LUC BAILLET
Architecte pathologiste du bâti
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2020

LUC BAILLET
Architecte pathologiste du bâti
Abonné·e de Mediapart

REPRISE DES CHANTIERS DU BTP SANS AUCUN RISQUE NI BIOLOGIQUE, NI CHIMIQUE

Les membres de RésoA+ écrivent à leurs contacts respectifs, avec un message personnel signalant les conditions particulières de leur mobilisation en vue de la reprise de leurs activités respectives. Soyons acteurs d'un déconfinement raisonné, pour assister, conseiller nos relations professionnelles et personnelles.

LUC BAILLET
Architecte pathologiste du bâti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

visuel CP200404 © Luc Baillet

 COMMUNIQUÉ DU SAMEDI 4 AVRIL 2020

Après une quinzaine de jours de soubresauts, "les ministères concernés" valident les "mesures barrières" proposées par des organisations patronales et des syndicats de travailleurs contenues dans le Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction en période d’épidémie de coronavirus COVID-19, publié le 2 avril par l'OPPBTP.

RésoA+, comme la plupart des organismes impliqués dans la défense des enjeux de santé publique, accueille avec intérêt le fruit de cette collaboration, tout en regrettant que les acteurs de la maitrise d'oeuvre, du diagnostic, de la coordination de la sécurité et de la prévention de la santé, voire ceux de la maitrise d'ouvrage ou des donneurs d'ordre n'aient pas été associés.

Ayant noté que les ministères souhaitent lancer une concertation complémentaire pour décliner ces dispositions d'ordre général dans l'ensemble des situations de chantiers, les membres de RésoA+ sont disposés à décliner les préconisations pour des opérations si particulières que sont celles de la décontamination, de la dépollution ou du désamiantage.

C'est pourquoi, sans attendre, RésoA+ a mis en place une Cellule de Crise Opérationnelle composée des membres du Conseil d'Administration réunis en Comité Permanent, de membres adhérents volontaires et de divers invités. La Cellule se réunit depuis le 25 mars toutes les 48h afin d'acter les synthèses des divers groupes de travail mis en place.

Des contacts ont été pris avec diverses autorités publiques ou professionnelles afin de mener un travail de synthèse.

Trois premiers constats ont pu être menés le vendredi 3 avril.

  1. Le Guide OPPBTP mentionne qu'une attention particulière doit être portée sur tous les risques traditionnels des chantiers, et en particulier les risques de chute, de heurt, ceux liés à l’électricité, aux engins, aux produits chimiques" sans toutefois citer expressément les risques principaux encourus dans les travaux sur existants en présence de polluants particulaires comme les fibres d’amiante, les particules de plomb, les poussières de silice cristalline.
  2. le Guide OPPBTP introduit un nouvel acteur dans le paysage du chantier, à savoir le "référent Covid-19", désigné par le Maitre d'Ouvrage, voire par les entreprises intervenantes, et par extrapolation par tout "donneur d'ordre" dans l'esprit de l'évaluation générale de risques, y compris sur les chantiers en site occupé, dans une entreprise utilisatrice ou chez le particulier. Or le statut de ce préventeur centré sur la lutte contre la COVID-19 n'est par défini.
  3. Le Guide évoque les diverses situations de port de maques anti-projections ou de protection respiratoire. Or certaines prescriptions semblent contradictoires avec celles émises par d'autres guides ou notes portant spécifiquement sur ce sujet sensible, et notamment sur l'usage de masques à soupapes expiratoires.
    Par ailleurs, aucune pubication scientifique sérieuse sur les caractéristiques du virus ne permet de connaitre les valeurs de sa bio-persistance et de sa virulence en cas de projections sur des surfaces présentes dans un immeuble bâti, rendant ainsi aléatoires les prescriptions de désinfection.

Face à ces constats, RésoA+ émet les propositions suivantes:

  • La reprise ou l'ouverture de chantiers de bâtiments, comme les opérations de maintenance, d'entretien, de remise en état après sinistre, ou encore les interventions de décontamination ou de désinfection des installations fixes ou mobiles indispensables au respect des conditions d'hygiène et de sécurité, n'est envisageable, quelque soit l'importance ou la durée des opérations, qu'en l’absence de tout risque biologique ou chimique.
    • > De facto, les donneurs d'ordre devront veiller à ce que les intervenants disposent d'un Dossier de Traçabilité Amiante mis à jour avant tout démarrage d'activité. En cas de besoin, il est de leur responsabilité de faire procéder à des investigations approfondies complémentaires afin de s'assurer de l'absence d'amiante dans le périmètre de travaux. Le cas échéant, les interventions seront déclarées "hors champ".
      A défaut, les entreprises seraient alors autorisées à requalifier les interventions sous le régime de la "sous-section 4", voire si nécessaire en "sous section 3", à l'occasion de retrait important même partiel, de parties d'ouvrage amiantines.
  • La lutte contre la propagation de la COVID-19 est l'affaire de chacun des intervenants. Pour harmoniser et optimiser les mesures barrières imposées pour chacune des situations de chantier, chaque catégorie d'acteurs devrait désigner un.e "Référent.e COVID-19". Ainsi, la conception et la mise en œuvre du Plan de Reprise et de Continuité de l'Activité des chantiers pourraient être adaptées et mieux supportées par les compagnons et leurs encadrants.
    • > RésoA+ demande la mise en place d'un Centre National de Ressources Pédagogiques et la programmation de sessions de formation accélérée des personnels désignés pour assumer le rôle de Référent CODIV-19 sur la base de données validées par un comité scientifique indépendant, prenant en compte les récentes données relatives à la bio-persistance du SARS-Cov2 projeté dans l'environnement, sur les surfaces présentes sur les lieux de travail et y compris dans les locaux sanitaires potentiellement contaminés par les effluents des travailleurs ou des personnes confinées dans leurs domicile.
  • Enfin, dans un courriel envoyé le 31 mars à la cellule de crise du ministère des finances, RésoA+ interpelle les autorités sur l'inefficience de la réquisition des masques FFP2 et FFP3 à soupapes.
    • "Comme le rappelle dans son §3 la recommandation AFNOR S76-001 MASQUES BARRIÈRES Guide d'exigences minimales, de méthodes d'essais, de confection et d'usage publié le 27 mars 2020, "Un masque barrière couvre le nez, la bouche et le menton (zone de protection voir Figure 1) et il ne doit pas comporter des soupape(s) inspiratoire(s) et/ou expiratoire(s). Les masques FFP2 ou FFP3 sans soupapes existent et peuvent donc satisfaire plus largement le besoin de barrière anti-projection.

Par ailleurs, on comprendra que les masques à soupape ne peuvent protéger les porteurs d'une projection aléatoire venant pénétrer dans la valve et migrer par capillarité à l’intérieur du masque porté de manière continue durant une demi journée. Pire, un porteur contaminé mais asymptomatique se croyant protégé des projections, risquerait à son insu de contaminer un patient ausculté ou soigné, par l’expiration d'un air contaminé.

C'est pourquoi, après consultation des milieux professionnels, nous sollicitons votre attention sur l'inefficience de la mesure de réquisition des masques FFP2 et FFP3 à soupapes.

    • A l'heure où les professionnels du BTP s'engagent vers la reprise de certains chantiers; nous souhaitons donc recevoir de votre de part une position nous permettant de rassurer ces professionnels mobilisés pour accompagner la remise en état des installations, appareillages, immeubles bâtis et autres équipements indispensables à la poursuite des activités indispensables à la vie de la Nation.

Le cas échéant une exclusion des masques FFP2 ou FFP3 à soupapes de la liste des appareils de protection respiratoires figurant à l'article 12 du décret 2020-293 du 23 mars 2020 satisferait les attentes des professionnels concernés, tant par la protection des personnels de santé que de celle des techniciens de la maintenance

En absence de bilan satisfaisant et de plan de prévention consensuels prouvant la maitrise concomitante de tous les risques biologiques et chimiques, il apparait impossible de garantir un niveau satisfaisant de salubrité sur quelque chantier que ce soit.

Toutefois, RésoA+ appelle ses membres à mobiliser leurs moyens matériels et humains pour poursuivre ou reprendre, dès que possible, leurs activités respectives et à partager ce communiqué auprès de leurs carnets d'adresses.

Deux adresses courrielles spéciales sont mis à leur dispositon:

  • en cas de besoin de signaler des abus ou demander un appui particulier lors d'un litige avec un tiers: mediations@resoAplus.fr
  • en cas de volonté de communiquer sur une solution innovante, une question relative à l'enjeu de santé publique dans son secteur de compétence: cco.onra-20@resoAplus.fr

Enfin, RésoA+ dispose d'un profil LINKEDIN et propose à tous ses membres désireux de participer la co-construction de leur veille technique, réglementaire, financière de participer au Groupe Répertorié "OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA REMÉDIATION AMIANTE"

Pour RésoA+

Luc BAILLET, secrétaire, animateur de la Cellule ce Crise Opérationnelle.

+ d'infos sur www.resoAplus.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez