Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2021

Un choix suicidaire.

Quand Arnaud Montebourg en est à cautionner la pensée nauséabonde du sinistre Z, je mesure l'ampleur des dégâts et je ne le cache pas, cela m'effraie.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certaines prises de positions du candidat du parti communiste mettent en évidence une cohérence stratégique que mon âge m'a permis de déjà rencontrer. Celle de la fédération communiste dissidente du Pas-de-Calais. Toute rouge à l'extérieur, beaucoup moins à l'intérieur et dans ses actes.

Tel est le cas du vote de Fabien Roussel en faveur de la gestion de la crise sanitaire du gouvernement d'Edouard Philippe, celle de toutes les pénuries, qui vaut à la ministre de la Santé de l'époque d'être mise en examen. Les sénatrices et sénateurs unanimes, des députés communistes ont voté contre. C'est heureux.

Le candidat communiste s'est aussi associé aux pourfendeurs de l'islamo-gauchisme, des réunions de groupes et de l'UNEF. Il n'a pas hésité à prendre sa part de la campagne du pouvoir contre le séparatisme, au singulier, celui de l'église catholique étant aujourd'hui superbement ignoré.

Un jour de manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale, en compagnie d'élus du RN et d'un ministre de l'Intérieur qui trouve "molle" la sinistre Le Pen, il a fait sienne la proposition de cette dernière de rendre incompressibles certaines peines et déclaré que les déboutés du droit d'asile "ont vocation à retourner chez eux".

Le soir même des dernières élections régionales sans électeurs, Fabien Roussel a fait l'éloge de la présidente de la région occitane, adepte du concept on ne peut plus rassembleur "des gauches irréconciliables" cher à Manuel Valls. Il s'est atrribué un recul historique de l'extrême droite dans sa région dont on voit aujourd'hui ce qu'il en est. Quant à l'amnésie dont il souffre sur ce qu'a été Bernard Tapie, elle vient s'ajouter à une dérive qui, pour moi, n'a rien d'accidentelle. 

Certes, le candidat du parti communiste avance des propositions qui, concrétisées, feraient beaucoup de bien à nos concitoyens et à la France, sans sembler se soucier le moins du monde du rapport de forces qui permettrait leur mise en oeuvre. Outre que Fabien Roussel n'en a pas l'exclusivité, à elles seules, il y a très longtemps et bien que sans cesse répétées  qu'elles ne convainquent que les convaincus. Plus fondamentalement, les dirigeants communistes refusent d'admettre que le déclin des partis communistes dans le monde ne doit rien au fait qu'ils n'auraient pas présenté de candidat à une élection présidentielle et tout à une crise d'identité qui tient au fait qu'ils prétendent être ce qu'ils ne sont pas : les héritiers de Marx et de Engels.

Ce n'est pas ce qu'a pensé la majorité des communistes lors de leur dernier congrès et qui les a conduits à décider de présenter un candidat issu de leurs rangs, avant que toute autre formation politique ne l'ait fait.

Je respecte leur choix mais considérant qu'il est suicidaire, et pas que pour les communistes, je le conteste, ce qui est mon droit absolu, le centralisme démocratique n'ayant pas été rétabli à ma connaissance.

Je dis aussi que le parti socialiste, lui aussi et pas qu'en France, connaît une crise profonde d'identité. Ce qu'il prétend être n'a que peu de rapport avec la pensée de Jaurès. Il refuse de voir que ce qui est en train d'advenir à Anne Hidalgo est une des manifestations récentes de cette crise.

Sa cécité ne permettra pas de la résoudre pas plus que celle du parti communiste. Or, l'addition de ces deux crises explique pour une large part la faiblesse d'une gauche qui, pour de nombreux progressistes, n'en a plus que le nom. Aucune autre formation, qu'il s'agisse des Insoumis ou des Verts, n'ayant réussi à combler ce qui a été la force et l'attrait d'une gauche fière du qualificatif qu'elle portait, c'est le pire du camp d'en face qui a pris le dessus.

Parti communiste et parti socialiste ne trouveront pas de réponses dans l'appropriation de certaines idées dominantes, encore moins quand ces dernières sont directement issues du magasin de l'extrême droite et du pouvoir. L'avoir fait depuis des années n'a que contribué à faire grossir la bête immonde.

Quand Arnaud Montebourg en est à cautionner la pensée nauséabonde du sinistre Z, je mesure l'ampleur des dégâts et je ne le cache pas, cela m'effraie. Ce n’est pas le cas du capital et de son oligarchie qui continueront à faire l'éloge d'un Bernard Tapie ou d'un Nicolas Sarkozy qui incarnent si bien leur modèle de société : le capitalisme, celui "des premiers de cordée" du télé-président. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica