Basta, j'arrête

Mon bol est ras. Je résilie mon abonnement à Mediapart.

Je viens de terminer la lecture de l'excellent billet que Jean-Paul Bourdineaud adressait à Charlie hebdo le 21 juillet 2021 sur ce même forum. Émanant du Centre de recherche et d'informations indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), ce billet détaillé, documenté, analyse soigneusement et complètement les informations qui démontrent l'entreprise d'intoxication à laquelle se livrent les compagnies pharmaceutiques (avec l'aide de nos gouvernements et de médecins médiatiques nageant dans les conflits d'intérêts) pour nous imposer leur solution vaccinale.

Avant celà, le blog de Laurent Mucchielli avait analysé les aspects sociologiques, juridiques, soulevés par cette pandémie et les décisions attentatoires aux libertés prises par nos gouvernants.

Tous ces textes montrent à l'évidence que les seuls bénéficiaires des politiques "sanitaires" actuelles sont les comptes bancaires des labos. Et que les perdants sont les populations. Alors que ce sont bien elles, les populations, qui vont engraisser les fortunes des actionnaires des labos au travers de la sécurité sociale et des impôts. Sans mentionner les dommages à leur santé occasionnés par une interdiction de soins qui les laisse à l'abandon avant le recours éventuel aux services hospitaliers d'urgence.

Malgré les évidences accumulées dans ces textes, les partis politiques de gauche se rallient à Macron. Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, propose de lever le secret médical pour aller porter la bonne parole auprès des récalcitrants à la vaccination. À quand la restauration de la STASI ? Les parlementaires socialistes, eux, sont plus royalistes que Macron et le devancent en déposant une proposition de loi pour rendre le vaccin obligatoire. Les syndicats se rallient en catimini et ne se préoccupent que des conséquences sociales du laisser-passer sanitaire et de la vaccination obligatoire, sans se poser une seule seconde la question de leur pertinence.

Que Le Monde, Libération, Le Figaro, Le Parisien, se rassemblent sous la bannière macroniste, rien de moins surprenant. Ils sont la propriété d'une poignée de milliardaires dont les intérêts financiers sont ceux des labos. Mais pour Mediapart, c'est un peu plus inattendu. Bien sûr, Edwy Plenel traîne quelques casseroles de son passage au Monde. Mais après tout, c'est loin tout ça et il était plus jeune. Mais alors Charlie, c'est le pompon ! Eux qui se revendiquent les rois de l'insolence, de l'esprit critique, de la liberté, de l'humour et de la dérision, les entendre hurler avec les loups et soutenir les mêmes niaiseries que notre ministre Véran ! Comme quoi, l'humour ne met pas à l'abri de la connerie.

Je n'ai jamais été abonné à Charlie. Mais je l'achetais très régulièrement. Après l'attentat, je m'en étais éloigné un peu, le temps de voir si la génération dorée décimée par les abrutis intégristes serait remplacée à la même hauteur. J'étais assez partagé. Mais aujourd'hui, force m'est de constater que non.

Aujourd'hui, je ne suis plus abonné qu'au Diplo et à Mediapart. Plus pour très longtemps cependant. Dès la fin du mois, ne restera que le Diplo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.