LOZT
www.lozt.fr
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2016

LOZT
www.lozt.fr
Abonné·e de Mediapart

L'Odyssée de Pénélope

LOZT
www.lozt.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pénélope par Bourdelle © Bourdelle

Une médiation culturelle transmédia au Théâtre des Champs Elysées

Premier point d'étape sur le projet de médiation culturelle transmédia menée autour de la création de la création de l'opéra de Monteverdi "Le retour dans sa Patrie" au théâtre des Champs-Elysées cet automne... On peut le prendre par le biais des musiques actuelles, comme évoqué ici, ou par celui des musiques savantes, comme j'en parlais déjà là : si la musique est venue en première ligne des évolutions digitales de ces dernières années, il y a sans doute des raisons à cela, sur lesquels on essaiera de revenir plus tard. Pour repartir d'évidences d'ensemble, le média numérique désorganise tout ou presque : il opère un bouleversement presque entier des rapports de l’individuel au collectif, de l'individu à la mémoire collective, et crée de nouveaux accès aux savoirs. Il faut donc à terme imaginer un bouleversement complet des formes culturelles - dont nous ne pouvons penser que les prémices.

Or, avant toute chose, avant même de parler de nouveaux médias, et de leurs conséquences sur l'univers de la culture, il faut revenir au tout premier média de l'Histoire, celui qui l'a baptisée de son apparition : l'écriture. Essayer de comprendre à travers elle ce qu'est un media. Car l'écriture, suivons ici l'analyse de Peter Sloterdijk, ce peut être de la consignation de marchandises, une transmission de modes d'emplois - mais c'est avant tout l'apparition de la parole du lointain. Et pas seulement du lointain géographique, susceptible d'apporter des informations autres que celles délivrées par la bulle sonore de sa collectivité - l'ordre lointain cacheté du sceau du Prince a permis la construction administrative d'Empires géographiques, c'est vrai. Mais c'est aussi, et c'est peut-être plus important encore, l'apparition de la parole du passé. Finalement, c’est une technique chamanique assez intéressante. Une simple technique de code : on associe à un dessin ou à une graphie un son ou une idée. Et on ré-entend en soi se déployer l’enchantement de la parole des absents. Ça vaut véritablement un casque VR. Avec la lecture on a accès au passé, comme à l’imaginaire des temps. Je peux entendre, silencieusement, en lisant, la parole des morts.

C'était ça notre paradigme culturel. La capitalisation du savoir passait par là.  Le tri aussi entre ce qui relevait de la mémoire, et ce qui pouvait être oublié. Toutes les œuvres ne se valent pas. Certaines s’adressent à l’actualité, comme d’autres ont l’ambition prétentieuse - ou spirituelle - de traverser le temps. Parfois ça marche, parfois pas. N’importe qui n’est pas admis à la gloire posthume et aux récits mythologiques de la communauté. Car finalement, plus encore avec l’imprimé qui démocratise depuis la fin du Moyen-âge sa pratique, l'écrit crée une forme encyclopédique de capitalisation des savoirs, et à partir de cette architecture de connaissances se sont édifiés des systèmes sociaux particuliers, des idées d’individus-citoyens, des idées d’écoles, des idées de docteurs, des idées de savants, de formes particulières de poètes et de politiques etc. Et des narrations spécifiques cherchant à perpétuer des sociétés entières dans le temps de leurs représentations sociales, à maintenir - à force d'actes notariés aussi - les rapports de force, de génération en génération, entre dominants, et dominés.

C’est donc ici, sur cet échafaudage multi-séculaire, dont les enjeux sont subtilement oubliés par ses acteurs, qu'apparaît comme un point de rupture le média connecté. Proposant de nouvelles formes d’accès aux savoirs, il change en conséquence l’idée qu’on se faisait du savant, du docteur, du professeur, du politique, du métier. Ce n’est pas rien. Mais en plus il propose de nouvelles places d’élocution : parce que l'écriture est un media linéaire. Une phrase possède un début et une fin. Un livre a un début et une fin. En outre, l'écrit s'adresse indifféremment à tout le monde. C'est même ce que lui reprochait principalement Socrate. Pas seulement le fait d'être une fausse mémoire - donc une fausse culture. Mais c'est surtout que, une fois écrit, le mot, délivré de son auteur, reste orphelin, et s’adresse indifféremment au savant et à l’ignorant, imprimant sur ce dernier une connaissance fausse - si ce qui est écrit est faux.  Pour Socrate, on le sait, la vérité se découvre dans le dialogue, par le dialogue. Or, avec l'interactivité, on voit bien qu'au bouleversement d'accès à la connaissance s'ajoute un bouleversement de la place du lecteur, ou du spectateur - on réintroduit de l’interpellation, on réintroduit de l’actualisation - ce qui n'est pas rien non plus dans notre appréhension d'accumulations de savoirs puisque finalement le plus ancien, qui pouvait faire figure d'autorité du temps du livre, peut aujourd'hui paraître aux yeux de certains le plus périmé (Umberto Eco notait il y a quelques temps qu’il existait désormais des disciplines où l’on allait jusqu’à ne plus prendre en considération toute publication antérieure aux cinq dernières années).

Edouard Vuillard © Edouard Vuillard

Pour continuer, du fait du média connecté et de la qualité interactive de ce média - c’est un à bouleversement complet du type possible d'histoires qu’on se raconte qu'il faut s'attendre. Or, une communauté s'écrit toujours à partir des histoires qu'on lui raconte (sinon, comment comprendre l'inintelligence affichée de deux peuples auxquelles on ne raconte pas les mêmes histoires etc...) Un système narratif, c'est une série de transparences - il y a ce qu'on choisit de montrer - et d'occlusions, d'effacements : comme l'Histoire est un système de souvenirs et d'oublis. Si l'on modifie la façon dont on se raconte les histoires, dont on se transmet, on modifie tout un corps social. L'histoire du geste professionnel par exemple, on le sent bien, avec ses personnages bien définis (l'hôtelier, le taxi, le médecin, le professeur, l'artiste, l'homme de pouvoir...) se redéfinit de nouveaux usages. L'histoire de la vie publique et de la vie privée se métamorphose - parce que des outils de publication donnés à "n'importe qui", permettent à "n'importe qui" de se mettre en scène, y compris pour faire comme les Rois de l'époque classique et mettre en scène son lever, son souper, ou son coucher.

"Le retour d'Ulysse dans sa patrie"

L’objectif à l’heure de la disruption, de la notification push, de l’atomisation des nouvelles, c’est de renouer avec de la culture, avec du commun - avec de la mémoire pour autant et de la même façon que ces outils nous lient d'ordinaire à l’actualité… Ce projet de médiation culturelle pour le Théâtre des Champs Elysées, ne vise pas à faire uniquement de la communication, il cherche à faire entendre, ou ré-entendre, ré-éprouver, redécouvrir aux étudiants d'aujourd'hui, comme à d'autres, l’univers homérique ou l’opéra baroque - par le transmédia. C'est reprendre par les nouvelles technologies l'ambition de faire entendre au plus grand nombre, sans souci de sociologie des publics, les "œuvres majeures de l'esprit", ambition désabusée au cours de ces trente dernières années. C’est utiliser les médias avec lesquels sont nées les nouvelles générations pour faire parler aujourd'hui Homère selon le XVIIe siècle italien et écouter Monteverdi. Le transmédia, ici, ce sera bien sûr des captations à 360°, mais également une autre forme d’immersion : ce sera tenter de densifier l’univers fictif et aussi bien raconter, que faire raconter, laisser la parole, et essayer de susciter en chacun la qualité principale d'Ulysse : non sa métis ou sa ruse, mais sa curiosité.

TCE - Hall

Faisons un premier point sur les dispositifs : le projet s'articule autour de Pénélope. Ça tombe bien, il y a une statue de Pénélope par Bourdelle dans le hall d'un Théâtre destiné à devenir métaphoriquement le Palais d'Ithaque - jusqu'au retour d'Ulysse sur scène et la création de l'opéra, le 27 février prochain. Sur les médias sociaux les divers personnages de l'œuvre  commenceront à parler, à s'animer, selon leurs objectifs et leurs caractères (ce sont ici les étudiants de la Licence professionnelle Scénaristes Nouveaux Médias du Campus de la Fonderie de l'Image-Université Paris XIII qui seront maîtres d'œuvre) - Snapchat de Télémaque, des rendez-vous Périscope dans les coulisses du Théâtre et prises de vues stéréoscopiques à 360° également etc. : l'imagination des étudiants sera la seule limite, cohérence interprétative et historique inclues - tandis que Pénélope dès novembre tiendra son blog (animation Ecole Supérieure du Digital). Ce seront aussi des applications de réalité augmentée (sur les affiches du théâtre annonçant l'opéra), des propositions de livrets d'opéra enrichis et de bandes-dessinées (par l'Ecole Condé Paris), un hacking du Google Street View à l'intérieur du Théâtre (par les développeurs de l'Ecole 42), des serious game autour de la musique baroque, un monitoring-conseil de l'action par les étudiants de Master Théâtre de Paris VIII, une création de parfum - ou une réflexion autour du parfum et de l'absence (Ecole Supérieure du Parfum) - la participation active des médiateurs et des ressources du Musée Bourdelle - et enfin une traduction des différentes actions par les étudiants de l'ISIT (Master 2 Communication interculturelle).

Ce sont effectivement des jeux d'optiques et d'appréhension, mais pas uniquement : il faudra aller au-delà. Il s'agira de faire entendre que la tragédie naissant avec Homère, c'est la tragédie de l’individualité, et de la fragilité humaine face au Temps : deux personnages allégoriques des prologues de l'opéra de Monteverdi.  Il s'agira de faire sentir la tragédie d’Ulysse qui, des confins où il est et où il n’est plus "personne", finit de revenir vers soi, à sa condition de mortel que Circée lui proposait d'oublier : un retour vieilli vers sa patrie, pleinement héroïque alors. De faire entendre la tragédie de Pénélope, perdue et fidèle à son souvenir pendant 20 ans, fidèle à une idée qu'elle peine à reconnaître quand elle se représente à elle. Et ça - que ça parle d'il y a trois mille ans, ou d'aujourd'hui - c'est, en métamorphose sans doute, en anamorphose d'époque - la plus belle leçon que l'art puisse encore nous donner.

(Notes préparatoires pour intervention à la Gaité Lyrique du 30/09/16 - Table ronde Théâtre réinventé)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Justice
Barbouzes du PSG : la police sur la piste d’une tentative de chantage à 100 millions d’euros
Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane, détenu à Doha en 2020 après avoir obtenu des documents confidentiels appartenant au patron du Paris Saint-Germain, aurait souhaité par la suite réclamer 100 millions d’euros à l’émirat du Qatar, propriétaire du club, selon un document confidentiel. Il dément formellement.
par Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant