lucie couvreur
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2017

ELECTIONS , piège à Cons

Cet article a été écrit par une relation proche , et partageant totalement cette opinion, je ne peux que le publier sur mon blog, avec son autorisation bien sûr.

lucie couvreur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elections, piège à cons !

Jean-Paul Sartre donnait pour titre à l’un de ses articles, paru dans les Temps modernes en 1973 :« Elections, piège à cons ».

 Cette délicate appellation semble décrire à merveille les derniers mois que nous venons de vivre, conduisant à faire élire comme représentant du peuple et guide de notre futur le symbole vivant du néo-libéralisme le plus extrême et le plus arrogant, sous prétexte de jeunisme et de modernité.

 Mais cette arrogance pourrait se retourner contre ceux qui crient si facilement victoire et qui pensent qu’ils vont pouvoir dorénavant conduire le pays à leur guise, au service d’intérêts qui ne sont pas ceux du peuple.

En effet, au-delà de la colère directement exprimée par plus de 10 millions d’électeurs qui se sont exprimés en faveur de Madame Le Pen malgré un harcèlement médiatique généralisé exprimant un grand mépris pour cette « classe » de français jugée abrutie par ses détracteurs, 12 millions d’inscrits (record absolu pour un deuxième tour d’élection présidentielle sous la Vème République dépassant de 3  millions le précédent record), ne se sont pas rendus aux urnes, sans doute dégoûtés et se sentant exclus de la vie politique, et 4 millions de citoyens ont fait l’effort de se déplacer dimanche dernier pour exprimer avec force qu’ils ne cautionnaient en aucun cas les politiques des deux candidats, sentant sans doute confusément (ou pas confusément) qu’ils seraient les dindons de la farce qui va se jouer dans les mois et les quelques années qui viennent.

Ce nouveau record est explicite, doublant le nombre d’électeurs ayant voté blanc ou nul à l’occasion de l’élection de Monsieur Hollande.

Qautre  millions de français, qui se sentent suffisamment impliqués dans la vie politique de ce pays pour aller témoigner de leur désarroi et de leur rejet des visions du monde proposées. 4 millions de français qui se sont exprimés et qui savent qu’ils ne sont pas entendus, puisque nulle part les résultats ne sont exprimés relativement au nombre d’inscrits ou même de votants, pour laisser croire à une adhésion massive des français à une vision réductrice des individus qui constituent notre pays, les ramenant à un statut d’homo oeconomicus, sorte d’électron soi-disant soumis à des lois imaginaires normant son comportement dans le cadre d’une mondialisation dérégulée, ou plutôt régulée par les quelques-uns qui en tirent profit.

Ces deux chiffres : 12 millions d’abstentions, et 4 millions de bulletins blancs n’ont pas l’air d’alerter la communauté des « observateurs avertis» et des « leaders d’opinion ». Sans doute parce qu’ils sont eux-mêmes les produits d’un système dans lequel ils sont englués et dont ils profitent, s’éloignant également, lentement mais sûrement, du peuple, car ils vivent dans une sphère à part, ignorant qu’aujourd’hui 16 millions de français pensent en leur for intérieur « élections, piège à cons », car elle amène à nouveau au pouvoir ceux qui ont conduit pendant ces dernières années la mise en œuvre d’une politique technocratique et ultra-libérale contre la volonté que les français avaient clairement exprimé à l’occasion du référendum de 2005.

Rien ne va vraiment changer dans les mois qui viennent, et nos élites seront rassurées sur la validité de leurs choix. La vie va reprendre son cours pour l’essentiel des français qui luttent pour assurer à eux-mêmes et à leurs enfants une vie décente, voyant leurs revenus nets se dégrader graduellement, leur niveau d’endettement augmenter à titre personnel et au travers de celui qui est contracté pour notre compte par les élites qui nous gouvernent. Mais s’ils se réveillent, quelle forme prendra l’expression de leur mécontentement ? Tout va dépendre de la capacité de nos dirigeants à lire les signaux « pas si faibles que çà » que les français viennent de leur envoyer.

Jean Luc PERCEVAL 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com