Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

La gauche n'a pas perdu la tête. C'est plus grave que ça.

Anne Hidalgo et Christiane Taubira surprennent par l’incohérence de leurs propos.

Lucien Atencia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anne Hidalgo, après avoir juré qu’elle ne briguerait jamais d’autre mandat que celui de maire de Paris, est entrée en campagne sous les couleurs de l’écologie. Bien vite, sous la pression des éléphants de son parti, elle est redevenue sociale démocrate bon teint.

Continuant de baisser dans les sondages, elle devint une chaude partisante d’une primaire à gauche et dans l’écologie pour, aujourd’hui, y être opposée en faisant porter le chapeau à…Yannick Jadot qu’elle espérait rallier à sa candidature.

Ce dernier, qui voit qu’il peut devancer la candidate du PS et qui n’a pas oublié 2017 et Benoît Hamon, ne cédera pas. Il pense déjà aux prochaines élections, les élections européennes dont il estime qu’elles seront favorables à sa formation.

Christiane Taubira a d’abord annoncé, sans le moindre programme, à cent jours du scrutin, qu’elle n’envisageait d’être candidate que si tous les autres se ralliaient à son panache.

Aucun, sauf Arnaud Montebourg en perdition dans les sondages, n’a accepté l’offre. JLM a même précisé qu’il se tenait loin de tout cela et Fabien Roussel qu’il irait jusqu’au bout, réservant ses motivations unitaires aux élections législatives.

Qu’à cela ne tienne, Christiane Taubira, au nom de l’union, officialise sa candidature, une de plus, et annonce qu’elle se pliera au résultat d’une primaire citoyenne dont la majorité de ceux qui y ont été inscrits le sont contre leur gré. Et certains, pour pimenter le tout, ont entamé une grève de la faim.

Tous ont en commun de nier la profonde crise d’identité que traversent leurs formations politiques respectives.

Quand Anne Hidalgo, Arnaud Montebourg, Christiane Taubira s’expriment, des millions de nos concitoyens qui se situent à gauche entendent François Hollande faire de la finance son ennemie.

Quand c’est Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, qu’il a devancée de peu dans la primaire écologiste, lui est préférée parce que moins compatible avec Macron et Nicolas Hulot.

JLM n’est plus la surprise de 2017, loin s’en faut et Fabien Roussel est plombé par l’URSS et le mur de Berlin.

On ne s’étonnera donc pas de voir la gauche sembler avoir perdu la tête alors que ce sont ses valeurs qu’elle n’incarne plus aux yeux du monde du travail et de la culture.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik