LUC GUILLORY
Responsable Export dans une PMI française; promoteur d'une économie spirituelle ; blog perso : luc-guillory.com
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juil. 2019

LUC GUILLORY
Responsable Export dans une PMI française; promoteur d'une économie spirituelle ; blog perso : luc-guillory.com
Abonné·e de Mediapart

BANQUES EUROPEENNES : VOUS AVEZ DIT TOUT VA BIEN ?

BANQUES EUROPEENNES : VOUS AVEZ DIT TOUT VA BIEN ?

LUC GUILLORY
Responsable Export dans une PMI française; promoteur d'une économie spirituelle ; blog perso : luc-guillory.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les récents taux d’intérêts négatifs pour la France ont fait se gargariser le coq gaulois qui a trouvé une explication géniale : si les taux d’emprunt de la France sur les marchés sont négatifs, c’est parce que la France inspire une grande confiance.

Certes…. mais c’est surtout parce que les milliers de milliards d’euros injectés par la Banque centrale européenne (BCE) sont de l’argent fictif (Quantitative Easing) et que la valeur de la monnaie s’effrite inexorablement.

Tout cet argent injecté sauvera-t-il le système bancaire européen ?

Rien n’est vraiment acquis. Les causes qui ont engendré le krach de 2008 n’ont pas été résolues.

Prenons l’exemple de la Deutsche Bank, l’une des plus grandes banques systémique du monde. Courant 2007, sa valeur en bourse était de 153 € l’action. En juin 2019, elle est descendue en-dessous de 6 €. N’appelle-t-on pas cela un ‘effondrement’.

Sachant que cette banque possède pour plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars de produits dérivés dans son ventre, notamment des CDS (credit defaut swaps), n’y a-t-il pas de quoi être circonspect, voire… inquiet.. Si seulement elle était la seule dans cet état…. Mais…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte