompues au maintien de l'ordre sans effusion de sang, les gouvernants en France ne comprennent pas qu'il ne s'agit pas d'une simple manifestation qui dure, mais de notre Printemps à nous, français, qui désirons simplement renverser la table et mettre dehors tous ceux qui sont assis autour.

Et ce n'est pas faute d'avoir prévenu : depuis l'élection de François Mitterrand en 1981, les français expriment un ras-le-bol qui n'a jamais été entendu. Ou plutôt, soyons justes, qui a été entendu mais jamais pris en compte, ce qui est bien pire.

Ce qui se passe en France n'est pas strictement franco-français : c'est la déclinaison française d'un Printemps mondial qui bourgeonne depuis plusieurs années. Il y a eu les Printemps "arabes", il y a eu la Grèce, il y a eu l'Espagne. Actuellement il y a le Liban, l'Inde également. Et la France, enfin !

Dans tous ces pays, le message est le même, et il est clair : vous ne comprenez rien, vous ne pouvez plus rien pour nous, vous ne représentez plus que vous-mêmes (à l'image de ce congrès socialiste qui a eu autant de votants que d'élus du parti), c'est à dire vos propres intérêts et ceux de vos généreux donateurs.

Dans ce contexte de rupture consommée, si nous avions encore quelque chose à vous dire, ce serait de fermer la porte en partant et de mettre à l'abri de la prédation soi-disant extrême-gauchiste vos avoirs et richesses. Car ceux-ci ne représentent nullement le travail que vous avez réalisé mais le nôtre et l'effraction fiscale caractérisée dont vous vous êtes rendus coupables depuis tant d'années, prouvant par là que le contrat social dont vous vous prétendez les défenseurs n'avait pour vous que le sens que  vous vouliez bien lui donner.

-----------------------

Wake up.

Lovegiver

(article original publié sur blog.citizen-web.com)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques