Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

225 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2021

"L'effondrement de Anne Hidalgo."

Il est injuste de personnaliser ainsi ce qui s'annonce comme une catastrophe pour le Parti socialiste et du même coup pour ce que l'on appelle encore la gauche, bien que de plus en plus de progressistes hésitent à le faire.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brice Teinturier, commentant le dernier sondage que publie son institut, parle "d'un effondrement de Anne Hidalgo".

Il est injuste de personnaliser ainsi ce qui s'annonce comme une catastrophe pour le Parti socialiste et du même coup pour ce que l'on appelle encore la gauche, bien que de plus en plus de progressistes hésitent à le faire.

Ce n'est pas Anne Hidalgo qui est principalement en cause, mais bien la crise d'identité que connaît le parti socialiste.

Au lendemain des élections régionales sans électeurs, il était redevenu dominateur, retrouvant des accents que le passage de François Hollande par l'Elysée lui avait fait perdre. Le naturel prend toujours le dessus et Olivier Faure changeait aussi vite de candidat à l'élection présidentielle qu'il change de chemise, passant de Yannick Jadot à Anne Hidalgo. De l'écolo-libéralisme à l'écolo-socialisme, mais plus écolo que socialiste.

La victoire du député européen à la primaire de son camp réduisait du même coup l'espace politique, déjà fort menu, de Anne Hidalgo à une peau de chagrin.

On ne résout pas une crise d'une telle profondeur en la niant, en allant comme un canard sans tête et en racontant n'importe quoi. Encore moins en annonçant sa candidature depuis une ville de province et en se faisant photographier dans un pré, au milieu des vaches, pour tenter de faire oublier qu'on a été choisie par son parti parce que l'on est la maire de Paris.

On l'aggrave.

Au lendemain des mêmes élections régionales, on ne compte plus les commentateurs et les dirigeants politiques qui annonçaient le déclin de l'extrême droite. Quelle perspicacité !

Fabien Roussel n'en a guère fait preuve en vantant les mérites de la présidente socialiste de l'Occitanie, ancienne secrétaire d'Etat de Manuel Valls, adepte comme lui du concept rassembleur des "gauches irréconciliables" qu'elle met en oeuvre hardiment dans sa région en excluant Insoumis et Verts.

Le candidat du Parti communiste, lui aussi, a estimé que le résultat des élections régionales, sans électeurs, lui donnait des ailes "pour remplacer Macron à l'Elysée", selon ses propos publics tenus au lendemain des dites élections régionales et départementales.

En vérité, son parti, comme le parti socialiste, connaît une profonde crise d'identité.

Eux deux ne sont pas ce qu'ils prétendent être.

Le premier, un continuateur de la pensée de Marx et Engels, le second de celle de Jaurès. Les caricatures qu'ils en présentent attirent de moins en moins de progressistes et pas seulement en France.

Or tous deux nient une réalité qui saute pourtant aux yeux de beaucoup de monde. C'est cette réalité qui explique pour une large part que le camp de l'égalité, de la justice, de l'humain et de la nature soit si faible et donc si divisé, alors que celui d'en face, boosté par l'extrême droite, est si fort.

D'autant plus qu'aucune force politique n'a réussi à combler le vide laissé par la crise des deux partis qui, en France, ont incarné la force et l'attrait de ce qui était, pour tout le monde, la gauche.

Au point de ne pouvoir jouer la gagne aux élections présidentielle et législatives, les plus importantes pour la vie de nos concitoyens et le devenir du pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran