L’ère de l’industrialisation et de la standardisation a vécu

Le marketing de masse ne fonctionne plus. Le consommateur en a assez de ressembler comme deux gouttes d’eau à son voisin. Normal me direz-vous dans une société de plus en plus individualiste.

Le consommateur veut désormais qu’on s’intéresse véritablement à ses besoins, ses envies ou plutôt ses préférences personnelles. Il cherche l’original plutôt que le comme tout le monde, cherche à se démarquer.

La quête d’identité

C’est finalement une quête de son identité, apprendre à mieux se connaître et montrer aux autres qui on est. C’est un mélange paradoxal de besoin de différenciation et de besoin d’appartenance. C’est vrai, je bois du Coca Cola standard comme beaucoup, dans tous les pays du monde, mais je l’ai personnalisé en ajoutant mon prénom, en fait c’est juste une impression, un sentiment ! Idem pour les M&M’s je les customise pour des évènements particuliers : mariages, naissances, fêtes,etc.. et pourtant le produit n’a rien d’unique.

Les sociétés l’ont bien compris et vont donc chercher à tisser avec son client un lien particulier en laissant la liberté à chacun de personnaliser son produit. En fait cette possibilité a toujours existé mais était réservée à l’élite, uniquement pour les produits de luxe comme le prêt-à-porter, les bijoux ou l’automobile de luxe. Désormais tout un chacun peut personnaliser son produit.

La mode a aussi toujours eu ce besoin de personnalisation, elle fut d’ailleurs la première à proposer ce type de customisation de produit au plus grand nombre. Nike ID notamment qui permet au consommateur de devenir son propre designer et dessiner lui-même ses futures chaussures. Depuis, tout le monde s’y est mis du tshirt-perso aux coques customisées que l’on trouve partout. Les voitures aussi, grand public comme la DS3 de Citroën, ou même les cartes bancaires !

Et puis les goûts et les couleurs comme on dit ça ne se discute pas, c’est très subjectif, il est donc normal que l’industrie suive cette expression populaire en laissant la liberté à chacun de créer son propre produit.

Finalement est-ce un mal ? Tandis qu’on consommait sans même réfléchir, on nous propose désormais de consommer non plus bêtement mais en restant en accord avec nous-même, nos préférences, nos goûts. La seule exigence est qu’il est nécessaire de se connaitre un tant soit peu et de prendre le temps à la réflexion.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.