Luc Bentz
Continue à essayer résolument de trouver le sens des aiguilles du monde.
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 févr. 2020

Luc Bentz
Continue à essayer résolument de trouver le sens des aiguilles du monde.
Abonné·e de Mediapart

De la «jaunisse» dans le vocabulaire syndical

Non, ici aucun rapport avec les Gilets jaunes. C'est bien du langage propre au syndicalisme qu'il s'agit dont l'usage peut-être galvaudé. Rappelons ici l'origine historique de l'emploi de «jaune» dans le syndicalisme français.

Luc Bentz
Continue à essayer résolument de trouver le sens des aiguilles du monde.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mur représentant la BD «Blake & Mortimer» d'Edgar P. Jacobs, rue du Houblon 24 à Bruxelles. © «Ferran Cornellà»/Wikimedia Commons, lic. Creative Commons CC-BY-SA 3.0

Jaune(s): dans le vocabulaire syndical, le terme reste employé de manière péjorative, dépréciative. Le jaune est une marque apposée par les adversaires comme marque de compromission à l'égard de l'adversaire «de classe» que constitue le patronat ou qu'incarnent les pouvoirs publics. La marque jaune n'est pas de la nature de celle qu'évoquait l'inoubliable auteur de la série Blake et Mortimer, Edgar P. Jacobs: Ce n'est pas le geste affirmé d'un méchant de bande dessinée contre lequel le ou les héros s'élèvent: c'est une marque d'infamie, plus précisément de soumission et de complicité stipendiée avec les forces dominantes.

Le terme a une histoire et une origine encore indécise, mais en tout cas attestée dans le dernier quart du XIXe siècle.

Jean-Baptiste Séverac (Le mouvement syndical, collection «Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière» sous la direction de Compère-Morel, éd. Quillet, 1913, p. 286-287) relève en note que l'origine du terme reste «obscure», mais avance cette explication:

«Des syndicats catholiques avaient été créés dans le département du Nord, surtout chez les mineurs et les tisseurs, puis dans l'Ouest et le Centre. Quelques congrès avaient réuni ces groupements et une Fédération s'était même constituée. Le plus actif de ces syndicats était celui des tisseurs de Tourcoing qui avait pour organe Le Petit Jaune.
À côté de ces syndicats catholiques, des organisations ouvrières non confessionnelles, mais adversaires des syndicats «rouges», s'étaient constitués en 1899 au Creusot et à Montceau
[-les-Mines], avec l'aide de M. Schneider et de la direction des mines en lutte contre leurs ouvriers. La double origine du mouvement jaune est donc bien nette: elle est catholique et patronale.

Couverture: Pierre Biétry, «Les jaunes de France et la question ouvrière», librairie P. Paclot, Paris, 1906. © Source: Gallica/BNF, domaine public.

Entre 1902 et 1909 (date de son dernier congrès), la Fédération des jaunes de France a connu des heurs et des malheurs, sans pouvoir percer malgré l'appui patronal qui ne fit pas défaut à un mouvement «syndical» hostile aux «rouges» de la CGT (le drapeau rouge est apparu comme symbole politique et social de la classe ouvrière en 1848, et plus encore au moment de la Commune de Paris), à la lutte de classes et, bien entendu à la grève générale. Le premier initiateur du syndicalisme «jaune», Paul Lanoir, avait été boulangiste; son ancien adjoint Paul Biétry, ancien guesdiste retourné, qui l'avait évincé en créant sa petite entreprise, avait la même hostilité envers la CGT et le mouvement socialiste (il fut député, élu comme «antisocialiste» face à un «socialiste unifié» de 1906 à 1910).

Les Jaunes d'avant 1914 avaient pour devise «Patrie, Famille, Patrie»... qui a inspiré Vichy. Leur lien avec l'idéologie nationaliste, telle qu'elle s'est manifestée sous la IIIe République, est patent. S'il y a une continuité indirecte après la Libération, bien qu'ils aient repoussé le fascisme, c'est avec des organisations directement dans l'orbite patronale comme la Confédération générale des syndicats indépendants (CGSI) créée après la Libération, ou la Confédération française du travail (CFT), devenue Confédération des syndicats libres, accusée dencadrer les travailleurs, notamment dans l'automobile (chez Citroën en particulier), voire d'alimenter des «milices patronales».

© «OpenClipart-Vectors»/Pixabay.com, licence Pixabay, usage libre.

Si, de manière générale, le terme «jaunes» a été utilisé, en France comme dans d'autres pays, pour désigner des briseurs de grève dans la deuxième moitié du XIXe siècle ou au début du XXe siècle, c'était aussi dans des contextes d'affrontements souvent violents (sans parler du recours à la troupe). Cela donc n'a rien à voir avec ce qui avait fondé — sur des principes qui étaient ceux de la doctrine sociale de l'Église depuis l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII en 1891 et l'émergence du catholicisme social à l'origine de la constitution de la CFTC en 1919.

Mais, contexte ou pas contexte, jaune a été «cristallisé» dans le vocabulaire syndical. L'injure est facile, à laquelle on résiste parfois difficilement en cas de confrontation intersyndicale. De l'injure, les jaunes du début du XXe siècle ont fait une affirmation identitaire (voir l'article de Maurice Tournier mentionné en fin de billet). Il n'empêche, pour ceux qui en ont usé «en négatif», ce n'était pas la marque d'Olrik, mais bien une marque de flétrissure. Passé de génération en génération militante, l'usage du terme, socialisé et incorporé, permet de mettre en avant la pureté revendicative et le caractère supposé résolu de qui l'emploie en abaissant ses adversaires comme la «marque» stigmatisait jadis les condamnés de l'Ancien Régime ou les forçats que le Code criminel de 1810 condamnait à cette peine afflictive et infamante.

Cela justifie-t-il pour autant un excès de langage qui gauchit l'histoire sociale en la déformant?

Luc Bentz

Voir aussi : Tournier (Maurice), «Les jaunes: un mot-fantasme à la fin du 19e siècle», in: Mots, n°8, mars 1984, numéro spécial («L'Autre, l'Etranger, présence et exclusion dans le discours»), sous la direction de Gilles Seidel, p. 125-146.

Manifeste des jaunes (1908) in: J.-B. Séverac, «Le mouvement syndical» (Encyclopédie socialiste, Quillet, 1913). (pdf, 802.9 kB) © Domaine public.
© «Maklay62»/Pixabay.com, licence Pixabay (usage libre).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant