Violences policières à Die (26)

Lundi 14 juillet, jour de fête nationale, des manifestants pacifistes se réunissent à Die. Leur revendication est simple : ils refusent les caméras de vidéo-surveillance installées par la nouvelle mairie de droite.

Une bonne centaine de manifestants sont au rdv, ils chantent, dansent... Une ambiance de fête ! Quelques pancartes indiquent : "Ne soyons plus des bio-valets" (la bio-vallée), "no futur à Die" (liste municipale élue futur@die). La manif-fête dure tout la journée dans une ambiance joyeuse.

16h30 : Le maire, la sous préféte ainsi que le commandant de gendramerie demandent aux manifestants de libérer la place pour 17h30 sinon "nous vous envoyons la cavalerie"... Des discussions ont donc lieu entre manifestants pour voir que faire.

18h : une dizaine de personne reste encore malgré l'ultimatum. 8 voitures de gendarmerie arrivent, encerclent les derniers manifestants. Les forces de l'ordre sont équipés de bombe lacrymlogène, de flash ball... Ils plaquent une personne au sol et le roue de coups, en arrête une autre, tout ça sous l'oeil effaré des passants et des consommateurs du bar d'à côté ! La scène a été filmée :

https://www.youtube.com/watch?v=fxJVkieRzkU

Evidemment la version officielle est que les manifestants ont été violents et ont refusés d'obtempérer. L'affaire reste à suivre, mais encore une fois nous voyons jusqu'où va le mensonge et la violence policière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.