Lucie Delaporte
Journaliste
Journaliste à Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 juin 2015

Clientélisme à l'université Paris 13? Vous n'y songez pas...

Une « enquête à charge », des « accusations ni étayées, ni documentées », pire « un tas de ragots »…Jean-Loup Salzmann qui a donné une interview à l’Etudiant suite à la parution de notre enquête « Le vice-ministre des universités entre en zone de turbulence» n’a visiblement pas apprécié que Mediapart se penche sur le fonctionnement de son université.

Lucie Delaporte
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Une « enquête à charge », des « accusations ni étayées, ni documentées », pire « un tas de ragots »…Jean-Loup Salzmann qui a donné une interview à l’Etudiant suite à la parution de notre enquête « Le vice-ministre des universités entre en zone de turbulence» n’a visiblement pas apprécié que Mediapart se penche sur le fonctionnement de son université.

Le président de Paris 13 qui a refusé de nous rencontrer – nous n’avons pu que transmettre par écrit nos questions à son service de communication - réfute donc l’existence d’un système clientéliste dans sa fac. Pas un mot sur le rapport de l’IGAENR qui décrit pourtant au sein de l’IUT de Saint-Denis un système quasi-mafieux et s’interroge sur l’étonnante inertie de M. Salzmann alerté sur ces faits depuis plus d’un an et demi. Pas un mot non plus sur les personnels menacés de mort sur son campus et à qui il a refusé d’accorder et la protection fonctionnelle et le droit de retrait. Tout cela ne semble guère l'intéresser. Les personnels apprécieront. 

Du clientélisme à Paris 13 ? C’est, vraiment mal connaître le monde universitaire et ses procédures, argumente en substance Jean-Loup Salzmann. La fable ne convaincra évidemment que ceux qui ignorent tout des mutations engendrées par la loi LRU qui ont octroyées aux présidents d’université de considérables prérogatives, laissant la porte ouverte – tous ne s’y sont pas engouffrés – à bien des arrangements entre amis. Depuis le passage à l’autonomie, les présidents peuvent recruter en CDD ou en CDI, à des niveaux de salaires bien supérieurs aux grilles de la fonction publique. Il distribue à peu près comme il l’entend des primes individuelles au mérite. Et possède un droit de veto sur les recrutements et les affectations de personnels. Le conseil d'administration ne joue le plus souvent qu'un rôle de chambre d'enregistrement lorsqu'il a son mot à dire. 

Les primes qui ont explosé ? C’est, explique Jean-Loup Salzmann, qu’il a « doublé les primes des personnels Biatss de l’université, qui étaient très faibles ». Sans doute destiné à rappeler qu’il est un président « de gauche » soucieux des plus bas salaires de la fac, l’objection omet de préciser que les primes des enseignants-chercheurs – les salaires les plus importants -  ont dans le même temps cru, selon le rapport de la Cour des comptes de mai 2013, de 89%. Surtout le système clientéliste en vigueur à Paris 13 ne se résume pas, loin de là, à l’attribution de primes.

Les enseignants de Paris 13 que nous avons rencontrés nous ont précisément décrit ces renvois d’ascenseurs qui voyaient tel élu dans un conseil votant pour M. Salzmann se retrouver peu de temps après promu « professeur de classe exceptionnelle », alors que sur la seule base de son dossier scientifique aucune promotion ne lui avait été accordée jusque-là. Ils nous ont raconté ces profils de postes, taillés sur mesure pour les proches. Le cas de M. Grumelart cité en exemple dans notre article – document à l’appui - est particulièrement significatif des dérives de cette gestion clientélistes des ressources humaines. Justifier la situation de cet administratif, élu au CA et dont le vote a été décisif dans la réélection de M. Salzmann a visiblement donné du fil à retordre à l’université. Comment expliquer que cet administratif déclare l’équivalent de 798 heures de cours, quand le service d’un enseignant chercheur est de 192 heures et que le maximum pour un enseignant non chercheur est de 384 heures ? Dans un premier temps, puisque M. Grumelart n’a pas souhaité nous répondre, l’université nous a donc répondu que nous faisions fausse route puisque ce monsieur était « un personnel administratif et non un enseignant ». Quatre jours plus tard le service de communication de Paris 13 nous a communiqué une note émanant de la direction générale des services(DGS) expliquant que ce monsieur donnait bien, en plus de ses charges administratives, des cours. Et pas qu’un peu :  308 heures (117 heures de plus que le service d’un enseignant-chercheur de 192 heures)tout en assurant le suivi individuel de 56 apprentis. Surnaturel. Quand Jean-Loup Salzmann raille le fait que nous fassions référence aux 192 heures, autre preuve de notre ignorance du fonctionnement universitaire, il oublie tout simplement que la note émanant de la DGS fait précisément la même chose.

Les accords électoraux avec l’Unef n’avaient rien de secret, affirme encore le président de Paris 13? Dénoncé par un ancien responsable de l’Unef ce point n’a pourtant jamais été contesté par ceux qui l’ont signé. Interrogé par Mediapart, l’un des signataires de l’accord Julien Million a reconnu que cet accord, dont n’étaient même pas informés les militants de l’Unef de Paris 13 avait effectivement été rendu publique après l’élection. Ce qui a engendré une importante crise au sein de l’organisation étudiante.

Concernant la consigne d’inscrire en Master un étudiant , élu du conseil des études et de la vie universitaire(CEVU) qui n’assistera pas au cours, ni ne viendra aux examens, révélions nous sur la base d’un document écrit que s’est procuré Mediapart, Jean-Loup Salzmann rétorque qu’il s’agit d’une politique assumée de soutien à « l’engagement » des étudiants. Quand « s’engager » passe par une inscription fictive à l’université... Une curieuse façon de débuter dans la vie citoyenne. Mais Jean-Loup Salzmann qui, du Cosef à la Mnef en passant par SOS-Racisme, a participé à tous les coups tordus de l’ère Mitterrand, n’a semble-t-il pas les mêmes repères.

Inutile de trop s’appesantir non plus sur la manière dont M. Salzmann a été nommé PU-PH à Avicenne, hôpital du 93 où il ne mettra en réalité jamais les pieds. Nous l’avons précisément détaillée dans notre article. Si le président de Paris 13 ne voit dans tout cela, « rien d’anormal », il est vraiment bien le seul. 

Alors qu'une chasse aux sources de Mediapart a commencé à Paris 13, nous reviendrons prochainement sur d'autres aspects du clientélisme à l'oeuvre à Paris 13. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart