La crise de la sociale démocratie dans le monde.

Le quinquennat de François Hollande a tout aggravé au point qu'il ne puisse pas se représenter.

Ce qu'il advient à Anne Hidalgo n'est qu'un symptôme d'un phénomène beaucoup plus profond : la crise d'identité que traverse la sociale démocratie dans le monde.

Ce qu'elle prétend être ne correspond pas à ce qu'elle est. En s'éloignant de la pensée de Jaurès pour faire sienne la société de marché, elle a perdu une bonne part de l'attractivité qu'elle exerçait sur le monde du travail.

Un des premiers symptômes forts nous en a été fourni quand Lionel Jospin, pourtant favori de l'élection, a été devancé par le sinistre Le Pen et exclu du second tour. Le parti socialiste et les médias n'y ont vu que la conséquence de la division de la gauche du premier tour, la même qui n'avait pas empêché François Mitterrand de l'emporter en 1981.

Le quinquennat de François Hollande a tout aggravé au point qu'il ne puisse pas se représenter. Cette réalité, les dirigeants socialistes la nient au point de croire à la fable selon laquelle le résultat des élections régionales, sans électeurs, aurait permis à leur parti de retrouver sa force propulsive d'antan.

Il n'en est rien et Anne Hidalgo, à son corps défendant, en administre la preuve en se présentant non pas sous les couleurs du socialisme mais sous celles de l'écologie. Ce qui ne fait qu'aggraver les problèmes qu'elle rencontre que son voyage en Espagne pas plus que l'annonce de sa candidature en province ne résoudront. Et encore moins ses emprunts à la droite et à l'extrême droite.

Son camarade de parti, Stéphane Le Foll, est souvent bien plus sévère que moi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.