Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2021

Après celle d'Anne Hidalgo, la martingale politicienne de Arnaud Montebourg.

Toutes les martingales politiciennes ne font que nous éloigner de la construction d’un après-capitalisme que les enjeux colossaux de l’époque rendent pourtant urgent, qu’il s’agisse du réchauffement climatique, des pandémies, de la démographie, des guerres , des migrations, des inégalités ou de la montée du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On avait déjà vu Anne Hidalgo jurer ses grands dieux qu’elle ne briguerait jamais d’autre mandat que celui de maire de Paris. Puis, comme si elle avait honte de l’être devenue, annoncer, depuis une ville de province, qu’elle voulait devenir présidente de la République, avec comme décors, moultes photographies auprès de vaches dans les près.

Puis, comme si elle avait aussi honte d’être socialiste, se métamorphoser en écologiste, clichés de cycliste à l’appui.

Les éléphants de sa formation politique en prirent ombrage et son premier secrétaire, d’abord conquis lui aussi par l’écologie, dû tourner casaque, entrainant dans son retour à la vieille et usée social-démocratie sa candidate provinciale, venue de Paris.

Autant de solides convictions et de fidélités à des engagements ne soulevèrent pas l’enthousiasme d’un électorat déjà, et à juste titre, très méfiant et sur ses gardes.

Des têtes bien pleines se lancèrent à la recherche de martingales de nature à stimuler une « Remontada » sondagière.

Confortablement installée dans un wagon d’une SNCF de moins en moins publique, Anne Hidalgo en reçu la bonne nouvelle et fit immédiatement demi-tour, non sans avoir préalablement demandé que lui soit réservé, et obtenu sans la moindre difficulté, un temps d’antenne dans le « 20 heures » de TF1, le plus regardé de France. Privilège inaccessible pour la plupart des dirigeants politiques qui ne se consacrent pas à servir le capital.

Consciente que les aspirations unitaires n’avaient pas abandonné le peuple de gauche, la candidate, de nouveau socialiste, se fit fort de les capter avec la martingale des primaires, ne se souvenant même pas, toute à son optimisme retrouvé, qu’elle en avait catégoriquement rejeté l’idée sur une chaîne du service public, quelques heures avant.

Belle aubaine pour les réseaux sociaux qui se sont fait un malin plaisir de diffuser à profusion les deux mêmes images, dans les mêmes habits, d’une candidate à la présidence de la République qui, compte tenu de l’urgence et de l’importance, pour elle, du propos, n’avait pas eu le temps de se changer pour dire tout et son contraire à la France entière.

Même François Hollande y avait mis du sien pour l’enfoncer, pourtant pas le mieux placé pour donner des leçons alors qu’il avait été contraint de renoncer à solliciter un deuxième mandat, non sans avoir permis à son successeur d’entrer dans la place.

Puis vint le tour d’Arnaud Montebourg, son ancien ministre de l’Economie, le candidat de la « Remontada » qui voulait couper les vivres des familles d’immigrés restées au pays.

Jouant le tout pour le tout avec la fibre unitaire, il eut l’éclair de génie de se faire filmer téléphonant à ses concurrents de gauche et écologiste pour que, cette fois, ils acceptent venant de lui ce qu’ils avaient refusé à sa camarade de parti.

Pour les convaincre, connaissant très bien le penchant naturel de certains de ses interlocuteurs, il proposa de réaliser le rassemblement le plus large en commençant par exclure l’un d’entre eux. Pour faire bonne mesure, c’est celui que les sondages mettent actuellement devant tous les autres !

Toutes ces gesticulations ont pour but de masquer la profonde crise d’identité que connaît le parti socialiste qui, il n’y a pas si longtemps, occupait, en même temps, la tête de toutes les institutions du pouvoir national et nombre de celui régional, départemental et local.

Quand Jacques Delors refusa de jouer le rôle historique qui s’offrait à lui, c’est parce que, cette crise, il la pressentait et qu’il se sentait, à l’époque, incapable de l’affronter avec sa potion libérale.

Quand Lionel Jospin, pourtant le candidat favori, fut devancer par le sinistre Le Pen, une tout autre explication fut donnée afin de détourner les regards de cette même crise qui n’a donc pas débuté avec le quinquennat de François Hollande. Même comportement de l’autruche et même punition pour Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg.

Même déni de réalité aussi du parti communiste qui s’évertue de faire croire que son déclin remonterait dix ans en arrière, quand il a renoncé à présenter un candidat à l’élection présidentielle. En réalité, lui aussi est confronté à une profonde crise d’identité qui affecte tous les partis communistes dans le monde, depuis des décennies.

Or, ces deux partis, souvent ensemble, ont incarné la force d’une gauche porteuse de progrès et d’espoir. Ce n’est plus le cas et comme aucune autre formation politique, Insoumis ou Verts, n’est parvenue à occuper la place originale du parti communiste et du parti socialiste dans le cœur des Français et notamment dans celui des couches populaires, c’est au plus bas qu’on retrouve ce que de moins en moins de progressistes considèrent comme étant la gauche.

Ce qui offre un boulevard à la pénétration dans toute la société des idées et comportements de droite, d’extrême droite et libre cours à la domination du capital privé sur le travail et nos vies.

Toutes les martingales politiciennes ne font que nous éloigner de la construction d’un après-capitaliste que les enjeux colossaux de l’époque rendent pourtant urgent, qu’il s’agisse du réchauffement climatique, des pandémies, de la démographie, des guerres , des migrations, des inégalités ou de la montée du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques