Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 août 2021

Debout !

Ce n'est pas sa division qui va faire perdre la gauche.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n'est pas la division qui va faire perdre la gauche. Elle est si faible, qu'unie ou divisée, elle ne peut prétendre, de façon crédible, accéder au deuxième tour de la prochaine élection présidentielle. Cette faiblesse, j'émets l'hypothèse qu'on la doit d'abord aux deux formations politiques qui, unies, ont essentiellement, dans le passé, fait la force de la gauche : le parti socialiste et le parti communiste. Or, ces deux partis sont en crise et pas seulement dans notre pays, au point que le mot "gauche" lui-même, s'il n'a pas disparu, a perdu beaucoup de son attrait. Il n'y aura bientôt plus que leurs dirigeants à ne pas le reconnaître. Le parti socialiste n'en a plus que le nom et remplace l'ambition socialiste par l'adhésion à la société de marché. Certains de ses membres sont aujourd'hui aux côtés d'Emmanuel Macron, dans un gouvernement dont le premier ministre, ceux de l'Intérieur et de l'Economie sont de droite et le dernier président de la République socialiste n'a pas eu la force de se représenter. Le parti communiste aussi n'en a que le nom et propose à nos concitoyens une caricature de ce que les fondateurs du communisme avaient imaginé. Son secrétaire national, candidat à l'élection présidentielle en France, ne tarit-il pas d'éloges pour le régime chinois ? C'est à dire pour un capitalisme d'état dont l'ambition affichée est de supplanter les autres grandes puissances capitalistes, grâce à la main de fer d'un parti unique et à une démographie encore favorable, bien que vieillissante. L'un et l'autre, s'ils ont permis un développement et une croissance incontestables, n'ont en rien porté remède aux inégalités qui minent la société chinoise comme toutes les autres sociétés capitalistes. Ce critère, assez décisif on en conviendra, n'empêche ni Fabien Roussel ni Emmanuel Macron de qualifier, ensemble, la Chine de "communiste" ! On ne s'étonnera donc pas de constater que ces deux partis, en reniant leur identité, ont aussi perdu une force propulsive qu'aucune autre formation de gauche n'est capable, à ce jour, d'incarner. Emmanuel Macron a su exploiter cette situation. Mais il n'est pas le seul quand on voit que certaines des idées de droite et d'extrême droite sont devenues dominantes dans notre pays, ce qui explique, sur le fond, pourquoi la gauche est électoralement si faible. Au lieu de chercher à savoir pourquoi et à inventer du neuf, ne serait-ce que pour faire face aux gigantesques et urgents enjeux climatiques et sanitaires, elle voudrait faire croire, comme la droite, que des élections régionales et départementales sans électeurs, sans campagne et donc avantageant outrageusement les partis disposants d'élus sortants, quels qu'ils soient, auraient redoré son blason. Chimère ! C'est dire que le chantier de reconstruction de forces porteuses des aspirations émancipatrices de tous les progressistes est immense. Il suppose un essor de la démocratie et des libertés individuelles et collectives tant le besoin de capacités créatrices est immense. Reconnaissons qu'on n'en prend pas le chemin, alors que nous vivons dans une monarchie plus monarchique que celles qui subsistent, avec un seul homme qui décide de tout et dont l'ambition première est sa reconduction à la magistrature suprême et celle de ses opposants, de le remplacer à l'Elysée pour faire à peu près la même chose. Debout, les héritiers des précurseurs de 1789, de la Commune, de 1936, 1945 et de mai 1968 ! Il y a du pain sur la planche. Du travail, de la réflexion, de l'innovation et de l'action pour tous.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony