Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

213 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2021

Et pourtant, le temps presse.

Le capitalisme et son oligarchie peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si Emmanuel Macron remporte la prochaine élection présidentielle, ce qui est loin d’être une hypothèse absurde, dès le soir de son élection, sa succession sera ouverte.

Ce ne sera pas une surprise pour la plupart de ses opposants de 2022 qui pour beaucoup ont été candidats cette fois en se projetant déjà dans la situation nouvelle de 2027. D’autant que sa nouveauté ne résidera pas seulement dans l’impossibilité constitutionnelle du télé-président de se représenter mais aussi parce que l’âge ou l’accumulation des défaites en conduiront d’autres à jeter l’éponge.

Toutes celles et ceux qui se demandent pourquoi la gauche et l’écologie sont aussi divisées, pourraient trouver une réponse parmi d’autres dans le fait qu’aucune de leurs composantes, seule ou avec les autres, ne peut raisonnablement prétendre l’emporter. Si la gagne était possible, elles auraient trouvé le moyen de s’entendre et de faire, une fois encore, illusion, synonyme de nouvelles désillusions tant le rapport de forces est favorable aux idées de droite et d’extrême droite.

Cette fois, tous les candidats ou presque ont reporté leurs espoirs sur le coup d’après et se sont repliés sur leurs formations politiques respectives, tout en expliquant ce qu’ils feraient, dès l’année prochaine …à l’Elysée !

Le parler-vrai de la politique en 2021 !

A droite aussi, on prépare 2027 pour tenter de se dégager de l’étau mortel que constituent la mâchoire du « en même temps » macronien et celle d’une extrême droite de nouvelle génération, qui se serait débarrassée du fardeau du nom de « Le Pen », mais pas des idées nauséabondes de toute la famille.

Edouard Philippe a pris le coup d’avance en insistant d’autant plus sur son soutien à Emmanuel Macron qu’il espère bien que ce dernier lui renverra l’ascenseur en 2027. Il va jusqu’à pousser la malice jusqu’à critiquer, en creux, celui qu’il soutient, mais à partir de conceptions encore plus à droite et à son extrême.

Le capitalisme et son oligarchie peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

A moins que tous les progressistes se décident enfin à les affronter, pas en occupant leur terrain, mais sur celui de la construction d’une société alternative, qui conteste en partant des contradictions de celle où nous sommes, en tous domaines et au jour le jour, la domination du capital sur le travail et la vie humaines, sur la nature et le devenir de la planète.

Peu importe de savoir si celles et ceux qui s’engageront dans ce processus démocratique de luttes et d’innovations, lui donneront le même nom magnifique de communisme, que Marx et Engels lui ont attribué, pourvu qu’il ne reste pas, comme aujourd’hui, une utopie inaccessible, écrasée par ses caricatures, les seules qui ont eu cours jusqu’à présent.

On n’en est très loin direz-vous. Certes, et pourtant le temps presse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement