Luc-Thierry Rossi
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2021

Les 10 commandements du "covidisme"

Le narratif servi ad nauseam par le pouvoir et ses nervis médiatiques, qui tentent par tous les moyens de noyer le citoyen sous des déclarations contradictoires ou totalement dénuées de fondement véritablement scientifique, montre que nous avons quitter les rives enchanteresses de la rationalité pour entrer de plain-pied dans le domaine des croyances. Et du genre féroce !

Luc-Thierry Rossi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le grotesque étant l'invariant de toute parodie ou contrefaçon (selon Guénon), il n'aura pas manqué de se multiplier ces derniers temps avec insistance et profusion.

Le virologue Jean-Michel Claverie (fondateur de la Société Française de Virologie) résumait sur CNEWS dans l’émission « L’heure des pros » de Pascal Praud : « On ne vaccine pas les gens pour une maladie qu'ils ne font pas. On avait un fantasme avec cette immunité collective par le vaccin, on sait que ce fantasme ne tient plus. Les vaccinés restent transmetteurs. L'immunité qui est naturellement acquise par les enfants est de meilleure qualité, elle est plus durable, et plus générale. On demande à des gens qui ne font pas de vélo de porter un casque pour protéger ceux qui en font. » (C'est nous qui soulignons).

Si bien que la psychose généralisée à laquelle nous assistons au quotidien ne doit plus grand chose à l'observation des faits, à leur examen, et à des comportements qui leur seraient adaptés. Nous voyons s'installer de nouvelles croyances, déguisées comme à l'ordinaire en soumission à une certaine "science", qui viserait un "consensus" qui n'a jamais existé dans le domaine - Kepler, Galilée, les Curie, Einstein, pour ne citer qu'eux, n'auraient JAMAIS fait avancer la science s'il avait suivi le "consensus"... qui n'existait pas sur leur travaux ! Là où il y a consensus, il n'y a plus de science, pouvons-nous même affirmer, prolongeant la déclaration de Walter Lippmann en son temps : "quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense vraiment".

La nouvelle croyance qui se déploie à propos de l'arrivée du Covid-19 présente ainsi tous les ingrédients d'une nouvelle religion - que certain auront nommé "covidisme". Il s'agit d'obéir à des arguments d'autorité, par essence indiscutables, y compris sur leur origine, et d'évacuer toute rationalité pour ne plus se plier qu'à une seule injonction : obéir.

Constatons, encore une fois, combien ces religions, anciennes et nouvelles, ont besoin de se trouver des hérétiques à poursuivre, des églises rivales, un courant dissident, une lecture séditieuse qui dérange leur sécurité religieuse et qu’il convient de punir ! C'est pourquoi il nous a semblé utile de résumer les points clé de cette nouvelle religion, qui, comme toutes les autres, ne supporte ni la dissidence ni la contestation... qui peut nous mener aux enfers, ne l'oublions pas.

  1. Tu glorifieras le « vaccin ». Seul le vaccin peut nous sauver ; tous ceux qui pensent différemment sont des hérétiques, des égoïstes, des fous, et des complotistes. Et souvent tout cela en même temps.
  2. Tu iras, disant et répétant que mourir du Covid-19 est inacceptable. Il y a une mort béatifiée au dessus de toutes les autres morts : celle due au Covid-19. Selon l’OMS, 10 millions de personnes meurent de cancers divers chaque année dans le monde ; 6 millions d'enfants meurent également tous les ans de malnutrition ; 1.4 million personnes sont décédées de la tuberculose en 2019. Mais c’est sans importance : c'est d'ailleurs pourquoi on s’attache peu à éradiquer ces fléaux. En revanche, mourir à la suite du « vaccin » est un geste « altruiste » et glorieux.
  3. Tu nieras tout lien entre les morts après « vaccination » et les injections. C’est pourquoi on ne les comptera pas (la réalité a une valeur toute relative). D’ailleurs, un mort « vacciné » vaut mieux qu'un vivant « antivaxx » (celui qui refuse la « science », le « progrès », et le Meilleur des mondes)…
  4. Tu affirmeras que seule la haute technologie peut nous sauver. Prétendre se soigner avec des produits naturels est risible, dérisoire, et même dangereux.
  5. Tu admettras sans preuves que les scientifiques sont bien plus intelligents et performants que notre système immunitaire, qui s'est forgé au fil de milliers d'années : c’est pourquoi on ignore totalement l’immunité naturelle. Ou alors, on en parle en tordant la bouche, et sous la torture… de l’opinion publique.
  6. Tu manifesteras une confiance absolue et indéfectible envers les industriels pharmaceutiques et leurs produits, issue de la dernière technologie de pointe (son nom est Spike!). Qu’ils aient été condamnés pour fraude et escroquerie à de multiples reprises, avec des amendes records, et après s’être engagés auprès de la justice à ne pas récidiver en signant des "accords d'intégrité" (???), doit être tenu pour négligeable. Tout le monde rêve d’avoir les conseils de Marc Dutroux en matière de protection de l’enfance, n’est-ce pas ?
  7. Tu donneras la priorité pour la « vaccination » aux personnes à risque, malgré la présence de comorbidités. Ce sera le cas également des enfants… qui ne risquent quasiment rien du Covid-19 (ni contaminés, ni transmetteurs)…
  8. Tous ont le devoir de faire la promotion de cette « expérience vaccinale », animateurs télé, journalistes, personnalités politiques, publicitaires, même si, jusqu’ici, le code de santé publique l’interdisait formellement, toute prescription relevant de la seule compétence du médecin traitant ! Une certaine urgence le commande (reste à déterminer laquelle).
  9. Tu nieras farouchement la singularité de l’individu. Le secret médical est donc un principe ringard et obsolète. C’est pourquoi on peut débattre de l’état de santé de chacun sur la place publique, car les machines – même biologiques – se ressemblent toutes.
  10. Tu porteras en tous lieux un signe de soumission au culte du covidisme - c’est-à-dire un masque chirurgical - même si aucune étude scientifique indépendante n’a jamais validé son utilité en cas d’épidémie virale, bien au contraire ; il s’agit de montrer aux rebelles et aux insoumis que la seule issue est d’obéir. Les enfants doivent obéir !

Luc-Thierry Rossi, Compagnon menuisier du Devoir

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart