lucdiaz
Psychanalyste Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2020

Nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en deuil.

Arrêtons nos pendules ! Temps mort ! Temps pour les morts. Il n’y aura ni vainqueur, ni vaincu. Il y a, et il y aura des morts. Nous nous interdisons de les pleurer. Publiquement. Nous en sommes privés.

lucdiaz
Psychanalyste Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous ne sommes pas en guerre.

Nous sommes en deuil.

Arrêtons nos pendules !

Temps mort !

Temps pour les morts.

Il n’y aura ni vainqueur, ni vaincu.

Il y a, et il y aura des morts.

Nous nous interdisons de les pleurer.

Publiquement.

Nous en sommes privés.

Une des phrases qui m’horripile le plus, par les temps qui discourent,

– chacun l’annone anxieusement à s’en persuader –,

est sans conteste, sans contexte :

« Je n’ai pas à me plaindre ! »

Ah, bon ?

Se plaindre à qui, d’abord ?

À un général en chef ?

On ne se plaint pas à un général en chef.

On exécute.

Autant pour moi.

On ne s’excuse pas dans l’armée, soldat !

Je ne m’excuse pas, Moi.

Nous n’avons pas à nous plaindre.

Depuis combien d’années, nos hôpitaux – et nos asiles – lancent-ils des S.O.S. ?

Et je ne parle pas de nos écoles, et du service public en général.

Nous savions les dangers du néolibéralisme,

ceux des audits et des experts,

ceux des fermetures et des délocalisations,

ceux des profits, coûtent que coûtent,

ceux des dividendes, quoi qu’il arrive.

Nous avons vécu leurs drames.

Nous les vivons, plus encorps, aujourd’hui.

Dans nos chairs.

Certain.e.s en meurent.

Il n’y avait, et il n’y a toujours pas, paraît-il, d’autres alternatives.

J’ai eu, un temps, l’espoir insensé que le covid-19 serait le Tchernobyl du néolibéralisme.

Je n’y crois plus.

Le scandale, ce ne sera pas qu’une fois, la pandémie globalement éteinte,

nous repartirons, sans aucun doute, comme en 40.

L’ignominie, c’est que nous avons déjà l’injonction de repartir comme en 40.

L’injonction paradoxale de s’activer en plein confinement.

Surtout, éviter de pleurer, de penser, de flairer, de flâner, de rêver…

Je parle, entre autres, du scandale d’une scolarité coûte que coûte.

De têtes bien pleines.

Qu’importe qu’elles ne soient pas bien faites.

L’injonction, coûte que coûte, de rentabiliser le confinement.

Rentabiliser !

L’injonction de ne pas perdre, de temps, d’argent.

Tout en subissant le chômage partiel.

L’injonction de ne pas perdre.

La vie est perdable de sa condition, écrivait mon ami Michel.

Rien n’a encorps changé.

Les GAFA ont-ils dit qu’ils arrêtaient de nous exploiter,

d’exploiter les données, que nous ne cessons de multiplier ?

Acceptent-ils de perdre, un temps soit peu ?

Nous devrions lire, paraît-il.

Entre sidérations et contemplations,

je ne lis pas plus qu’avant.

Peut-être moins.

Je n’ai pas plus de temps « à moi ».

Sans doute moins.

Il y a un deuil qui prend du temps.

Il y a un temps qui prend le deuil.

Il y a un temps pour la perte.

On en a fait un travail, en brodant une petite phrase de Freud.

Ce n’est pas un travail, c’est un temps.

Variable avec éclaircies.

Prenons ce temps.

Respect pour les vivants.

Respect pour les morts.

Prenons le temps de les pleurer.

La mort rôde.

Invisible. Imprévisible.

Et nous tentons coûte que coûte de l’évacuer.

Désespérément.

Nous voudrions, encorps, surtout ne pas la voir.

Au mieux, ou pire, nous sommes invités à l’introspection.

Ou pour le dire, plus évangéliquement, à l’examen de conscience.

Histoire d’alimenter quelque sentiment de culpabilité,

au moins celui d’être, encorps, vivant.

En ces temps inédits, il nous resterait peut-être bien à en dire quelqu’chose.

Rony Brauman a raison.

« La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat. »[1]

Oui, nous devons prendre le temps pour pleurer.

Et le temps pour rêver.

Pour éviter, quelque peut, des relents de cauchemars d’une peste brune.

Elle reprend, paranoïaquement, du poil de la bête.

Immonde.

Les cauchemars que nourrit toute haine de la pensée.

Pour rêver en une « … vision diurne expérimentale, intime et vagabonde qui n’a pas honte de rêver, de visualiser l’Autre.

Imaginez, visualisez comment ce serait de savoir que votre confort, vos amusements et votre sécurité ne reposent que sur la privation d’autrui. »,

disait Toni Morrison[2].

Il y a urgence à temporiser.

À nous recueillir, nous qui ne savons, ni ne pouvons, désormais plus, (nous) accueillir.

Castelnau le Lez, le jeudi deux avril 2020,

Luc Diaz faciebat.

[1] « L’obs », 27 mars 2020.

[2] Toni Morrison : La source de l’amour-propre, trad. de l’anglais (États-Unis) par Christine Laferrière, Christian Bourgeois éditeur, 2019, p. 95.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent