Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2021

La fabrique des désillusions.

Je préfère le dire que de le cacher derrière un discours d'union et de rassemblement factice.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans son livre "Une femme française", publié aux éditions de l'Observatoire, Anne Hidalgo, candidate socialiste à la présidence de la République, estime qu'il est possible, pendant un quinquennat, "de multiplier au moins par deux le traitement de toute personne au contact des élèves". Bien au delà des seuls enseignants donc, les employés communaux qui exercent dans les écoles étant concernés par la formulation originale et globalisante de la maire de Paris. 

J'y vois d'abord une reconnaissance de l'important déclassement que connaissent  ces  professions. S'agissant des enseignants, la candidate socialiste n'est pas la seule à faire ce constat qui, pendant plus d'une année, a été, sur tous les médias, un des sujets préférés du ministre-bonimenteur Jean-Michel Blanquer. Un boniment parmi tant d'autres.

Le répéter n'a donc que peu de crédibilité, d'autant plus que la situation des enseignants français ne date pas d'aujourd'hui. Tous les gouvernements ont participé à cette dévalorisation, qui va jusqu'à provoquer une crise de recrutement. Sans omettre ceux soutenus par Anne Hidalgo, notamment sous la présidence de François Hollande, qui n'ont pas rechigné à bloquer le point d'indice dans la fonction publique.

Répéter une promesse ne présente aucun risque quand ses chances de l'emporter sont nulles compte tenu de la faiblesse historique de son camp. J'ajoute un constat terrible : à voir la force qu'ont prises dans notre pays les idées de droite et d'extrême droite, je ne vois pas comment une femme , indépendamment de son appartenance politique, pourrait l'emporter dans la France d'aujourd'hui.

J'enrage.

Je préfère le dire que de le cacher derrière un discours d'union et de rassemblement factice. Semer des illusions avant les élections sera inexorablement suivi, dans l'état actuel du rapport des forces, par le temps des désillusions. Or, à mes yeux, le cycle illusions-désillusions est un des facteurs qui explique que la France soit un des pays de l'Union européenne dans lequel la funeste extrême droite dispose d'une influence électorale parmi les plus élevées et les plus constantes.

Jusqu'à se retrouver aux portes du pouvoir, certaines de ses idées nauséabondes y étant déjà. Or, la caricature de la politique que nous vivons, celle qui produit des taux d'abstention record, se traduit par l'indigence du débat politique et par des candidates et des candidats qui font de la fabrique des illusions leur sport préféré, alors que tous, à l'exception du prochain vainqueur, savent mieux que quiconque qu'ils n'ont aucune chance de l'emporter. Et tous proposent de continuer un chemin qui nous a conduits là où nous sommes.

Or il va vers pire encore.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois