lpjournalismelannion
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2012

Le premier restaurant sans allergènes de France a ouvert ses portes

lpjournalismelannion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Lyon, le premier restaurant garanti sans allergènes vient d'ouvrir ses portes. Adieu lactose, gluten, oeufs, arachides, céleri, moutarde, lupin, mollusques, crustacés, soja, fruits à coque ou sésame. Bonjour fraîcheur et exotisme !

" Mon histoire dans l'assiette ", tel est le nom de ce restaurant lyonnais qui propose une cuisine au concept unique : un restaurant pour allergiques alimentaires. L'idée : que manger redevienne un plaisir. Sa cible : les personnes souffrant d'intolérances alimentaires et d'allergies. Mais rassurez-vous ! Sa table est ouverte à tous.

Depuis le 11 avril, le restaurant a ouvert ses portes dans le premier arrondissement de la ville. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la carte surprend par son originalité. Notons au passage qu'elle a été conçue à l'aide d'un nutritionniste, de chercheurs et de cardiologues. Quatorze aliments ont été éliminés de la palette des ingrédients. Parmi eux, tous les principaux aliments allergènes, c'est-à-dire susceptibles de provoquer des allergies alimentaires. " Ces ingrédients ne pénètrent pas dans la cuisine, précise Christine Delay, la gérante du restaurant dans un entretien accordé à la Tribune de Lyon. Ils ne sont présents dans aucun plat. Par exemple, on fait le pain nous même car il n'est pas possible de trouver un boulanger qui n'utilise pas de gluten pour faire son pain. On veut juste proposer une carte complète sans allergènes pour que chacun ait la liberté de choisir et prouver que l'on peut manger équilibré sans ces aliments allergènes ".

Un projet ambitieux...

L'idée est née en février dernier dans la tête de Christine Delay, cette ancienne fiscaliste de 43 ans, aujourd'hui reconvertie en chef cuisto. Elle a suivi un stage de quelques semaines chez Alain Ducasse avant de se lancer dans l'aventure. Quelques jours après l'ouverture de son restaurant d'une trentaine de couverts, elle attire déjà de nombreux clients. Et Christine Delay ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. D'ici quelques mois, " Mon histoire dans l'assiette " pourrait aussi proposer des plats à emporter et organiser des cours de cuisine, dédiés aux allergiques.

La carte de la fraîcheur

Le secret pour bien manger sans danger : utiliser des produits frais en s'approvisionnant auprès des producteurs locaux. Une idée de menu sans allergènes : en entrée, vous pourrez déguster un carpaccio de canard à l'infusion de basilic et sa petite salade d'herbes fraîches ou un foie gras aux poires avec son croustillant de fenouil ; en plat principal, une épaule d'agneau confite avec sa purée de haricots coco et légumes confits au jus, ou encore un cabillaud aux trois agrumes avec les légumes de saison... Pour terminer ce repas en apothéose, rien de tel qu'une poire pochée aux épices et son granité, ou son croustillant de pomme à la verveine. L'originalité est donc à l'ordre du jour avec des repas alléchants et créatifs.

Un restaurant novateur qui tend à montrer qu'équilibre alimentaire et saveur peuvent aller de paire. Avec un menu à 13,50 euros le midi (formule entrée + plat ou plat + dessert) et deux menus à 20 et 27 euros le soir, les personnes souffrant d'intolérances alimentaires pourront désormais sortir dîner sans se ruiner. Ainsi, chacun pourra composer sa propre histoire dans son assiette.

Le chiffre.

2 000 000 : En 2010, le nombre de Français sujets à des intolérances alimentaires était estimé à plus de deux millions. Une population de plus en plus importante à satisfaire.

L'adresse :

" Mon histoire dans l'assiette " : 10, rue Longue 69 001 Lyon. Tél : 04-78-28-38-53. Ouvert du lundi au samedi de 12 h à 14 h et du mercredi au samedi de 19 h à 22 h. Formule du midi (entrée + plat / plat + dessert) : 13,50 euros. Deux menus le soir à 20 et 27 euros.

Vincent Giard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli