les declarations en mode mineur de Mme Bachelot

29.06.2011

Les variations en mode mineur de Mme Bachelot

EDITO 8

 

Me Bachelot multiplie les déclarations à la presse depuis son annonce du 16 juin limitant à un milliard d'euros l'enveloppe dépendance pour 2012, sous réserve des arbitrages du chef de l'Etat.

Il y a quelques jours, elle laissait entendre que ces arbitrages étaient attendus pour l'été alors que c'était précedemment pour le mois de juillet.

Il est vrai que l'annonce de ce qui nous est promis peut attendre les torpeurs du mois d'aout.

Pour aussi peu on nous promet pas moins de trois textes législatifs avec un saupoudrage de mesures: aide aux départements, aux services à domicile peut être, textes sur la gouvernance, lieu unique d'information et le cas échéant une amélioration du sort des familles de dépendants!

La situation des départements est en effet critique ( voir l'article des échos) mais à qui la faute? Ne voit-on pas que le système institutionnel, faisant peser sur des collectivités territoriales non seulement le sort des dépendants ( APA et aide sociale en hébergement), celui des handicapés mais aussi celui des titulaires du RSA ( ex-RMI) est totalement absurde?

S'agissant des services à domicile à qui la faute? Il faut tout simplement revenir sur les malencontreuses décisions prises dans le cadre du budget 2011 et déja évoquées.

Le lieu unique d'information? L'extension des CLIC, qu'à peu près personne ne connaît, et malgré leur effort louable, n'est évidemment pas la solution, nous y reviendrons cet été puisque c'est l'une de nos prorités.

Nous n'avons aucune volonté de dénigrement mais ces déclarations ne trompent plus personne même si la presse semble se lasser d'un mauvais roman feuilleton.

 

Dernier point de ces déclarations et pas le moindre: la nécessité d'une loi de programmation qui serait à l'ordre du jour....des prochaines présidentielles!

S'agirait-il d'un renouvellement pour cinq ans des promesses de 2007?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.