«L'éducation financière dès six ans»

Dans la crise du système scolaire, on oublie complètement de se pencher sur le manque de culture financière des jeunes enfants du primaire. Pas un mot dans les programmes de CP sur ce qu'est une action, nulle définition des taux d'emprunts… Rien.

Dans la crise du système scolaire, on oublie complètement de se pencher sur le manque de culture financière des jeunes enfants du primaire. Pas un mot dans les programmes de CP sur ce qu'est une action, nulle définition des taux d'emprunts… Rien. Dans un contexte économique troublé, alors que la France tremble de perdre son triple A, la Société Générale a sans doute jugé qu'il était temps que les enfants prennent leur part et sortent un peu de l'innocence quant au monde des spreads et des hedge funds. Quitte à braver un vieux tabou. «L'argent n'est pas une question abordée dans l'éducation. Même en maths, on préfère raisonner avec des parts de tartes qu'avec des billets de banque», déplore Carine Elena Weil, directrice adjointe de la relation client à distance, et qui rappelle, une récente enquête du Crédoc à l'appui que de manière générale «les Français ne sont pas à l'aise avec l'argent»: «Notre conviction c'est que cet apprentissage peut se faire relativement tôt».

La Société Générale s'est donc dévouée –sans arrière-pensée– pour combler cet effroyable retard français. «En France il n'existait pas, contrairement au Japon par exemple de site d'éducation à la finance». Voilà qui est fait. Samedi 19 novembre, la banque inaugure un site pour «l'éducation financière des 6 - 11 ans». Et pourquoi pas dès 3 ans? «Avant six ans, les enfants lisent mal et ont des difficultés avec le calcul simple», souligne une responsable. Pour les petits cancres, la société générale a pensé à tout. Une version audio du site permet à ceux qui ne savent pas encore bien lire, d'apprendre d'ores et déjà à compter et gérer leur argent en banque.

Un castor, animal travailleur et sympathique, guide les enfants dans le monde merveilleux de la banque. http://www.abcbanque.fr/ L'enfant pourra enfin découvrir grâce à un petit «dico» ce qu'est un «cours de bourse», mais aussi une «agence bancaire», «un conseiller clientèle»… de quoi se forger une solide culture économique. Comme on est dans est dans le ludo-éducatif, les enfants sont aussi là pour s'amuser, «l'information doit être apportée de façon ludique, colorée, facile à appréhender», affirme Anne-Lous Plantinga, directrice générale de Playbac le partenaire choisi par la Société Générale pour lancer son opération. Le site propose aussi plein de petits jeux: «classe les objets du plus cher au moins cher le plus vite possible», «retrouve les cinq différences entre ces deux billets de 500 euros…» Et pour s'assurer que les enfants ne fuient pas, la Société générale compte sur « le module de gestion de compte», précise Mme. Weill. Un truc pour gérer virtuellement son argent de poche surson «mini-compte». On y entre recettes et dépenses, et sil'on «veut acheter un cadeau, on peut calculer le temps qu'il lui reste en fonction de son solde».

Pour l'instant les partenariats avec l'Education nationale ne sont pas à l'ordre du jour, affirme la responsable de la communication, mais «cela pourra se faire à la demande de certains enseignants ou de certaines écoles avec qui nous avons de bonnes relations».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.