lucie couvreur
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2019

Internationalisation de l'Amazonie

Il y a quelques jours , on m'a envoyé ce discours prononcé par le Ministre de l'Education Nationale Brésilien dans une une université américaine . Personne ne l'a bien évidemment relayé .. Je pense que ce discours est intéressant et qu'il donne à réfléchir

lucie couvreur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici la réponse de M. Cristovam Buarque:

« En effet, en tant que Brésilien, je m’élèverais tout simplement contre
l’internationalisation de l’Amazonie. Quelle que soit l’insuffisance de
l’attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est nôtre.
En tant qu’humaniste, conscient du risque de dégradation du milieu
ambiant dont souffre l’Amazonie, je peux imaginer que l’Amazonie soit
internationalisée, comme du reste tout ce qui a de l’importance pour
toute l’humanité.

Si, au nom d’une éthique humaniste, nous devions internationaliser l’Amazonie, alors nous
 devrions internationaliser les réserves de pétrole du monde entier.
Le pétrole est aussi important pour le bien-être de l’humanité que
l’Amazonie l’est pour notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des
réserves de pétrole se sentent le droit d’augmenter ou de diminuer
l’extraction de pétrole, comme d’augmenter ou non son prix.


De la même manière, on devrait internationaliser le capital financier
des pays riches. Si l’Amazonie est une réserve pour tous les hommes,
elle ne peut être brûlée par la volonté de son propriétaire, ou d’un pays.
Brûler l’Amazonie, c’est aussi grave que le chômage provoqué par les
décisions arbitraires des spéculateurs de l’économie globale. Nous ne
pouvons pas laisser les réserves financières brûler des pays entiers
pour le bon plaisir de la spéculation.


Avant l’Amazonie, j’aimerai assister à l’internationalisation de tous
les grands musées du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule
France. Chaque musée du monde est le gardien des plus belles oeuvres
produites par le génie humain. On ne peut pas laisser ce patrimoine
culturel, au même titre que le patrimoine naturel de l’Amazonie, être
manipulé et détruit selon la fantaisie d’un seul propriétaire ou d’un seul pays.
Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a décidé d’enterrer avec
lui le tableau d’un grand maître. Avant que cela n’arrive, il faudrait
internationaliser ce tableau.


Pendant que cette rencontre se déroule, les Nations unies organisent le
Forum du Millénaire, mais certains Présidents de pays ont eu des
difficultés pour y assister, à cause de difficultés aux frontières des
États-unis. Je crois donc qu’il faudrait que New York, lieu du siège des
Nations unies, soit internationalisé. Au moins Manhattan devrait
appartenir à toute l’humanité. Comme du reste Paris, Venise, Rome,
Londres, Rio de Janeiro, Brasília, Recife, chaque ville avec sa beauté
particulière, et son histoire du monde devraient appartenir au monde
entier.


Si les États-unis veulent internationaliser l’Amazonie, à cause du
risque que fait courir le fait de la laisser entre les mains des
Brésiliens, alors internationalisons aussi tout l’arsenal nucléaire des
États-unis. Ne serait-ce que par ce qu’ils sont capables d’utiliser de telles armes, ce qui provoquerait une destruction
mille fois plus vaste que les déplorables incendies des forêts
Brésiliennes.


Au cours de leurs débats, les actuels candidats à la Présidence des
États-unis ont soutenu l’idée d’une internationalisation des réserves
florestales du monde en échange d’un effacement de la dette.

Commençons donc par utiliser cette dette pour s’assurer que tous les
enfants du monde aient la possibilité de manger et d’aller à l’école.
Internationalisons les enfants, en les traitant, où qu’ils naissent,
comme un patrimoine qui mérite l’attention du monde entier. Davantage
encore que l’Amazonie. Quand les dirigeants du monde traiteront les
enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de l’Humanité, ils ne les
laisseront pas travailler alors qu’ils devraient aller à l’école; ils ne
les laisseront pas mourir alors qu’ils devraient vivre.

En tant qu’humaniste, j’accepte de défendre l’idée d’une
internationalisation du monde. Mais tant que le monde me traitera comme
un Brésilien, je lutterai pour que l’Amazonie soit à nous. Et seulement
à nous! « 

http://www.radiomega.net/03/reponse-du-ministre-bresilien-de-leducation-interroge-par-des-etudiants-aux-etats-unistexte/internationale/admin/01/18/28/27/2016/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND