Luc Bretones
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2009

Luc Bretones
Abonné·e de Mediapart

Quelle sont la maturité du SaaS et les possibilités d'utilisation par les entreprises ?

Luc Bretones
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu’est-ce que le SaaS, ou Software as a Service ?Quelle est la maturité de ce marché et les possibilités d'utilisation par les entreprises ?Executive Summary de la thèse de Mastère Management des SI HEC-Minesrédigé par Emmanuel Boucher (promo Executive 2009), ECM 89.Le journal Le Monde[1] titrait il y a peu : « L'informatique dans les nuages s'envole » tandis que Business Week[2] voit le monde changer sous l'influence du Cloud Computing. L'universitaire américain Nicholas Carr[3] parle du « grand passage vers l'ordinateur mondial ». Au delà d'un effet de mode indéniable jusque dans les publications grand public, le terme de Cloud Computing (l'informatique dans le nuage, au sens d'Internet) recouvre l'émergence d'une transformation importante des systèmes d'information avec la mise à disposition de ressources informatiques distribuées sur internet et proposées sous la forme de services à de multiples utilisateurs.Il s'agit donc à la fois d'une notion technique et d'un modèle économique nouveau pour l'entreprise utilisatrice qui paie des services informatiques à l'usage et non plus sous forme d'investissement. Le SaaS (Software as a Service ou fourniture de logiciels sous forme de services) est la partie applicative du Cloud Computing. Pour l'entreprise utilisatrice, il s'agit de l'accès à distance grâce au réseau internet à des applications hébergées et exploitées par un fournisseur de services qui facture un droit d'usage.Ce modèle s'oppose au modèle traditionnel d'acquisition de licences de logiciel déployées et opérées sur les serveurs de l'entreprise utilisatrice.Le marché du SaaS pour les entreprises est encore peu mature (environ 5% des dépenses logicielles) mais connaît une très forte croissance de l'ordre de 30% par an. L'offre fonctionnelle est très large et certains domaines (notamment le CRM et la conférence web) ont atteint un niveau satisfaisant les plus grandes entreprises. Les acteurs du SaaS sont très divers avec des origines et des tailles très variées depuis les start-ups spécialisées jusqu'aux poids lourds du web grand public comme Google qui abordent les entreprises, en passant par les éditeurs de logiciels traditionnels qui migrent leur modèle comme Oracle ou Microsoft.Ce développement de l'offre applicative est complété par des investissements colossaux dans l'infrastructure et le développement de véritables centrales informatiques à l'image des centrales électriques.Le modèle SaaS présente de nombreux avantages pour les entreprises utilisatrices principalement au niveau :• financier : TCO réduit, réduction des budgets d'investissement et de la prise de risque sur les projets, accélération des mises en œuvre,• fonctionnel : meilleure ergonomie, rapidité de déploiement, connectivité facilitée avec d'autres services, services de collaboration natifs, évolutivité permanente, disponibilité.Il faut toutefois rester vigilant sur plusieurs aspects liés à la jeunesse de ce marché (pérennité des fournisseurs, capacité à contenir les tarifs à terme), ou à son caractère externalisé (confidentialité des données, disponibilité, intégration avec le système d'information interne). Le développement du SaaS entraîne des changements importants pour les éditeurs de logiciels qui doivent assurer une transition délicate tant culturelle qu'économique. Les avis divergent sur la généralisation des services SaaS en entreprises, certains n'y voyant qu'un moyen à la marge d'externaliser des applications périphériques, les applications critiques restant développées et hébergées à l'intérieur de l'entreprise, d'autres prédisant une disparition rapide de toute l'exploitation informatique interne.Je pense qu'il s'agit d'une tendance lourde qui va fortement modifier la manière d'intégrer des solutions technologiques dans l'entreprise.La technologie devient partie intégrante du métier et non plus simple support et les directions opérationnelles se l'approprient plus volontiers. Le mode SaaS facilite cette appropriation et impose un repositionnement des directions informatiques comme assembleurs de services qui peuvent être produits en interne ou, de plus en plus souvent, en externe.Tout l'écosystème n'est pas en place et des efforts de standardisation des services SaaS doivent aboutir afin de rendre le marché plus fluide. Mais le mouvement vers le recours généralisé à des services logiciels externalisés est lancé et atteindra sous 3 à 5 ans une maturité suffisante pour opérer un système d'information complet à base de SaaS dans des entreprises de toute taille.Emmanuel Boucher, ECM 89saas@ebtogg.frCompléments sur http://saas.ebtogg.fr Contact Centrale Marseille IT : David Bourgeois – david.bourgeois@centraliens-marseille.fr

[1] Le Monde , 22/10/2008 : L'informatique en nuages s'envole

[2] Business Week en août 2008 : How Cloud Computing Is Changing the World

[3] Carr N. (2008), The Big Switch, New-York, W.W. Norton & Co

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES